Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 08:25
au bonheur des enfants...

au bonheur des enfants...

Noël est loin derrière nous... déjà ! Se profilent les vacances de février. Il faut occuper nos petits chérubins, alors "Gracieuse et Panache... " nos deux détectives seront là pour les faire rêver et pourquoi pas participer au concours de coloriage... Déjà quatre gagnants récompensés et bientôt quatre de plus pour le tome quatre en écriture.

Pour les plus grands et pour tous « Gustave et « Lettre à pépé Charles » (du sucre d’orge). 

Pour les adultes "La Miraculée (Un récit témoignage pour une réelle prise de conscience, pour ne pas dire « je ne savais pas », bourré d'humour)  ou "Un soir d'été en Sardaigne" pour rêver et bien sûr avec un suspense "La clé de l'embrouille ».

Pour commander http://a5editions.fr. Expédition sous quarante-huit heures, frais de port offerts.

Merci par avance.

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 09:58
MOMO

Si vous avez envie de passer un bon moment, suivez le guide.

Avec mon amie Claire, nous voilà devant les affiches au cinéma et hésitantes. Après « La promesse de l’aube » que voir ? Bof, bof, bof et puis allez !  Pourquoi pas MOMO me dit Claire, j’ai envie de rire. Le duo, Catherine Frot et Christian Clavier, nous semblait improbable, des bandes annonce vues à la télé un peu nunuches… Bof, bof, bof. Claire voulait rire et bien lui en a pris.

Nous avons ri aux larmes, et toute la salle avec nous, du début jusqu’à la fin. À la fin nous avons essuyé furtivement quelques larmes d’émotion.

Le sujet est pourtant assez grave et SI les dialogues et le jeu des acteurs n’étaient pas aussi performants, cela ne prêterait même pas à sourire.

Un handicapé en recherche de ses parents vient bousculer la vie paisible d’un couple de bobos.  Et le passé rejaillit, les quiproquos s’enchainent, les souffrances sont à fleur de peau, les sujets dérangeants de notre société sont juste ébauchés, sans vulgarité, à peine caricaturés… Mais on rit parce qu’on sent venir la belle fin de cette aventure rocambolesque. La fin va en surprendre plus d’un, même si la chute n’obéit qu’à une lettre sur la toile... Mais chut… je ne vous en dirai pas plus.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2018 5 12 /01 /janvier /2018 13:33
Un beau conte d'après Noël

Un beau conte d'après Noël

Quand mamie Pascale, aussi passionnée que son petit-fils Raphaël, me commande le Tome 3 « Gracieuse et Panache au Haras » et choisit un timbre postal avec « Gracieuse cui cui cui », comme dans le Tome 2…  cela s’appelle du BONHEUR. Une pensée délicate qui me touche ! Une belle aventure qui n’est pas prêt de se terminer. MERCI.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 08:56
Encore une petite tranche de bonheur...

Encore une petite tranche de bonheur...

« Gracieuse et Panache au Haras » est arrivé…  Les trois gagnants du concours de coloriage du Tome 2 « Gracieuse et Panache à la fête de l’école » vont recevoir leur exemplaire en cadeau. Je voudrais être une petite souris et me glisser chez eux pour voir leur visage épanoui, leur fierté aussi d’avoir gagné le concours et je leur laisse la surprise de se retrouver également dans le texte. 

Alors ce matin, du tréfonds de moi-même je ressens une immense gratitude pour mes maîtresses qui m’ont permis d’aller chercher, au bout de 10 bons points et d’une image, un livre dans l’immense bibliothèque de l’école, que je pouvais rapporter fièrement à la maison. Qui ont encouragé ma soif d’apprendre, ma gourmandise des mots, des histoires, des contes, pour rêver lorsqu’on n’a que cela comme trésor…

Je voudrais remercier tous ces grands-parents, ces parents qui m’ont fait confiance lorsque j’ai commencé cette nouvelle aventure « écrire pour les 6/8 ans ». Merci aux directrices d’écoles et aux maîtresses qui m’ont ouvert leurs portes, celles de l’école et de leur  cœur.

Et merci à tous ces enfants, qu’ils aient concouru ou non, de rester fidèles aux aventures de « Gracieuse et Panache ».  Le Tome 4 cogite déjà dans ma tête. Promis je ne vous ferais pas attendre… Mais ne bousculons pas le temps, chaque chose en son temps répétait ma mère à la petite fille pressée que j’étais, comme ces merveilleux gamins que je rencontre… Alors découvrons ensemble le Tome 3 « Gracieuse et Panache au Haras ». MERCI.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2018 6 06 /01 /janvier /2018 12:50
La promesse de l'aube

« Avec l’amour maternel, la vie nous a fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais » de Romain Gary

Première séance de cinéma en cette nouvelle année 2018, avec mon amie Claire et sa fille, en vacances dans notre région. À l’unanimité nous avons choisi « La promesse de l’aube ». Comédie dramatique de Éric Barbier avec Charlotte Gainsbourg et Pierre Niney.

Je connaissais la vie de Romain Gary ayant pratiquement tout lu de lui. J’avais adoré son pied de nez au prix Goncourt en le recevant une deuxième fois sous le pseudonyme de son cousin Émile Ajar. Je le cite dans mes modestes écrits : « Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable »… Il n’avait jamais craint de dépasser les limites de l’absurde, il relevait les défis comme les pêcheurs leurs filets, ne se contentant pas de publier sous son nom qui commençait à être connu. La pêche était toujours excellente, scandaleuse parfois mais riche toujours.  Ticket gagnant ! Donc il me tardait de voir cette deuxième réalisation racontant « le duel amoureux » mère/fils… Plus elle le provoquait plus il se dépassait.

Au-delà du jeu époustouflant de Charlotte, méconnaissable dans ce rôle et ressemblant à sa mère Jane Birkin à s’y méprendre, ce qui laisse augurer de son physique dans les années à venir… De ce destin hors normes de Romain Gary que l’amour maternel guidera tout au long de son existence… De son amour filial porté au paroxysme au point de vivre sa vie par « vengeance » (venger sa mère), par « fidélité » (fidèle à celle à qui il avait tout promis), je m’interroge…

Plusieurs questions se profilent au portillon de mes questionnements. Une mère peut-elle à ce point exiger de son enfant un chemin qui n’existait que dans ses délires… Et quels délires ! « Tu seras diplomate, écrivain, grand officier… ». Elle le harcelait, le brutalisait, le sermonnait, l’embrassait, l’aimait tout à la fois.

Et lui, tout au long de sa vie, était à ses ordres, ses désidérata, se pliait à ses exigences comme s’il y allait de sa survie… De leur survie à eux deux… Il aimait « la femme » écrivait-il, et non « les femmes »… La femme, à travers la femme de sa vie, sa mère.

Sa présence obsédante, de jour comme de nuit, le protégeait de près comme de loin. Cette mère il l’aimait de toutes es forces… de toute sa vie. Et de sa vie à elle, qu’elle avait réduite à la réussite de son enfant, ayant été abandonnée par son mari. Ce père dont Romain Gary ne parlait jamais (jouait-il inconsciemment le rôle de remplaçant) ? Alors Amour de substitution ? Amour par procuration ? Amour fusionnel exacerbé ?

Cela aurait pu tourner au gâchis, cela fut une très belle réussite. Et l’Amour dans tout ça ? Je m’interroge encore...

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 09:07
Il était une fois...

« Lisez ce livre formidable, tranche de vécu, direct, incisif, plein, entier et toute à la volonté de donner élan et inspiration pour avancer, progresser et comme disent les sportifs, « ne jamais rien lâcher ! ». Éric Vernassière

 

Éric Vernassière blogueur des « 8plumes » de l’Express, rencontré lors de la sortie de mon premier roman « retourne de là où tu viens », depuis devenu mon ami, a lu et relu (dit-il) mon récit-témoignage « La Miraculée », l’a décortiqué pour en extirper les éléments essentiels de la reconstruction d’une Miraculée. Ce récit-témoignage peut plaire, intéresser ou rebuter mais il ne peut laisser indifférent. Quinze mois déjà…

En voici quelques extraits :

« Je viens de lire et de relire son dernier opus, qui s’affiche comme un vrai roman naturaliste ou comme un récit de vie, mais qui se place surtout comme une ode à la résilience, à la volonté indéfectible et permanente de combativité et de courage face aux éléments de noirceur ou aux difficultés qui s’amoncellent… et comme un hommage à la vraie amitié, celle qui partage les liens et ouvre les communications, qui jamais ne juge et toujours appuie ou renforce les fidélités… » 

« L’on ne pouvait éviter son escalier stylisé et monumental, tout en arpentage italianisant, mais sans rampe, car elle défigurerait son intégration spatiale et son élancement propice à toutes les légèretés, aux envols et aux rêveries, rassemblant ainsi toutes les captations des imaginaires d’Annette »…

Pour lire l’intégralité de la chronique et d’autres chroniques d’Éric Vernassière :

https://debredinages.wordpress.com/2018/01/02/la-miraculee-par-annette-lellouche/ 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2017 7 31 /12 /décembre /2017 21:08
Entrez dans ma danse.

Entrez dans ma danse.

Une année s’achève et nous serons nombreux à ne pas la regretter. D’autres au contraire auront envie qu’elle ne se termine jamais.

Une autre se profile et prendra toute sa place dans quelques heures.

Elle est pleine de promesses, de joie, de rires, d’amour et d’amitié.

Tout va si vite que je ne me souviens déjà plus de 2017 car mes rêves pour 2018 remplissent déjà tout mon espace. Alors il n’y a pas de temps à perdre, profitons un maximum des petits bonheurs que la Vie nous offre, sublimons-les, partageons-les, que nos regards soient toujours brillants de mille étoiles.

Un grand nombre de mes amis ne me liront pas ce soir, ils sont en fête et c’est magnifique. Pour mes amis qui sont seuls ce soir et face à leur ordinateur je leur dis « ne désespérez pas, la roue tourne et vous aurez votre heure de bonheur, tout le monde y a droit ». Et pour ceux qui me liront demain, ils n’auront pas les idées très claires, l’estomac chargé, le vin mauvais… ou au contraire joyeux, mais le cœur léger…

Bonne et heureuse Année 2018 et qu’elle vous apporte tout ce dont vous rêvez, surtout si vous lui donnez un coup de pouce pour qu’elle réalise tous vos vœux.

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2017 5 29 /12 /décembre /2017 09:08
Qui se fiche... est fichu !

Qui se fiche… est fichu !

Qui connaît par cœur le numéro de téléphone de ses proches (qui change tout le temps, la faute aux offres mirobolantes des opérateurs), leur adresse exacte, parfois même leur date de naissance ? On ne cherche plus à mémoriser, pour quoi faire ? On a, je ne sais plus combien de place dans ces petites boites magiques que sont les portables. Quand je vous dis que la mémoire fout le camp ! Gare si on la perd (la boite) parce que la mémoire… Pas terrible ! 

On dit que les réseaux nous « fichent » mais nous-mêmes ne fichons-nous pas nos familles et amis ? Un ami a déménagé, hop on note son adresse sur notre sacrée mémoire sans fil, son numéro de téléphone et en passant sa date de naissance. Parfois le portable nous demande si on n’a pas encore quelque chose à noter, quelque chose à rajouter de particulier, à cette personne... ou à soi-même « la date de mariage ou la Saint Valentin ». Cela éviterait bien des disputes, n’est-ce pas Messieurs ?

N’en doutons pas, ça va servir à l’opérateur ! Magique, Il peut vous biper pour vous rappeler LA date importante… ou vous vendre… Enfin vos données !

À un moment où on parle beaucoup de l’Alzheimer ou comment maintenir sa mémoire « vive », n’est-ce pas ramer à contre-courant ? Alors on vous conseille d’acheter des livres qui vont vous expliquer comment la développer cette mémoire qui fiche le camp avec le temps : des petits carrés, des petits ceci, des petits cela, des exercices quoi… mais jamais de jeter vos portables.

Bon n’exagérons rien tout de même ! On a besoin de son portable. Par exemple le mari au supermarché « allo ma chérie, comment s’appelle ta marque de café, je ne m’en souviens plus » ? ou la femme « crois-tu que pour ta mère je pourrais lui prendre un livre ? Oui ? Mais tu sais ce qu’elle lit ? » (Là on perçoit le degré d’intimité belle-mère/belle-fille) ! Ou encore « comment s’appelle la petite d’un tel ? Pourquoi ? Mais parce que j’en ai besoin pour une dédicace ? Quel livre ? Ah crois-tu... Et ainsi de suite… et ça dure, et bla, bla,bla on passe du coup à un autre sujet, on a bien sûr oublié le motif de l’appel. On s’empresse de rappeler, juste d’un clic, « ah au fait tu parles, tu questionnes mais tu ne m’as toujours pas dit comment s’appelle la petite, ah je me souviens c’est Julie non ? Non ? C’est Julia ? Oh j’y étais presque… » et c’est reparti ! « Au fait, tu sais qui j’ai rencontré dans le magasin ? Tu ne devineras jamais ! Mais non cherche un peu »…  Vous l’avez deviné, c’est du vécu ! Pas grave, forfait illimité, pourquoi s’en priver ? Et puis le portable sert aussi à appeler ses amis, histoire de bavarder un peu, de se tenir compagnie… à distance… mais on a oublié qu’ils sont partis en vacances ou chez le médecin ou… On oublie tout parce que tout va trop vite. Une information chasse l’autre. Comment voulez-vous qu’on se souvienne de tout ?

Moi, mon problème c’est le portable que j’oublie tout le temps. Ce fil à ma patte m’agace. Je déteste qu’on me demande « allo, tu es où, tu fais quoi là » ? Une salve de questions auxquelles je n’ai même pas le temps de répondre. Ce qui m’a le plus frappé l’autre jour, c’est un lecteur à qui je montrais une photo prise dans un salon du livre et je ne me souvenais plus de l’endroit. Il me dit « regardez Madame (déjà le ton du Madame me vieillissait d’une belle tranche d’années), regardez là-haut c’est marqué « Vence ». Mince alors ! Mais en même temps je peste quand faute de portable, je ne peux appeler… Je pourrais demander à quelqu’un  possédant un portable (je le sais parce qu’il l’a collé à son oreille) de… Mais je ne connais pas par cœur, « comme avant », le numéro de téléphone. Pas grave je vous dis ! Bientôt on va nous greffer une puce dans le poignet et nous voilà robotisés à cent pour cent !

Et la mémoire dans tout ça ? Ça sera fichu !

Ah j’oubliais ! Bonnes fêtes de fin d’année… 2018 s’impatiente déjà !

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2017 1 25 /12 /décembre /2017 09:13
La musique adoucit les mœurs

La musique adoucit les mœurs

À l’impossible nul n’est tenu…

Cher père Noël, tu as pris beaucoup d'avance pour me prendre par la main, m’aider à guérir, guider ma plume, m'encourager à sourire, à remercier, à partager avec tous ces grands-parents, ces parents, ces enfants venus, non pas me voir, mais m'ont trouvée sur leur chemin avec leurs listes de cadeaux. Ils n'ont pas résisté devant la douceur de "Pépé Charles", la magie de "Gracieuse et Panache...", le suspense de "La clé de l'embrouille", l'Amour de "Un soir d'été en Sardaigne"... mais le plus touchant, ce sont toutes ces personnes qui comme moi sont des Miraculées et il y en a plus qu'on ne l'imagine. Tous ces témoignages reçus mériteraient presque un tome deux de "La Miraculée". À n'en pas douter de nouvelles amitiés sont nées ce samedi, veille de Noël à Montauroux.

Un grand Merci !

Mon cœur bat à la pensée de tous ces cadeaux qui vont être ouverts en hâte pour découvrir mes livres au pied du sapin. Certains m’ont déjà lue, beaucoup me découvriront.

Dans le calme qui règne en ce matin de Noël, je descends lentement mon escalier.

La Miraculée attendait d’autres miracles, mais tu ne l’as pas entendue. Tu ne peux pas être partout. Peut-être n’ai-je pas été assez convaincante, peut-être n’ai-je pas prié assez fort, peut-être que la petite fille, avec sa candeur et sa naïveté, te croyait capable de tout. Mais tu ne peux pas être partout.

Et puis, il est des endroits d’où l’on ne revient plus, il est des affections qu’on ne peut forcer, des amitiés qu’on ne peut retenir. En toute chose, il faut raison garder.

Et  puis, il y a des urgences, des impératifs, trop de gens à rassurer, d’enfants à remettre sur pieds… de parents désespérés. Cette année 2017 a été éprouvante...

Et puis... il y a la Vie plus fort que tout, l’Espoir chevillé au corps pour tenir tête, les Larmes qu’on refoule pour ne montrer que son Sourire. Offrir un sourire, une parole gentille, réconforter, rassurer. Un regard complice peut faire renaître. Une parole peut sauver ! Semons-les généreusement, la récolte sera assurée !

Cher Père Noël tu as gâté l’auteure, l’a aidée à réfléchir, ça n’est déjà pas si mal… Il lui reste encore tous ses rêves fous qui se bousculent dans sa tête de Miraculée.

Presque Rien n’est  impossible !

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2017 5 22 /12 /décembre /2017 13:12
Pour tous les âges, tous les goûts et pour le bonheur de LIRE !

Pour tous les âges, tous les goûts et pour le bonheur de LIRE !

Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure façon d'aller de l'avant. » de Paulo Coelho

L’an dernier, même jour même heure j’étais dans un sale état. Mon amie libraire Alexandra m’avait gardé ma place et j’avais quand même réussi à dédicacer malgré mes souffrances. Les années se suivent et heureusement ne se ressemblent pas. J’ai retrouvé ma forme grâce à mes livres qui me bousculent, m’empêchent de broyer du noir, sans oublier mes amis qui m’ont encouragée et mes lecteurs qui m’ont gardé leur confiance.

Demain samedi 23 décembre sera ma dernière journée de dédicaces de cette année 2017. Cette date n’est pas innocente. Elle est fixée d’une année sur l’autre par mon amie libraire Alexandra. Mais cette année elle prend une tournure encore plus exaltante, passionnante et revitalisante : « La Miraculée » apprécie à sa juste valeur son statut !

Dernier jour avant Noël pour continuer à offrir du bonheur aux petits comme aux grands. De l’espoir quand tout va mal, il y a toujours une sortie de tunnel. De l’amour pour faire rêver et enfin du soleil pour réchauffer. Ne pas regarder en arrière, fixer son regard vers l’avenir, se battre et la réussite sera au rendez-vous.

Venez me rejoindre pour bavarder, partager, échanger demain à l’Espace Culturel du Centre Leclerc à Montauroux. Faites que cette journée du 23 décembre clôture mon année d’auteure en toute beauté. Merci

Partager cet article
Repost0