Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 13:32
un cadeau de Noël dynamique

« La seule force, la seule valeur, la seule dignité de tout, c’est d’être aimé » de Charles Péguy

Comme je suis quelqu’un qui doute beaucoup, je me suis dit « absente des dédicaces pour Noël, je serai vite oubliée ».

Eh bien non, tous les matins en feuilletant mon calendrier de l’Avent Internet, je découvre  des messages de sympathie et ou des commandes de livres ;

Aussi pour que le plaisir perdure,  je vous présente mon autobiographie « Retourne de là où tu viens ». Histoire vraie au mot près. Ce livre est pour la deuxième année consécutive à l’étude au Collège Bertie Albrecht à Ste Maxime  dans une classe de 3ème, assortie d’une matinée pédagogique.

C’est un livre « coup de poing » pour toutes celles et ceux qui ont été victime de harcèlement, ou qui sont en baisse de forme. J’ai pimenté le récit de traits d’humour pour dédramatiser et comme dans tous les contes de Noël « tout est bien qui finit bien ». Envoi sous 48h en port gratuit, dédicacé avec marque-page; Pour toute commande, le site http://a5editions.fr - paiement sécurisé Paypal ou par chèque

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 09:46
biographie et bibliographie de l'auteur

biographie et bibliographie de l'auteur

Les circonstances étant ce qu’elles sont, c’est-à-dire un peu tristounettes, puisque mon accident m’empêche d’aller à la rencontre de mes lectrices et lecteurs dans cette si belle période de Noël, je vous invite, et une fois n’est pas coutume, de venir à moi.

Mes publications touchent le plus grand nombre d’amoureux des livres puisqu’elles s’adressent aux petits à partir de 6 ans, illustrées par mes soins et leur proposant de colorier à leur guise les illustrations laissées volontairement en noir et blanc, jusqu’aux plus grands, mamies et papis y compris pour la saga provençale ou le policier ou mon autobiographie (étudiée pour la deuxième année consécutive au collège Bertie Albrecht à Sainte Maxime, classe de 3ème), sans oublier ma saga romanesque, des amours contrariées mais tellement contemporaines.

Les commandes sont expédiées sous 48H, en frais de port gratuit, avec marque-page et dédicaces. Paiement :  Paypal sécurisé ou par chèque.

Pour tout savoir sur les chroniques littéraires de mes romans par des blogueurs ou journalistes ou pour passer vos commandes, le site A5Editions est à votre disposition.  http://a5editions.fr

Offrir un livre est un cadeau durable peu onéreux et dédicacé par l’auteur un cadeau personnalisé.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 12:02

“La liberté appartient à ceux qui l’ont conquise.” de André Malraux

 

Tu attends …

Chaque matin, tu attends que j’ouvre mes volets

Avec ton gris plumage et ton jabot rouge-rose

Tu fais le fier, tu virevoltes puis tu te poses

Qui es-tu, toi l’ami ? As-tu un secret à me confier ?

 

Je t’attends …

Au lever du jour, moi aussi je te cherche

Sur la branche basse, où tu te perches

Moi, je t’observe de mes yeux fatigués

Toi, tu sembles me dire « ça va aller »

 

Tu attends …

Mon sourire qui parfois tarde à venir

Tes battements d’ailes que veulent-ils dire ?

Veulent-ils m’encourager à positiver ?

Face à tes pitreries, je finis par me dérider

 

Tu attends …

Celle qui de quelques sautillements véhéments

Vient te rejoindre ; c’est donc là ton secret !

Vous êtes seuls au monde, tout guillerets,

Libres, amoureux, heureux amants !

 

Je t’attends …

Toi, mon nouvel ami de mes jours en grisaille

Tes pépiements, d’un air léger me ravitaillent,

Me nourrissant d’espoirs de jours meilleurs

Je t’attends, avec ta belle, libérée de mes peurs.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 16:54
la miraculée !

Pour une raison inhérente à mon état de santé, deux mois se sont écoulés interrompant ma belle vie d’artiste. Comment en une fraction de seconde, une vie tranquille et heureuse peut-elle basculer dans le monde de la souffrance ? Que de fois ne suis-je tombée et relevée « même pas mal » ; Pas le temps pour les jérémiades, je continue. Cette fois, c’est la fois de trop ! 

Je vous dois une explication : chute dans mon escalier en marbre, verdict sévère, sept côtes cassées et un coude explosé.

Je passe sur l’hospitalisation, l’opération de la fracture ouverte, les malaises, la morphine, les hallucinations… je n’étais plus moi-même, ni une autre, je n’étais que souffrance physique et morale, je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. La nuit, le jour je me disais « je vais me réveiller, ce n’est qu’un cauchemar », jusqu’au jour où mon chirurgien m’a secouée et m’a dit « c’est un miracle, vous devriez être en chaise roulante après une telle chute ». Un excellent chirurgien qui, de son côté, fait des miracles et que je ne remercierai jamais assez ;

Mon travail de plusieurs mois pour préparer les dédicaces  de Noël a volé en éclats.

J’ai tout annulé, un peu par obligation, fatigue aidant, et surtout pour ne pas offrir un visage grimaçant et un bras handicapé à mes lecteurs. Des Noëls il y en aura d’autres.

Vous connaissez sûrement l’adage « tout ce qui ne tue pas, rend plus fort ». Moi je ne sais pas si cet accident me rendra plus forte, l’avenir me le dira !

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 15:04
Dédicace à Montauroux

« Un seul mot, usé, mais qui brille comme une vieille pièce de monnaie : MERCI » de Pablo Neruda

Ma séance de dédicaces à la médiathèque de Montauroux (Var) avait quelque chose de surréaliste. En effet toutes les personnes qui arrivaient, rendaient leurs livres empruntés et en prenaient d’autres. Seule monnaie d’échange une carte d’abonnement. Jusque là rien d’anormal. Et je trouve extraordinaire que l’envie de lire ne rime pas forcément avec argent mais avec amour des livres, des mots, dans ce cadre magnifique, tout neuf et d’un blanc apaisant.

Mais voilà, moi j’étais là et les personnes me souriaient sans m’approcher. Puis une personne est arrivée directement près de moi. Elle savait que je venais dédicacer et voulait faire ma connaissance. Une seconde personne du coup, s’est approchée. On a bavardé. Puis d’autres encore, des enfants… Certaines personnes n’avaient pas d’argent sur elles, d’autres au contraire avaient envie d’offrir un livre qui à un mari pour son anniversaire, qui à sa petite-fille, qui à une amie. Cerise sur le gâteau : ma dédicace, à une institutrice, de « Gracieuse et Panache sont amis » pour l’école primaire Le Lac à Montauroux. Les bibliothécaires m’ont aussi fait plaisir.

Plus l’A.M. avançait et plus j’oubliais où j’étais, pour ne vivre que ma vie d’auteure un jour de dédicaces normal.

Encore une première bien réussie.

Alors un grand MERCI !

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 17:22
Dédicace à Vence

« Nous croyons conduire le destin mais c’est toujours lui qui nous mène » de Denis Diderot

Cette année 2016, placée sous la magie de la première fois, continue son petit bonhomme de chemin. Pour la première fois j’ai participé à un salon d’éditeurs, placé sous le signe du Destin, je ne devais pas y être. Cela ne m’a pas changée de mes autres salons. Sauf qu’il y a eu très peu de visiteurs, ceux-ci pensaient que c’était un salon de professionnels. Il faut dire aussi que c’était le W.E. du patrimoine. Que Mr Sarkozy a eu la bonne idée de venir dédicacer à quelques kms de là, il y avait paraît-il plus de 200 personnes qui attendaient. De plus, le temps était magnifique, malgré les prévisions alarmistes et pessimistes de Miss Météo-France, donc place aux dernières baignades. Bref, je me suis demandée dans quelle galère je m’étais engagée. Eh bien pas du tout. Nous bénéficions d’un avantage et de taille, l’arrière saison dans le Sud est propice au tourisme. Nous avons eu des visiteurs asiatiques, Hollandais, Italiens… en plus des régionaux.

« La seule force, la seule valeur, la seule dignité de tout, c’est d’être aimé » de Charles Péguy

J’ai eu un coup de cœur pour Wina, une Indonésienne, accompagnée de son époux et de quelques membres de sa famille. Ils ne parlent pas un mot de français, nous avons réussi à communiquer avec mon anglais hésitant et parfois trébuchant. La sympathie a été spontanée, beaucoup d’éclats de rire. On aurait dit deux amies qui se retrouvaient après une longue absence… Love, love. Wina voulait une histoire d’amour, qu’à cela ne tienne, j’ai ça dans ma besace. Elle est repartie avec « Un soir d’été en Sardaigne »… « Gustave » aussi est parti vivre sa vie loin de moi avec la sœur de Wina. Son mari, un business man, m’a laissé sa carte de visite pour que nous gardions le contact. Ils ont pris des photos de tous mes livres, de toutes mes coupures de Presse. Je me suis sentie « aimée, admirée ». Génial ! Je ne suis pas naïve, je sais que ce sont des rencontres sans lendemain mais le moment vécu est très fort.

Jan, Hollandais, qui parle très peu français, a choisi « Gustave » pour parfaire notre belle langue, car il y a beaucoup de dialogues dans « Gustave ». Je l’offre à ma femme Caroline qui ne parle pas le français et qui aime la Provence m’a-t-il dit. Elle se tenait un peu en retrait. Elle a eu un magnifique sourire lorsqu’il le lui a donné. Touchant !

Renée France venue le samedi, m’a promis de repasser le lendemain après lecture de ma biographie/bibliographie que je lui ai remise. Promesse tenue. Elle a pris « Un soir d’été en Sardaigne » et la trilogie.

Elias, un adorable gamin de 8 ans. Il est venu droit direct sur « Gracieuse et Panache sont amis ». Il le dévorait des yeux, il le voulait. Sa maman s’est éloignée, lui est resté. Puis il a cherché partout sa maman et je le voyais discuter ferme, user de sa force de persuasion. Il voulait « Gracieuse… » et finalement c’est avec son papa que je le lui ai dédicacé.

Mr le curé à qui j’ai raconté mon aventure avec « retourne de là où tu viens » et son frère qui l’accompagnait, a eu un coup de cœur pour mon livre. « Je le prends a-t-il dit » avec beaucoup d’empathie.

Gisèle, une dame âgée, s’est arrêtée devant mes livres avec une accompagnatrice. Elle semblait fatiguée. Je lui ai proposé ma chaise. Plus elle me parlait, plus je voyais ma maman. L’émotion m’a prise à la gorge. Elle s’en est rendue compte. On a bavardé un bon moment. Elle est repartie avec « retourne de là où tu viens ».

Simon, la trentaine timide, m’a tout de suite prévenue « je ne lis pas beaucoup ». Je lui ai conseillé « Lettre à pépé Charles » une histoire tendre. Je vais suivre votre conseil m’a-t-il répondu très gentiment après un petit moment de réflexion.

Je n’ai pas cité tout le monde. Aussi un grand merci pour ces deux journées « d’Amour ».

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 19:31
Dédicace à Vence

“Les mots, "ces passants mystérieux de l'âme", sont de grands magiciens et de redoutables entraîneurs de foules.” de Raymond Poincaré

Je vous donne rendez-vous samedi 17 et dimanche 18/9 sur la Place du Grand Jardin à Vence... Si la pluie ne vient pas jouer les trouble-fêtes . Ce serait un comble vu qu'il n'a pas plu depuis des lustres... Alors espérons que la météo se soit trompée, ce qui soit dit en passant, et surtout entre nous, lui arrive souvent. Venez ça nous ferait bien plaisir. Merci.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 19:56
spéciale première fois, tomates

Quand je vous dis que 2016 est l’année des premières fois.

Après les concombres, une belle réussite à partir de quelques plants offerts par mon voisin, voici mes tomates.

La première fois que je mets une petite tomate coupée en rondelles dans un pot avec du terreau et voici le résultat… Bon ce n’est pas aligné au cordeau, j’avoue que je suis un peu bordélique et je n’y croyais pas du tout. C’était une astuce glanée quelque part, je ne sais où. Mais attention bordélique ne veut pas dire non attentionnée. Je les ai arrosées mes tomates, tous les jours, dans le Sud il fait si chaud, ce n’est un secret pour personne, je leur ai mis des tuteurs lorsque je les sentais prêtes à courber l’échine sous le poids des fruits. Non, non, il faut toujours tenir la tête bien droite et sourire au soleil. La vie, la vraie est à ce prix-là. Ensuite, j’ai bien patienté pour les voir prendre des couleurs et à présent, quel régal dans mon assiette ! Mon voisin, celui des concombres, n’en revient pas. Les siennes ont brûlé au soleil, alors on partage les miennes.

Magique je vous dis l’année 2016.

Repost 0
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 08:20

« Où serait le mérite si les héros n’avaient jamais peur ? » de Alphonse Daudet

Pour tous nos bambins, l'émotion est à l'ordre du jour. La rentrée des classes, la nouvelle maîtresse ou le nouveau maître, les nouveaux "copains-copines", les pleurs, les rires... pour grandir.

Les parents aussi grandiront avec eux. L’école de la VIE.

Les grands-parents seront de la fête pour les plus chanceux…

Une belle aventure commence en ce premier septembre. Les plus petits auront un peu peur sans se douter que leur avenir se joue là. Les parents se poseront des questions, les grands-parents sourient avec indulgence… Ils ont leur expérience pour eux.

Souhaitons une excellente rentrée à nos enfants

Accompagnons nos chers petits d’encouragements

Remercions le dévouement de nos enseignants

Nos écoles, pour tous, seront leur meilleur paravent.

Parents, souriez, cachez vos peurs

Assurez-les que là se cache le meilleur

Ne lâchez pas la garde, lâchez leur main

Nos bambins… Nos HÉROS de demain.

Voir les commentaires

Repost 0
Annette Lellouche - dans poesie
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 14:55
l'Amour, l'Amitié...

« On ne peut pas exister sans être aimé » de Romain Gary

Qu’est-ce qu’une Vie sans Amour ? C’est une fontaine assoiffée, ce sont des jours tout de gris vêtus et des nuits noires sans étoiles. L’Amour c’est le moteur même de la vie dans toute sa palette de couleurs !

Dans « Un soir d’été en Sardaigne » François, l’amant d’Elsa l’interroge : Auras-tu le courage de m’aimer ? Elsa choisira un autre courage... Une voix de traverse qui exacerbe les secrets et les non-dits... A-t-elle fait le bon choix ?

Elsa, Véronique, Serge, Julien, Matéo, Marina, sont pris dans la tourmente de leurs Amours compliquées, interdites, égoïstes.

Ils se piègeront dans l’exigence excessive de l’Amour à tout prix, provoquant un tsunami.

Dans « La clé de l’embrouille » La quête croisée vers l’Amour absolu « embrouille » les cartes enchainant les quiproquos. Qui veut quoi, qui aime qui ? Quid de cette clé de l’embrouille ? Suspense assuré. L’énigme n’apparaitra que dans les cinq dernières pages.

Seule Dame Nature avec sa bonté d’âme trouvera les bonnes solutions.

"Il n'y a pas d'amour ni d'amitié qui croisent le chemin de notre destinée sans laisser de marque pour toujours" de François Mauriac

Dans « retourne de là où tu viens » ce qui aurait dû être un hymne à l’Amitié se transforme en jalousie, en haine, puis en rejet. Mais Francette en a vu d’autres et lui faire baisser les bras pour l’obliger à renoncer au concours littéraire, relève d’une mission impossible. Celui ou celle qui durant une année l’invectivera en sera pour ses frais… La récompense suprême est venue d’un professeur de français. « retourne de là où tu viens » a rejoint les bancs d’une classe de 3ème à Ste Maxime, année 2015/2016. Après une matinée pédagogique avec les collégiens, la boucle est bouclée et la route toute tracée pour Francette/Annette.

La marque se verra toujours dans le regard fier de Francette/Annette.

« La vie ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre comment danser sous la pluie » de Sénèque

« Gustave » « Lettre à pépé Charles » et « Charles et Aurélien »

Une trilogie provençale tendre à souhait. Simon n’est pas satisfait de son statut familial avec son manque. Il sait danser sous la pluie. Il ne laisse ni au hasard, ni aux silences des adultes, ni aux querelles intestines qui se déchainent dans ce village varois à Tourrettes, l’issue de son Destin. Même la pluie ne l’arrêtera pas, provoquant une rencontre insolite qui va bouleverser le village tout entier. L’Amour et l’Amitié y ont toute leur place.

« À qui sait bien aimer, il n’est rien d’impossible de Pierre Corneille

Dans « Gracieuse et Panache sont amis », Conte initiatique sur l’Amitié et le Bien et le Mal, « premières lectures»… Tout un programme, mis aux couleurs de l’auteure et encourageant les enfants à mêler leurs couleurs aux siennes dans les dessins qu’elle a volontairement laissés en N/B. Pour Gracieuse rien n’est impossible et Panache le sait !

Les vacances c’est terminé. Les beaux jours c’est presque terminé. La reprise du travail pointe le bout de son nez, alors laissez-vous emporter dans « mon manège à moi ». Suspense et cœurs en suspens… Des hauts et des bas, l’Amitié au bout du fil, l’Amour sous toutes ses coutures. Je couds, je brode pour vous inviter à mon bal des « gens heureux ».

Pour toute commande, le site : http://a5editions.fr , envoi assuré sous 48h, en port franco. Merci.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de kinine
  • : livres, poésies, billets d'humeur, expo de peinture...
  • Contact

Catégories