Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 15:30

« Puisse chacun avoir la chance de trouver justement la conception de la vie qui lui permet de réaliser son maximum de bonheur » de Frédéric Nietzsche

Éric Vernassière, du blog les8plumes de l'express.com, m’a fait l’amitié de chroniquer le troisième volet de ma trilogie « Charles et Aurélien ». Voici un extrait :

« Annette Lellouche raconte une saga familiale qui nous parle directement car l’on y retrouvera nos propres blessures vécues, fêlures enfouies ou enfuies, manques d’attention, irritations, vanités, insuffisances, colères – plus ou moins saines – mais elle ne s’arrête pas aux ressentis et aux variétés de caractères, elle recherche en psychologue avérée et assumée à repérer des solutions, à partir en quête pour de nouvelles harmonies, à espérer de nouveaux soleils après une pluie battante et incessante qui a refroidi les ardeurs affectives…

Et l’auteure sait aussi se transformer en poète et illustratrice et donne en fin de roman envie à ses lectrices et lecteurs à « aller plus loin » pour prolonger la relation tissée et conserver le partage commun des connivences avec ses personnages.

Et je ne peux que reprendre sa phrase qui n’est pas conclusive mais ouverte sur de nouvelles respirations, qu’elle portera en d’autres futurs opus toujours inspirés, et qui nous invite aussi à méditer pour rechercher l’optimisme, par delà les tensions et limites de nos vies : « le bonheur des autres est un peu notre bonheur à nous aussi ».

Et si la philosophie d’Annette permettait de développer générosité ouverte, volonté de partage, tolérance et écoute, ne serait-ce pas le premier axe d’un progrès collectif ; en tous cas je vous y invite et adhère personnellement à la psychologie « Annettienne »…

Un livre émouvant, porteur de réflexions et revigorant en ses époques de déclassement et d’insuffisances ».

( Pour lire l’intégralité de l’article : http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/2014/04/26/charles-et-aurelien-dannette-lellouche/ )

Merci Éric pour ta chronique touchante et amicale.

Merci Véronique pour ton conseil... Ce serait sympathique de séduire avec la trilogie, un Producteur de séries télévisées... encore faut-il frapper à la bonne porte... Lançons un appel ici même...

Merci les 8 Plumes d'avoir tout comme Éric relevé ma phrase "le bonheur des autres est un peu notre bonheur à nous".

Je le vis au quotidien. Au hasard de mes rencontres, de mes dédicaces, le regard de l' AUTRE transmet, tel un fluide, son bonheur et nous rend complices.

Mon maximum de bonheur… Mes livres…

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 07:11

Hier samedi, l’humeur était comme le temps… au beau fixe.

Aujourd’hui dimanche, les journées de dédicaces suivies des lendemains de dédicaces sont toujours ainsi. Interrogatives. Il faut se poser, en se posant les bonnes questions.

Est-ce que c’était bien ? Est-ce que j’ai appris quelque chose ? Est-ce que je vais m’en souvenir ? Est-ce que je vais mettre à profit ? Oui incontestablement !

L'expérience est un travail d'orfèvre. Mot après mot l'auteur se réalise... mais chaque regard, chaque sourire accompagne l'auteur ...

Oui hier samedi à la Librairie Charlemagne à Toulon c’était bien… Cela aurait pu être mieux… L’accueil était chaleureux et professionnel, les auteurs sympathiques mais pas assez de lecteurs… Il faisait beau et tout le monde était à la plage. Il faut remercier les amoureux de nos livres qui nous ont honorés de leur présence, comme la maman de Catherine, le papa d’Antonin, Elisa et Cassandre, la maman de Samuel, la grand-maman de Céline et Annie et d’autres encore… Pour mon plus grand bonheur la trilogie et « retourne de là où tu viens » continuent de séduire…

L’essentiel était d’être là pour continuer à avancer.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 12:01
Un ami

"Peu importe si le début parait petit" de Henry David Thoreau

Samedi, de dédicacer à la Librairie de Charlemagne à Toulon sera un grand pas de géant que je ferai. La Librairie Charlemagne (elles sont au nombre de cinq dans le Var) est une institution dans le Var. Le début de mon aventure littéraire me paraissait si incroyable que j'avais du mal à y croire moi-même. Se faire confiance doit passer par la confiance que vous accordent les autres. Dédicacer à Charlemagne m'était jusque-là inaccessible.

Cette signature je la dois à Maurice V., le professeur d'histoire Toulonnais, souvenez-vous je vous en ai parlé dans un précédent article, qui m'a suivie depuis le début sans même m'avoir jamais rencontrée, qui m'avait envoyé son gentil mail pour me dire que le troisième volet de ma trilogie est "formidable" comme la chanson de Stromae... La responsable événementielle de Charlemagne s'est rangée à son avis lorsqu'il a été leur en parler, présentation de mon livre à l'appui. "Charles et Aurélien" touche vraiment tout le monde. L'écriture de cette trilogie m'a bouleversée autant qu'amusée autant qu'affirmée. "Gustave" m'a porté chance, le reste a suivi.

Encore une fois merci à Maurice et à toutes celles et tous ceux qui m'aident à passer du Petit Début à plus... plus...

Verdict samedi.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 15:09
La fête de San Jordi

RENCONTRES - DÉDICACES Charlemagne Toulon
Le samedi 26 avril 2014 A 11h
00

FÊTE DE LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE votre libraire vous offre une rose et un livre !

À l’occasion de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur, vos libraires indépendants créeront une fois de plus l’événement le samedi 26 avril prochain. En réinterprétant librement la tradition catalane de la Sant Jordi, ils vous offriront ce jour-là une rose et un livre, un abécédaire créé par Christian Lacroix en collaboration avec 23 auteurs contemporains, qui vont de Lyonel Trouillot à Eric Chevillard en passant par Antoine Volodine, Maylis de Kerangal, Céline Minard ou encore Véronique Ovaldé. En présence des auteurs : Andrée Terlizzi, Serge Plagnol , Jean Klepal, Max Clanet, Denise Beau-Lofi , Annette Lellouche, Danielle De March-Waller, Claude Chaminadas.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 09:18
Joyeuses Pâques

« L'imagination est plus importante que le savoir...

La connaissance est limitée alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution. (Albert EINSTEIN)

Joyeuses fêtes de Pâques. Cette année à Saint Raphaël, c’était Noël au balcon et c’est Pâques aux tisons… Ciel gris, vent frais et vacanciers un peu dépités… Avant leur arrivée, il faisait si beau et là caprice du temps… il fait … disons pas terrible ! Lot de consolation : il ne pleut pas !

Ce matin en ouvrant mes fenêtres, j’ai reçu en cadeau de bonne journée, des oiseaux qui paillaient dans mon chêne Gustave et une odeur délicieuse de fleurs d’oranger. Mes agrumes sont en fleurs, en odeur persistante et jouissive. Alors soleil ou pas … je hume avec bonheur le printemps en habits d’apparat. Une orgie de jaune, de rouge, de blanc… à couper le souffle. Je l’avais un peu abandonné mon jardin… Prise que j’étais par l’écriture… Aussi sans plus tarder, d’un cœur léger, j’ai pris cette photo pour immortaliser l’exubérance de la nature.

Mon septième roman est terminé et me voici donc entièrement libre de revenir bavarder ici. Libre pas tout à fait… Mon roman doit passer "en jugement", tribunal sans complaisance... Mais voilà quand on est romancière, romanesque pur jus, se transformer en policière ou justicière ou tout simplement jouer aux gendarmes et aux voleurs… est un exercice difficile et périlleux ! Verdict dans quelques jours.

Titre encore provisoire « c’est quoi c’t’embrouille » ?

Quand le passé se conjugue au présent défaillant, que le futur est désespérément bouché, que l’impératif se fait obsédant, alors l’embrouille prend le contrepied des attentes de Dolorès.

« Quelle force surnaturelle la fait se diriger vers cet homme, quel courage inespéré lui fait murmurer dans un étranglement de voix « je voudrais un ordinateur », et quelle volonté mécanique ordonne à ses jambes en guimauve de suivre « L’agitédubocal » dans son bureau ? Elle ne le saura jamais. Que cherche-t-elle, où va-t-elle, pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? ».

J’ai mis à profit mon imagination débordante, délirante, inconstante parfois, trépidante toujours… L’imagination seule ne suffit pas toutefois… ma curiosité des autres a fait le reste !

« Je voudrais mourir par curiosité »’ de Georges Sand.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 07:32

Je me rends compte soudainement que Dimanche a tiré sa révérence et je ne vous ai pas écrit. Et pourtant j’ai promis, chose promise chose due.

Alors je me pose la question vais-je commencer par le début ou par la fin ? À chaud le vécu de samedi ou à froid ma rencontre de jeudi.

Allez comme je suis avant tout une romanesque, que j’aime les belles histoires d’amour, ma décision est vite prise. Je vais vous raconter mes amoureux de Peynet.

Jeudi midi j’étais invitée à déjeuner par Gérard, un admirateur, un fan, un galant homme, rencontré au salon du livre de Toulon en novembre 2013. Je lui avais dédicacé « retourne de là où tu viens »… ensuite il m’a fait l’honneur et le plaisir de lire tous mes livres. Ayant estimé que nous n’avions pas suffisamment échangé nos points de vue à Toulon suivis de nos mails pourtant nombreux et amicaux, accompagné de Dominique, sa nouvelle compagne, a mis cent kilomètres au compteur pour venir me retrouver à Saint Raphaël. J’avoue que j’appréhendais un peu ces retrouvailles, peur de décevoir, peur de perdre ma part de mystère. Mais face à ces deux sexagénaires délicieusement amoureux, j’ai fondu, totalement sous le charme. Je les revois encore se tenant par la main, se sourire du soleil plein les yeux. Il était aux petits soins, lui a passé sa veste sur ses épaules quand il l’a vue frissonner. C’est l’amour comme j’aime, sans âge, sans tabou, sans nuage… Ils m’ont écoutée avec une amitié et un intérêt touchant. Gérard à la fin du repas m’a dit : « je retrouve bien l’auteur dans la femme que j’ai en face de moi, aussi sincère et spontanée ».

Jeudi étant le jour du vernissage de notre exposition, ils ont ensuite admiré nos tableaux. Nous avons vécu un moment privilégié d’une densité rare et que nous ne sommes pas prêts d’oublier. Longue vie d’amour à mes amoureux de Peynet.

Samedi journée dédicaces à Gréasque. Journée étonnante et éprouvante à la fois. C’est un salon que je fréquente annuellement depuis quatre ans. Et cette année encore, l’accueil était chaleureux, les bénévoles dévoués, la paella délicieuse, le rosé frais à souhait. Ma première heureuse surprise est venue de Valérie Bary la responsable de la bibliothèque de Gréasque. Elle s’est tout de suite enquise de ma santé, (j’avais oublié que j’étais venue l’an dernier dédicacer avec un holter autour du coup suite à un malaise, pas Valéry). J’étais vraiment touchée. En professionnelle, elle connaissait exactement les titres de mes livres achetés par la bibliothèque les années précédentes et a complété avec les deux derniers volets de la trilogie. Doublement touchée !

Suite aux dernières élections municipales, il y a eu un changement de maire et d’élu(e)s. Notre lectorat, sans doute déçu du résultat des élections, ne s’est pas déplacé. Ou peut-être la période de transition n’a-t-elle pas favorisé la communication ?

Moi j’ai tiré mon épingle du jeu, grâce à ma trilogie. La très jolie Sarah voulait « Gustave » mais aussi « Charles et Aurélien » et sa maman généreuse a décrété « alors il faut aussi prendre « Lettre à pépé Charles ». Romain, un adorable boute en train, a été gâté en surprise par sa mamie Vincente qui a tout de suite dit « cette trilogie c’est pour Romain ». Mélissa une adolescente repartie avec « retourne de là où tu viens » pour le lire avec sa maman Sabrina. « Un soir d’été en Sardaigne est parti sous le bras d’une amoureuse de la Sardaigne », mais cela n’a pas été le cas de l’ensemble des auteurs. Je n’ai qu’un souhait à formuler que tout le village retrouve sa joie de vivre et d’une seule voix et que la fête du livre soit un succès total l’an prochain. Moi en tout cas je serais là si "je le vaux bien". Merci à tous.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 09:31
Repassez dimanche s'il vous plait !

S'il vous plait, repassez me lire dimanche... J'aurais tant de moments merveilleux vécus depuis hier et jusqu'à demain... Samedi 12/4 Fête du livre à Gréasque à relater...

Le temps me manque ... Je suis là et je devrais déjà être partie. Il court, il court le furet... le furet du bois joli...

Et en même temps j'ai envie de vous faire partager mes coups de coeur...

À dimanche, à coeur ouvert...

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:08

Hier soir, après avoir passé toute ma journée à travailler sur mon roman, le visage tiré de fatigue, toute courbatue suite à ma position assise face à l’écran, je me suis mise au lit avec un livre, histoire de sortir du mien, d’oublier mes mots pour retrouver ceux d’un autre auteur.

Soudain j’ai senti un fourmillement sous mon corps. Je suis vraiment fatiguée pensai-je ! Que se passe-t-il ? Ma fatigue est telle que je vais me sentir mal ?

Puis brusquement mon lit a commencé à bouger. De plus en plus fort. Il bougeait vraiment comme lorsqu’un enfant saute dessus pour jouer. Mais là il n’y avait pas d’enfant et pas de jeu. Une prise de conscience : la terre tremble !

J’ai vraiment eu peur ! Juste quelques secondes ! Juste le temps de m’imaginer ce qu’ont dû ressentir ceux qui ont connu les tremblements de terre, les séismes. Les images télévisuelles ont défilé devant mes yeux… On se sent petit et puis soulagé. Juste une petite frayeur… La vie continue… Je me promets de la vouloir encore plus belle !

Ce matin, aux informations « Un séisme de magnitude 5,19 sur l’échelle de Richter a secoué le Sud-Est de la France »… Tout de même !

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 19:58
Le Bonheur via un Lecteur

Non je ne vais pas vous parler d’élections. Les télévisions, les radios, les sites Internet s’en chargent.

Dans une bataille il y a les vainqueurs et les vaincus. Félicitations aux gagnant(e)s et toutes mes condoléances aux perdant(e)s. Et que tout le monde se mette au travail !

Pour moi, le Bonheur est toujours là et ce soir il montre son visage radieux grâce au mail reçu d'un de mes tout premiers lecteurs, Maurice V.

Maurice, Professeur d'histoire, est l'un de mes tout premiers lecteurs que je n'ai pas encore eu le plaisir de rencontrer. Nous nous sommes connus via le blog et les réseaux sociaux.

Il m'a accompagnée de ses encouragements depuis le début de mon aventure littéraire, a apprécié à des degrés divers les différents thèmes abordés dans mes romans. Sa préférence incontestablement va vers la trilogie.

Voici son message concernant le dernier volet. Pas besoin d'un long discours. Quand on connaît l’importance des mots, un seul, le meilleur, lui a suffi :

"@Annette,

Merci pour la fin de la trilogie.

Formidable, comme dirait le chanteur à la mode, Stromae."

Merci Maurice. Peut-être à bientôt à Toulon pour faire connaissance "pour de vrai".

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 12:48
L'intelligence artificielle

« C’est une belle harmonie quand le faire et le dire vont ensemble » de Montaigne

Samedi soir j'ai regardé l'émission d'Ardisson et l'intervention d'un porte-parole semble-t-il de Google sur l'intelligence artificielle. Il s'est fait lui-même traité de robot tellement il paraissait réciter une leçon formatée dans son cerveau ! L'intelligence artificielle ? Tous formatés pareil ? Tous beaux, gentils et sans rien dans le ventre ? Sans but, béats et dociles ? Quelle horreur !

J'avoue que ça m'a fait froid dans le dos. Moi qui aime tout gérer, ne rien laisser au hasard, hasard du reste auquel je crois (sans hasard pas de destin), me transformer en marionnette et en cas d’indocilité me faire débrancher ? Ai-je bien compris ? Doublement quelle horreur !

N'exagérons rien, l'Homme et la Femme peuvent trouver des solutions de paix et non de guerre et sans robots. Ils peuvent et doivent éduquer, rationaliser, se surpasser, en refusant l'assistanat, en préférant jouer le rôle de décideur, de père, de mère, de professeur, de compagnon de jeu...

La fiction quand elle peut apporter du rêve oui ! La fiction quand elle peut aider à l’apprentissage de langues, de la lecture, des mathématiques, aux touts petits oui !

La fiction ne doit, en aucun cas, remplacer la réalité. Sinon cela fragiliserait l'enfance, plus tard l'adolescence pour en faire des adultes immatures. Des robots !

En toute harmonie pour faire et dire tous ensembles : NON à l’intelligence artificielle, NON à Google !

OUI à la fiction et à la réalité qui doivent vivre en belle harmonie pour dire et faire ensembles.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de kinine
  • : livres, poésies, billets d'humeur, expo de peinture...
  • Contact

Catégories