Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 10:22
Les mots ne sont pas que des mots...

« Les mots dans le tourbillon des sensations, des réalités, des émotions et des sentiments… » nous écrit Alain Trémiseau. 

Le pertinent texte de mon ami Alain a suscité en moi une envie de le taquiner,  et de lui poser une devinette en ce vendredi pluvieux… Eh oui il pleut aussi sur la Côte d’Azur qui peu à peu se transforme en Côte d’usure. 

Donc Alain : quelle est la différence entre un couteau et un mot ?

Il n’a échappé à personne qu’un couteau n’a « qu’un côté tranchant » qui sert principalement à trancher, parfois laborieusement pour un morceau offrant de la résistance et l’on dira d’un haussement d’épaules que la lame n’est pas bien affûtée, parfois amoureusement le tranchant glisse sur une belle tranche de foie gras ou sectionne d’un coup sec le bolduc d’un joli paquet cadeau (Noël oblige) ; parfois la lame coquine se révolte et dérive offrant  une estafilade sur un doigt qui voit rouge…  Un petit pansement fera l’affaire vite oubliée. J’omettrai de mentionner son rôle sanguinaire et meurtrier, une fois encore Noël oblige !

Mais le mot est redoutable car il est « à double tranchant ». Soit ! Un mot peut se conjuguer à l’infini et provoquer diverses réactions. Un même mot utilisé à l’affirmatif peut faire renaître ou à la négative peut tuer (moral ou physique). Que de mots tant attendus resteront inaudibles, ou échoueront sur un banc de sable, perdus à jamais telle une coquille vidée de sa substance. Que de mots assénés un jour de crise, que de non-dits, que de mots blessants ou de révolte mais aussi que de mots doux, de mots soleil, de mots parfum, de mots humour, de mots fleuris, de mots arc en ciel, de mots Amour… Même si Amour ne rime pas avec toujours. Vivre l’instant sublime !

Alors rangeons les couteaux et tournons-nous vers tous ces mots qui peuvent faire rêver, bâtir de belles histoires, réparer l’irréparable sauf à écrire, envoyer, dire, crier nos bons sentiments car la Vie sans Amour c’est trop difficile. Vivre pour aimer et aimer pour vivre… L’Amitié aussi a un beau rôle à jouer… Ne me dites surtout pas que ce ne sont que des mots et que la vie est tout autre. Non, non les mots… Faut oser les dire ! Ils vous le rendront bien.

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d’année.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 16:15
"premières lectures 6/8 ans" avec un concours de coloriage

"premières lectures 6/8 ans" avec un concours de coloriage

« La vraie lecture commence quand on ne lit plus seulement pour se distraire et se fuir, mais pour se trouver » Jean Guéhenno

 

Noël approche à grands pas... Des livres au pied du sapin ou tout simplement sous la serviette de la jolie table en fête. Des livres pour Noël ? Sans hésitation ! Cadeau coup de cœur "À L’ASSAUT DU BONHEUR ", cadeau plaisir "GUSTAVE" et la suite "LETTRE À PÉPÉ CHARLES" qui fleurent bon la Provence ou tout simplement cadeau utile "LA MIRACULÉE" pour ne pas dire comme moi "Je ne savais pas". De l'humour, du suspense et de l'amour dans tous mes romans. Sans oublier les enfants avec "GRACIEUSE ET PANACHE AU HARAS" et son concours de coloriage. Pour commander et en savoir plus : www.a5editions.fr -  Paiement Paypal sécurisé ou par chèque. Envoi sous 48h, dédicace, marque page et frais de port offerts. Merci et au plus grand plaisir de réceptionner vos commandes.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 13:57
Mes danseurs de tango.

Mes danseurs de tango.

« Je ne connais qu’un devoir, c’est celui d’aimer » Albert Camus

Il y a 55 ans jour pour jour, il neigeait en région parisienne. Le poêle à charbon qui tirait mal dans le misérable petit meublé où deux amoureux avaient passé leur première nuit d’amour, a failli les tuer. Mais non ! L’amour est le plus fort. Le passé leur revient en mémoire. Se marier  pour le meilleur et pour le pire leur avait dit Monsieur le Maire. Le pire, ils l’ont oublié puisqu’à chaque fois ils l’ont vaincu. Le meilleur leur permet de vivre aujourd’hui le Bonheur.

Paul Anka leur a chanté «  You are my destiny », Charles Aznavour les a bercés « Sur ma vie », Edith Piaf les a rassurés « Non je ne regrette rien ». Jacques Brel les a fait sourire « Bien sûr nous eûmes des orages ». Personne ne croyait en leur amour, traité d’amourette passagère. Trop jeunes, sans argent, aucune expérience et bla bla bla. Que Nenni répondent-ils aujourd’hui…  55 ans qu’on vous dit !

Ne jamais désespérer, ne jamais perdre foi en l’existence. La Vie a semé et ils ont récolté, aplanissant les dangers, sauvant le meilleur à longue durée !

La pluie cogne sur les vitres. Les arbres ruissellent de toute l’eau tombée du ciel. La nature se déchaîne. Un feu de cheminée crépite, des flammes dansent sur les brindilles, ils écoutent Chopin – Spring Waltz (Mariage d’amour).  L’émotion les gagne !

Juste une pensée affectueuse pour celles et ceux qui vivent dans la détresse, la maladie ou la froidure  du temps. Demain il fera soleil. Y croire, surtout y croire, c’est déjà une victoire sur l’adversité.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 09:34
La Garonne qui monte dangereusement !

La Garonne qui monte dangereusement !

Après un samedi des plus angoissants, La Garonne longeant ma maison, montant, montant...

Après une nuit calme, le ciel a arrêté de nous tomber sur la tête ! 

Était-ce une mise en garde face à la folie des hommes, aux constructions anarchiques, aux usages inconsidérés de produits toxiques, d'appareils ou de déplacements inutiles ? Va-t-on en tirer les conséquences ? Mais non ! On continuera comme avant et même pire qu'avant. Il est difficile de revenir en arrière mais il est possible de raisonner pour aujourd'hui et demain, pour nos enfants et ceux à venir. Ce matin ma maison a repris un visage normal, des feuilles d'or l'ont auréolée d'un magnifique tapis automnal, mes arbres ont encore les pieds dans l'eau et le feuillage continue à dégouliner, certaines fleurs se sont inclinées vers le sol et peut-être ne se redresseront plus. Faire et défaire c'est toujours travailler, alors je replanterai, je ramasserai, je redonnerai vie à tout ce que j'aime ! Bon courage à tous ceux qui ont tout perdu... Mais la vie est là ! N'est-ce pas le plus important malgré le crève-cœur de voir tous ses souvenirs effacés par dame nature en colère ! Ne laissons pas place aux regrets mais à l'espoir de jours meilleurs. Bon dimanche.

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 13:40
Un W.E. miraculeux !

Ma définition du Bonheur : C’est Avant, Pendant et Après. Avant on lui court après, pendant c’est sublissime et après on en rêve longtemps.

Avant: Miss Météo nous avait prédit un temps pluvieux pour ce W.E. eh bien non ! Il a plu à verse la nuit, et le jour, le ciel bleu et le soleil se sont ’imposés. Un miracle !

Pendant : Ste Maxime ne nous a pas trahis. Nos lectrices/lecteurs et surtout la jeunesse étaient au rendez-vous. C’est un des rares salons où le public est très fidèle et quand il aime c’est pour toujours. Alors je commence par un grand merci au Lions Club pour son accueil et sa lutte contre l’illettrisme. Cette année deux collèges ont participé au concours de poésie avec leurs collégiens. N’est-ce pas la clé de l’engouement des jeunes à venir acheter nos livres pour apprécier la littérature ?

Nous avons eu l’immense privilège d’écouter un magnifique concert de musique de la professeure d’école de musique et de ses élèves. J’ai été émue aux larmes lorsque Anaïs nous a joué de très jolis morceaux classiques Debussy entre autres et populaires comme « je suis malade » qui m’a rappelé mon papa. Elle a un bel avenir de musicienne devant elle.

Françoise est passée me remercier. L’an dernier elle m’avait pris « La Miraculée » en prévision d’une opération au genou. Elle a suivi à la lettre mes conseils me remerciant encore et encore. Elle est repartie avec « À l’assaut du bonheur ».

Bernadette est une lectrice comme il en faudrait des dizaines. Elle est venue directement à mon stand, a choisi les « Gracieuse et Panache » qu’elle n’avait pas encore achetés car son petit-fils était encore trop petit. Cela m’a fait plaisir car elle avait mémorisé l’intégralité de ma bibliographie plus les deux derniers qu’elle découvrait. Elle en parlait aux personnes qui s’approchaient de ma table, leur faisait la présentation bien mieux que moi. Là elle a tous mes livres et j’ai donc tout intérêt à écrire une nouveauté pour l’an prochain afin de ne pas la décevoir.

Sophie rencontrée à l’Espace Culturel de Cogolin cet été, m’avait pris « La clé de l’embrouille » et là elle est repartie avec « À l’assaut du bonheur ».

Josiane m’a félicitée pour « La Miraculée ». Le Lions Club paraît-il l’a fait tourner et c’est comme ça qu’elle l’a lue. Ravie que « La Miraculée » vive sa vie !

Quant à la jeunesse, j’ai fait de belles dédicaces avec Louanne, Eurydice, Amy, Léonor, Lynne, Léo et d’autres dont je n’ai pas eu le temps de mémoriser les prénoms tant l’émotion était vive mais je sais que l’an prochain je les reconnaitrai.

Après, Ces belles rencontres sont mon moteur. Longtemps après j’y pense ! Un grand merci à tous ces visiteurs qui nous ont fait confiance ou qui continuent à nous faire confiance et à bientôt ! 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 15:22
Un film à voir "Hors normes" !

« Ne pas railler, ne pas pleurer, ne pas détester mais comprendre » Spinoza

Ce matin, je me suis levée obsédée par un film vu avec mon amie Claire, hier. Je n’arrive pas à comprendre !  Alors je vous en parle avec mes mots les plus simples venant de mon cœur, de mes tripes :

Un scénario hors normes, des acteurs hors normes, des cris, des pleurs, des sourires, des câlins au milieu du chaos, l’espoir qui est là tout près… HORS NORMES ! Je jetais des regards discrets en direction de Claire et je voyais que comme moi elle était parfois au bord des larmes et en même temps jusqu’au bout on se disait « ces deux-là vont réussir ». Ils ont un charisme hors normes, ils y croient  et quand on y croit on réussit.

Vous avez peut-être entendu parler du film « Hors normes ». Ce n’est pas du cinéma, c’est un film « prise de conscience » mais surtout pas « prise de tête » parce qu’on sent le vécu d’hommes et de femmes qui vivent des situations très difficiles mais qui ne baissent jamais les bras, parce qu’ils ne sont qu’amour… Si, si, ça existe !

Le film : On est plongé tout de suite dans un monde d’enfants et d’adolescents autistes que deux éducateurs (je dirais deux saints hommes et l’adjectif n’est pas assez fort), Bruno et Malik, portent à bout de bras. Envers et contre tous. Les structures sociales et hospitalières n’en veulent plus de ces gosses, les parents n’en peuvent plus mais sont prêts à tout pour leurs enfants comme cette maman qui veut aller voir un marabout pour désenvouter son fils ou celle qui dit « que va devenir mon fils lorsque je ne serais plus là » ? Et Bruno qui voulait rentrer chez lui après une journée éprouvante, reste près de cette mère pour la rassurer. Ces deux éducateurs ont créé chacun une association et sont complémentaires. Ils ne fonctionnent pas dans les règles de l’art, comme la fonction publique l’exige. Ils sont « hors normes » mais qu’y a-t-il de plus important que de venir au secours de ces petits  « pas comme les autres » ? Personne ne les aide financièrement et pourtant ils foncent. Malik n’hésite pas à sortir des jeunes de leur cité où ils sont sinistrés pour les former et leur offrir un avenir, parfois à leur corps défendant. Pas facile tout ça… Mais tant de bonnes volontés réunies offrent le meilleur à ces autistes.

Je ne vous en dirai pas plus, il faut aller voir le, CE film, écouter les dialogues, prendre conscience de la souffrance de ces mômes qui ne demandent qu’à s’extirper de leurs douloureux carcans, le plébisciter autour de vous pour défendre cette cause.

Une cause juste et urgente !

Lorsque j’ai animé mon atelier d’écriture pour des enfants de 7 à 12 ans, à Toulon, il y a quelques semaines, j’ai côtoyé la souffrance de quatre gamins abandonnés, accompagnés d’une éducatrice, stipulés cas sociaux, et j’ai eu beaucoup de mal à m’en remettre tellement ils étaient confondants de gentillesse et assoiffés d’amour. Leurs textes m’ont touchée. Le plus âgé des quatre, douze ans, tel un grand homme (déjà) au moment des au-revoir, s’est levé et spontanément a remercié l’éducatrice tout Amour ! "Merci, sans toi je ne serais pas là et je n’aurais pas vécu ce bel A.M.". Il m’a serré dans ses bras et m’a demandé quand j’allais revenir. Émotion ineffable, inoubliable. Mais là c’est encore pire… La souffrance des enfants autistes est morale et physique. On a mal avec eux, mais jamais autant qu’eux !!!

Un immense merci à Messieurs Éric Toledano et Olivier Naccache qui ont rendu ce film très attachant.

Un grand coup de chapeau à Vincent Cassel et Reda Kateb, Bruno et Malik.  Leur seule religion est de sauver ces enfants. Comment sortir indemnes d’un tel tournage, je me le demande !

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2019 2 01 /10 /octobre /2019 14:34
Coloriage de Candice 7 ans, dans "Gracieuse et Panache au Haras"

Coloriage de Candice 7 ans, dans "Gracieuse et Panache au Haras"

« On ne se souvient pas des jours, on se souvient des instants » Cesare Pavese.

Un rapide retour sur le XXIIème Salon du Livre de Saint Laurent du Var.

Ce salon avait un cachet spécial cette année. Il regroupait la fête du Terroir, les métiers anciens et le Salon du Livre.  Et comme tout se passait autour de l’église dans le Vieux Village, de nombreux baptêmes nous ont permis de voir des familles endimanchées, des petites filles avec de jolies couronnes de fleurs dans les cheveux. C’était La FETE ! Une ambiance comme j’aime ! La chorale est venue nous chanter quelques airs.

Tout d’abord un grand merci à Philipe Porteron et à toute son équipe, des mamies du Comité du Vieux Village qui chaque année nous gâtent en nous servant à déjeuner, des spécialités du terroir préparées par leurs soins. Avec le sourire ! Du Bonheur !

Merci à Marithé, elle faisait partie des mamies du Comité, pas cette année. Elle est venue spécialement pour moi, pour ma nouveauté. Une belle histoire d’amitié. J’ai connu Marithé à mon premier salon du livre de St Laurent du Var il y a huit ans. Elle m’avait pris mon premier roman et depuis, tous mes livres adultes et enfants font partie de sa bibliothèque. Elle a 92 ans, une prestance, un charisme, un look vestimentaire de toute beauté à faire pâlir d’envie des biens moins jeunes…

Merci à Danièle et sa fille venues de Vence. Je devais dédicacer la semaine précédente à Vence mais j’avais dû annuler pour un petit problème de santé. Elles sont venues à ma rencontre à St Laurent pour la suite de « Gustave » : « Lettre à pépé Charles » et ont profité également de la fête.

Merci à Brigitte, une Miraculée comme moi, repartie avec « À l’assaut du bonheur » qu’elle emportera dans sa valise le lendemain même, en vacances.

Merci à  Candice, 7 ans, qui n’a pas attendu de lire « Gracieuse et Panache au Haras ». En rentrant le soir-même, son coloriage en participation au concours était déjà dans ma boite de mails. Oubliée ma fatigue, après un tel élan d’une enfant de 7 ans !

Je vous avais promis un rapide retour sur ce salon, je termine donc en remerciant tous les enfants qui ont choisi « Gracieuse et Panache » qui après un tour de salon sont revenus vers moi et toutes mes lectrices parties avec « À l’assaut du bonheur » et « Lettre à pépé Charles ». Hélas « La Miraculée » ne trouve pas preneur car les lectrices veulent du rêve… même si je les assure que « La Miraculée » est tout sauf angoissant…  Sourires…

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2019 2 01 /10 /octobre /2019 14:34
Coloriage de Candice 7 ans, dans "Gracieuse et Panache au Haras"

Coloriage de Candice 7 ans, dans "Gracieuse et Panache au Haras"

« On ne se souvient pas des jours, on se souvient des instants » Cesare Pavese.

Un rapide retour sur le XXIIème Salon du Livre de Saint Laurent du Var.

Ce salon avait un cachet spécial cette année. Il regroupait la fête du Terroir, les métiers anciens et le Salon du Livre.  Et comme tout se passait autour de l’église dans le Vieux Village, de nombreux baptêmes nous ont permis de voir des familles endimanchées, des petites filles avec de jolies couronnes de fleurs dans les cheveux. C’était La FETE ! Une ambiance comme j’aime ! La chorale est venue nous chanter quelques airs.

Tout d’abord un grand merci à Philipe Porteron et à toute son équipe, des mamies du Comité du Vieux Village qui chaque année nous gâtent en nous servant à déjeuner, des spécialités du terroir préparées par leurs soins. Avec le sourire ! Du Bonheur !

Merci à Marithé, elle faisait partie des mamies du Comité, pas cette année. Elle est venue spécialement pour moi, pour ma nouveauté. Une belle histoire d’amitié. J’ai connu Marithé à mon premier salon du livre de St Laurent du Var il y a huit ans. Elle m’avait pris mon premier roman et depuis, tous mes livres adultes et enfants font partie de sa bibliothèque. Elle a 92 ans, une prestance, un charisme, un look vestimentaire de toute beauté à faire pâlir d’envie des biens moins jeunes…

Merci à Danièle et sa fille venues de Vence. Je devais dédicacer la semaine précédente à Vence mais j’avais dû annuler pour un petit problème de santé. Elles sont venues à ma rencontre à St Laurent pour la suite de « Gustave » : « Lettre à pépé Charles » et ont profité également de la fête.

Merci à Brigitte, une Miraculée comme moi, repartie avec « À l’assaut du bonheur » qu’elle emportera dans sa valise le lendemain même, en vacances.

Merci à  Candice, 7 ans, qui n’a pas attendu de lire « Gracieuse et Panache au Haras ». En rentrant le soir-même, son coloriage en participation au concours était déjà dans ma boite de mails. Oubliée ma fatigue, après un tel élan d’une enfant de 7 ans !

Je vous avais promis un rapide retour sur ce salon, je termine donc en remerciant tous les enfants qui ont choisi « Gracieuse et Panache » qui après un tour de salon sont revenus vers moi et toutes mes lectrices parties avec « À l’assaut du bonheur » et « Lettre à pépé Charles ». Hélas « La Miraculée » ne trouve pas preneur car les lectrices veulent du rêve… même si je les assure que « La Miraculée » est tout sauf angoissant…  Sourires…

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2019 6 28 /09 /septembre /2019 12:05
Le Bonheur pour tous...

Le Bonheur pour tous...

« Ce que j’aime du voyage c’est l’étonnement du retour » Stendhal

Ce dimanche 29 septembre 2019, de 9h30 à 18h, je vous invite au beau voyage concocté par le Comité du Vieux Village de St Laurent du Var :

- Place Castillon vous pourrez découvrir ou revoir 60 métiers d’antan.

- Totalité de l’Avenue du 11 Novembre pour la Fête du Terroir.

- Place Mayen et Place de La Fontaine : XXIIème Salon du Livre.

J’éprouve une tendresse particulière pour ce salon qui m’a reçue à mes tous débuts, qui ne m’a jamais déçue et qui d’une année sur l’autre « m’oblige » (me stimule pour continuer à écrire).

Tout d’abord c’est une histoire d’amitié avec l’organisateur Philippe Porteron, son épouse Marithé et toutes ces mamies qui nous reçoivent avec générosité, sourire et amour. Oui le sentiment d’amour et de respect des auteurs qui fait défaut dans certains salons…

D’autres émotions m’attendent, que je savoure à l’avance, je vous raconterai…

Nous vous accueillerons avec plaisir dimanche 29 Septembre, vous apprécierez ce voyage dans ce village resté authentique, étonnement du retour assuré !

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2019 3 25 /09 /septembre /2019 08:07
Coloriage de Valentin 7 ans

Coloriage de Valentin 7 ans

« Un jour, on se met à écrire pour entendre la voix lointaine de nos mères. Lorsque j’écris, j’entends la voix de la mienne «  René Frégni

LE grand moment approche d’aller à la rencontre des 7/12 ans pour leur parler lecture et écriture. Car l’une ne va pas sans l’autre. Voir le programme complet : http://labodeshistoires.com/lbh/animots/

Tous les jours on entend dire que les enfants ne lisent plus. Il y a ceux qui lisent, bien heureusement. Et lorsqu’une maman s’investit à m’envoyer le coloriage de Valentin et ses réactions sur l’histoire :

« Bonjour, Voici le coloriage choisi par mon fils, Valentin 7ans. Bravo pour cette jolie histoire de Gracieuse et Panache qui a su garder Valentin en haleine, plein de questionnements, de rêves et essayant de résoudre les intrigues. Merci »

cela suscite quelques réflexions :

1/La lecture doit être un jeu pour l’enfant tout en suscitant sa curiosité.

2/ Laisser libre cours à l’imaginaire dans ce jeu de coloriage, choix du dessin d’abord et des couleurs ensuite.

3/ L’accompagnement parental est important. La complicité de cette maman avec son fils Valentin est un bel acte d’amour.

4/ Je dois au plus vite m’atteler à l’écriture du prochain tome de Gracieuse et Panache pour ces enfants qui attendent leur récompense au concours et pour découvrir d’autres aventures !

Au boulot !

Partager cet article
Repost0