Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 19:31
Dédicace à Vence

“Les mots, "ces passants mystérieux de l'âme", sont de grands magiciens et de redoutables entraîneurs de foules.” de Raymond Poincaré

Je vous donne rendez-vous samedi 17 et dimanche 18/9 sur la Place du Grand Jardin à Vence... Si la pluie ne vient pas jouer les trouble-fêtes . Ce serait un comble vu qu'il n'a pas plu depuis des lustres... Alors espérons que la météo se soit trompée, ce qui soit dit en passant, et surtout entre nous, lui arrive souvent. Venez ça nous ferait bien plaisir. Merci.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 19:56
spéciale première fois, tomates

Quand je vous dis que 2016 est l’année des premières fois.

Après les concombres, une belle réussite à partir de quelques plants offerts par mon voisin, voici mes tomates.

La première fois que je mets une petite tomate coupée en rondelles dans un pot avec du terreau et voici le résultat… Bon ce n’est pas aligné au cordeau, j’avoue que je suis un peu bordélique et je n’y croyais pas du tout. C’était une astuce glanée quelque part, je ne sais où. Mais attention bordélique ne veut pas dire non attentionnée. Je les ai arrosées mes tomates, tous les jours, dans le Sud il fait si chaud, ce n’est un secret pour personne, je leur ai mis des tuteurs lorsque je les sentais prêtes à courber l’échine sous le poids des fruits. Non, non, il faut toujours tenir la tête bien droite et sourire au soleil. La vie, la vraie est à ce prix-là. Ensuite, j’ai bien patienté pour les voir prendre des couleurs et à présent, quel régal dans mon assiette ! Mon voisin, celui des concombres, n’en revient pas. Les siennes ont brûlé au soleil, alors on partage les miennes.

Magique je vous dis l’année 2016.

Repost 0
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 08:20

« Où serait le mérite si les héros n’avaient jamais peur ? » de Alphonse Daudet

Pour tous nos bambins, l'émotion est à l'ordre du jour. La rentrée des classes, la nouvelle maîtresse ou le nouveau maître, les nouveaux "copains-copines", les pleurs, les rires... pour grandir.

Les parents aussi grandiront avec eux. L’école de la VIE.

Les grands-parents seront de la fête pour les plus chanceux…

Une belle aventure commence en ce premier septembre. Les plus petits auront un peu peur sans se douter que leur avenir se joue là. Les parents se poseront des questions, les grands-parents sourient avec indulgence… Ils ont leur expérience pour eux.

Souhaitons une excellente rentrée à nos enfants

Accompagnons nos chers petits d’encouragements

Remercions le dévouement de nos enseignants

Nos écoles, pour tous, seront leur meilleur paravent.

Parents, souriez, cachez vos peurs

Assurez-les que là se cache le meilleur

Ne lâchez pas la garde, lâchez leur main

Nos bambins… Nos HÉROS de demain.

Voir les commentaires

Repost 0
Annette Lellouche - dans poesie
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 14:55
l'Amour, l'Amitié...

« On ne peut pas exister sans être aimé » de Romain Gary

Qu’est-ce qu’une Vie sans Amour ? C’est une fontaine assoiffée, ce sont des jours tout de gris vêtus et des nuits noires sans étoiles. L’Amour c’est le moteur même de la vie dans toute sa palette de couleurs !

Dans « Un soir d’été en Sardaigne » François, l’amant d’Elsa l’interroge : Auras-tu le courage de m’aimer ? Elsa choisira un autre courage... Une voix de traverse qui exacerbe les secrets et les non-dits... A-t-elle fait le bon choix ?

Elsa, Véronique, Serge, Julien, Matéo, Marina, sont pris dans la tourmente de leurs Amours compliquées, interdites, égoïstes.

Ils se piègeront dans l’exigence excessive de l’Amour à tout prix, provoquant un tsunami.

Dans « La clé de l’embrouille » La quête croisée vers l’Amour absolu « embrouille » les cartes enchainant les quiproquos. Qui veut quoi, qui aime qui ? Quid de cette clé de l’embrouille ? Suspense assuré. L’énigme n’apparaitra que dans les cinq dernières pages.

Seule Dame Nature avec sa bonté d’âme trouvera les bonnes solutions.

"Il n'y a pas d'amour ni d'amitié qui croisent le chemin de notre destinée sans laisser de marque pour toujours" de François Mauriac

Dans « retourne de là où tu viens » ce qui aurait dû être un hymne à l’Amitié se transforme en jalousie, en haine, puis en rejet. Mais Francette en a vu d’autres et lui faire baisser les bras pour l’obliger à renoncer au concours littéraire, relève d’une mission impossible. Celui ou celle qui durant une année l’invectivera en sera pour ses frais… La récompense suprême est venue d’un professeur de français. « retourne de là où tu viens » a rejoint les bancs d’une classe de 3ème à Ste Maxime, année 2015/2016. Après une matinée pédagogique avec les collégiens, la boucle est bouclée et la route toute tracée pour Francette/Annette.

La marque se verra toujours dans le regard fier de Francette/Annette.

« La vie ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre comment danser sous la pluie » de Sénèque

« Gustave » « Lettre à pépé Charles » et « Charles et Aurélien »

Une trilogie provençale tendre à souhait. Simon n’est pas satisfait de son statut familial avec son manque. Il sait danser sous la pluie. Il ne laisse ni au hasard, ni aux silences des adultes, ni aux querelles intestines qui se déchainent dans ce village varois à Tourrettes, l’issue de son Destin. Même la pluie ne l’arrêtera pas, provoquant une rencontre insolite qui va bouleverser le village tout entier. L’Amour et l’Amitié y ont toute leur place.

« À qui sait bien aimer, il n’est rien d’impossible de Pierre Corneille

Dans « Gracieuse et Panache sont amis », Conte initiatique sur l’Amitié et le Bien et le Mal, « premières lectures»… Tout un programme, mis aux couleurs de l’auteure et encourageant les enfants à mêler leurs couleurs aux siennes dans les dessins qu’elle a volontairement laissés en N/B. Pour Gracieuse rien n’est impossible et Panache le sait !

Les vacances c’est terminé. Les beaux jours c’est presque terminé. La reprise du travail pointe le bout de son nez, alors laissez-vous emporter dans « mon manège à moi ». Suspense et cœurs en suspens… Des hauts et des bas, l’Amitié au bout du fil, l’Amour sous toutes ses coutures. Je couds, je brode pour vous inviter à mon bal des « gens heureux ».

Pour toute commande, le site : http://a5editions.fr , envoi assuré sous 48h, en port franco. Merci.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 09:47
Amour, Amour quand tu nous tiens...

« Les femmes sont extrêmes, elles sont meilleures ou pires que les hommes » de Jean de La Bruyère. Vous en aurez la preuve dans ce roman tendre à souhait...

Sitôt re-publié, sitôt dédicacé et déjà un bel hommage à l’amour de quelque bord qu’il soit… Cette chronique est signée de Sylvie Grignon auteure entre autres de "Les confidences de Clara" :
Et bien je vous fais un retour de ma lecture « Un soir d’été en Sardaigne ». Je suis littéralement tombée sous le charme de votre plume et des personnages et croyez-moi, c’est un compliment car je suis une lectrice surtout de polars et thrillers. J’ai autant aimé l’intrigue romanesque que le dénouement positif et fort joli. Je ne m’attendais pas du tout à une histoire sur des amours homosexuelles, très difficile à écrire, et je vous félicite car les mots sont emplis de pudeur et de tendresse. Un très bon roman ! Et je le redis une fin tellement jolie que cela donnerait envie d’y croire. Merci pour ce très bon moment. Bises Sylvie Bientôt un nouveau livre ????
Pour la petite histoire ce roman a reçu le coup de cœur des bibliothécaires. Le site pour lire d'autres chroniques http://a5editions.fr et si le Cœur vous en dit, le commander. Merci

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 15:07

« Je ne trempe pas ma plume dans l’encrier mais dans la vie » de Blaise Cendrars

Écrire est un acte isolé, dédicacer en est la suprême récompense, en quelque sorte une reconnaissance. Un satisfecit qui nous va droit au cœur et qui donne des ailes à notre plume pour continuer notre route littéraire aussi difficile qu’enthousiasmante.

La dédicace au Couvent Royal de St Maximin la Ste Baume s’est, pour ma part, très bien passée. Je pense qu’il y a eu un peu moins de visiteurs cette année, mais ceux qui se sont déplacés, sont des lecteurs assidus de ce salon (venus en famille), désirant connaître les nouveautés de leurs auteurs qui les ont séduits les années précédentes, et qui n’ont pas hésité un seul instant à nous GÂTER.

Parce que gâtée, je l’ai été par des nouveaux lecteurs qui ont eu une capacité d’écoute très appréciable. Un livre pour qu’il change de mains (de l’auteur au lecteur) il faut le présenter, le faire vivre, mais également il faut la force de conviction de l’auteur pour susciter l’envie de la lecture. J’ai beaucoup de chance car même si je n’ai pas tout de suite pu décider la personne face à moi, je sais, d’instinct, qu’elle reviendra parce que j’ai su faire passer le message : « Lisez-moi » et c’est à chaque fois une belle émotion.

J’ai vraiment apprécié une mamie qui a fait le tour du salon le matin tranquillement, qui m’a dit « vos livres m’intéressent, je repasse cet après-midi ». Promesse tenue, elle est arrivée avec sa fille et sa petite-fille. Nouvelle présentation de mes livres et là j’ai appris dans la discussion que la mamie va conter dans les crèches et les petites classes, accompagnée de sa petite-fille, onze ans, qui a paraît-il beaucoup de succès. Quel beau tableau d’amour et de complicité intergénérationnels. Je suis très fière car je sais que « Gracieuse et Panache sont amis » ainsi que ma trilogie « Gustave » sont en de très bonnes mains. La petite-fille semblait enchantée et sa maman s’est exclamée « à moi maintenant » et elle a choisi le policier « La clé de l’embrouille ».

Anne-Marie une lectrice du salon de Garéoult d’il y a deux ans, que je n’avais pas reconnue à mon grand regret mais elle oui, est arrivée à l’heure où j’aurais dû aller déjeuner. Elle avait vraiment envie de parler de mes livres déjà lus et en savoir un peu plus sur des passages de lecture qui l’ont touchée. Il a fallu l’intervention du secrétaire du salon pour nous interrompre et que j’aille déjeuner, le restaurant allait fermer… Elle est repartie avec le dernier publié. Il était plus de13h et je n’avais pas vu passer la matinée. Même pas faim ! Mes dédicaces m’avaient amplement nourrie.

Ma plus belle surprise est arrivée de Laëtitia de Bousbecque (dans le Nord) accompagnée de sa fille. Une lectrice (aujourd’hui auteure, j’ai eu l’immense plaisir de lui corriger son manuscrit) rencontrée « virtuellement » sur les réseaux, qui m’avait déjà commandé « retourne de là où tu viens » il y a quelques mois, la semaine dernière « La clé de l’embrouille » et qui arrivant à ma hauteur, m’a souri. Je lui dis « il me semble vous avoir déjà vue ». Elle a souri à nouveau et me dit « non mais on se connaît, je suis Laëtita et je voulais venir vous voir en surprise ». Elle est en vacances dans la région et a fait tout de même pas mal de Kms pour faire ma connaissance et repartir avec les livres qu’elle n’avait pas encore commandés. Nous avons bavardé longtemps, nous étions en parfaite osmose.

Chris (laloracorse) de Vip Blog, la générosité même. Elle achète des livres et quand elle les aime, les chronique sur son blog puis les rachète pour les offrir. Dimanche c’était l’anniversaire de son papa il a eu « Un soir d’été en Sardaigne », à Noël il avait eu la trilogie et pour son amie elle a pris le policier et pareil à Noël c’était la trilogie. Ses deux petites-filles ont eu « Gracieuse et Panache… ». Elle habite la région parisienne, est en vacances à une vingtaine de Kms de là et a voulu également faire connaissance. Accompagnée de sa fille Laura, son fils et son époux. Son époux se moquait gentiment de nous, tant nous étions contente de nous voir. Nous échangeons sur nos blogs respectifs toute l’année et là nous pourrons mettre un visage sur nos mots.

Et bien sûr mon amie Hélène, elle-même auteure, mais pas en dédicace ce dimanche. Nous nous sommes connues en dédicace au salon du livre à Toulon, puis revues dans d’autres salons. Nous avons mille points communs, aussi gaies, souriantes et communicatives l’une que l’autre. Heureusement que personne n’écoute nos confidences…

Je ne dois pas oublier de remercier les parents d’Alaméa, Léa, Chiara, Mathieu, Jérôme et quelques autres dont je n’ai pas eu le temps de noter les prénoms, qui ont accepté la pression de leurs enfants pour repartir avec « Gracieuse et Panache … ». Il leur a fallu parfois deux tours du salon pour céder. Mais les enfants savent ce qu’ils veulent ! Et moi j’attends vos coloriages pour les ajouter, comme promis, sur mon tome 2 de « Gracieuse et Panache ». Merci.

J’étais vraiment aux anges par tant de visites amicales, tant de générosité et de spontanéité. Et c’est qui a fait toute la différence pour mon score des ventes qui a explosé. Du simple au double par rapport à l’an dernier.

Le hasard du calendrier et des vacances a bien fait les choses. Merci la VIE !

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 06:43
Festival littéraire St Maximin la Ste Baume

J'aurai l'extrême plaisir de vous retrouver à la 6ème édition du Festival Littéraire au Couvent royal de St Maximin La Ste Baume. Je dédicacerai les samedi et dimanche 20 et 21/8. Un grand merci par avance pour toutes celles et tous ceux qui viendront à notre rencontre pour partager d'agréables moments littéraires.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 17:50
Un peu d'eau, de soleil et d'amour...

Quelques plants offerts par mon voisin, plantés sans conviction, mais la nature est ainsi faite qu’elle répond parfaitement à nos aspirations. Il suffit d’y mettre ses convictions. Ça va marcher ! La preuve par l’image.

D’humeur légère ce matin,

S’impose une visite au jardin.

S’exhale des parfums de toutes parts,

S’offre à vos yeux ce doux faire-part :

Je vous ai bichonnés tout l’été

D’eau et d’amour je vous ai abreuvés

De jour en jour je vous ai observés,

Et admiré vos premières fleurs dorées.

Plusieurs matins, je me suis découragée

Impatiente, mes mains vous cherchaient

Rien, toujours rien, vous me narguiez

Tapis sous le feuillage, de moi vous jouiez.

Ce jour, un jour pas comme les autres, certes

Vous m’êtes apparus dans votre belle robe verte

Enfin vous êtes là et je vous ai cueillis, guillerette

Trésor inestimable pour ma première cueillette.

Sont-ce mes mots tout bas murmurés ?

Sont-ce mes vœux pieusement formulés,

Miraculeusement exaucés ? La Nature est bien faite

Un peu d’eau, de soleil et d’amour, simple recette !

Repost 0
Annette Lellouche - dans poesie
commenter cet article
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 06:34
Que la montagne est belle...

« Entre deux individus, l’harmonie n’est jamais donnée, elle doit indéfiniment se conquérir » de Simone de Beauvoir

Cette année, j’ai décidé de ne pas me laisser aller à la facilité en participant toujours aux mêmes salons, à l’exception de certains que je ne raterai pour rien au monde, question de gratitude.

J’apprécie également d’inaugurer les premiers salons. Les organisateurs, les bénévoles se donnent un mal fou pour que l’événement soit une fête pour tous, autant pour les auteurs que pour les visiteurs, et je crois en la magie de la première fois.

J’avais depuis le début entendu parler du salon littéraire de Valdeblore mais je n’y attachais pas d’importance, trop loin, difficile d’accès. Puis lorsque j’ai reçu leur invitation à participer à leur 6ème édition de la fête du livre, je me suis dit « allez, on y va, ça sera une première, advienne que pourra ».

Première belle surprise, la route est belle. « Mon Dieu que la montagne est belle » chantait Ferrat ! Ce petit ruisseau qui serpente à gauche de la route en même temps que nous, la clarté évolue à chaque angle de virage, un voile bleu enveloppe avec sensualité les sommets des montagnes à cette heure matinale. C’est magique ! Merci au GPS, il a été parfait ! Nous avons été attentifs à ses ordres. Aucune incartade.

À l’arrivée, joie des retrouvailles avec des auteurs que je n’avais pas vus depuis un moment. Accueil très chaleureux de l’organisatrice et des bénévoles ; jus d’orange, café, biscuits pour nous mettre en forme, puis une longue table pour pouvoir étaler mes sept titres ainsi que ma mascotte mon clown (en peinture). À midi, pain bagnat délicieux et tarte aux myrtilles, vin, eau et café. Là aussi parfait !

Il y a eu moins de visiteurs que les années précédentes, la raison évoquée serait que les Niçois partent en W.E. pour le grand pont du 15 Août. Je l’ai déjà écrit lors d’une autre chronique, MOINS ne veut pas dire MAL. Bien au contraire, on a le temps de discuter, d’expliquer nos romans, de partager notre amour de la littérature, de se passionner, de sourire, en un mot conquérir l’harmonie entre le lecteur et l’auteur. Et ça marche ! Ma première à Valdeblore fut réussie.

Je ne manque jamais de raconter l’anecdote qui met mon cœur en émoi à chaque dédicace. Cette fois c’est venu de Samuel. Un jeune adolescent de 11 ans. Ses parents avaient avancé sans même me voir et il était un peu à la traîne. Il m’a regardée avec un vague sourire, je lui ai demandé s’il lisait. Il a répondu « Oh non » ! « Non » ? Il s’est vite repris « Très peu » en haussant les épaules (sous entendu juste les livres imposés par l’école). Je lui ai présenté « Lettre à pépé Charles » c’est une lecture confortable pour son âge. Il a secoué la tête négativement. Entre temps ses parents sont revenus sur leurs pas, nous avons discuté un bon moment, J’ai raconté à Samuel mon aventure littéraire, je lui ai présenté « retourne de là où tu viens » en lui précisant bien que ce serait un peu plus difficile pour lui mais que d’autres jeunes de son âge l’avait beaucoup aimé. Je lui ai montré le mail reçu la veille de Théophile, comme lui 11 ans, content d’avoir commencé « retourne… ». J’avais touché son amour propre. Une heure après il est revenu, un chèque à la main, m’a fait dédicacer « Retourne… ». Il m’a promis de m’écrire aussi lorsqu’il aura terminé le roman. Sa maman m’a assurée qu’elle ne l’avait pas influencé, il avait vraiment envie de me lire.

Sur le chemin du retour, je fredonnais « mon Dieu que la montagne est belle »…

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 19:15
Une première fois à Bormes les Mimosas

« J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de vaincre » de Nelson Mandela

On nous dit que la France est en guerre. On supprime des festivités faisant partie du patrimoine français. À côté de ça des maires sont courageux et maintiennent les rencontres estivales. Un grand merci à eux.

La première nocturne de la Fête du Livre à Bormes les Mimosas en ce jeudi 11 Août a été une totale réussite. Le maire et toute son équipe ont pris les choses en main pour que la fête soit réussie. La magie de la première fois ! Une très bonne communication, des vacanciers heureux de flâner dans les petites ruelles où étaient installées les tables des auteurs face aux commerçants vendant des produits régionaux, des auteurs mis à l’honneur. Que demander de plus ?

Qui avait peur ? Qui pensait à mal ? Ils sont venus par centaines, de toute part avec des étoiles plein les yeux. N’est-ce pas la meilleure réponse à apporter aux coups lâches de tous ces barbares sans foi ni loi ? Nous étions en fête !

Je ne participe jamais aux nocturnes car le soir je ne suis pas au mieux de ma forme pour affronter la foule. Mais jamais n’est pas français, dit-on. Le hasard s’en est mêlé, un mail, une invitation de dernière minute et me voilà partie. Deux heures trente pour faire 68 Kms sur la célèbre route de St Tropez, dur dur. Une fois sur place, un bon café et hop au boulot. Je n’ai jamais mis autant de temps pour aligner méthodiquement mes livres car j’étais interrompue sans arrêt par des férus de littérature. Qu’importe ! Un monsieur attendait sa femme près de mon stand. Il a commencé à me questionner, puis tout naturellement s’est proposé de m’aider à vider ma valise. Nous discutions comme deux vieilles connaissances et pour finir il est reparti avec « La clé de l’embrouille » pour sa femme qui adore lire et c’est son anniversaire demain. Une dame semblait s’excuser de « me déranger » un peu avant l’heure de l’ouverture du salon. « Me déranger » ??? Mais non voyons. Léa, Sarah, Agathe, Anita vont aussi avoir la surprise de recevoir « Gracieuse et Panache sont amis » en cadeau d’anniversaire… Et c’est ainsi que mes livres n’ont pas eu le temps de s’ennuyer sur mon stand. Moi je n’ai pas eu le temps d’aller au buffet dînatoire (pas grave j’ai des kilos à perdre et j’avais bien déjeuné à midi, les pieds dans l’eau) et mieux, mon mari est venu à ma rescousse à des moments d’affluence. Il en a été ainsi pour tous les auteurs. À partir de 23h les boutiques fermaient les unes après les autres. Et c’est avec regret que nous avons rangé nos affaires. Un salon comme on aimerait fréquenter plus souvent.

Ce qui m’a le plus touchée, ce sont ces jeunes ados entre 11 et 15 ans, d’une très grande maturité qui repoussait mes livres jeunesse pour préférer « retourne de là où tu viens ». Merci aux parents qui m’ont fait confiance car ce n’est pas un livre facile à lire pour un adolescent. Je ne pourrais les citer tous mais un grand merci à Louis qui m’a assurée qu’il était content de m’avoir rencontrée et il commençait déjà la lecture de mon roman, en marchant, sous le regard très fier et attendri de sa maman. Merci à Théophile, deux grands yeux qui lui mangeaient le visage, un regard franc, une assurance tranquille. Il m’a envoyé un mail le lendemain pour me dire qu’il avait déjà commencé mon livre, qu’il était bien rentré dans l’histoire et qu’elle lui plaisait, qu’il m’écrirait sous peu pour en parler. Pas une faute d’orthographe, une belle tournure de phrase.

Quel bonheur, quelle belle jeunesse, des familles heureuses. Une belle carte postale pour mes vieux jours.

Nous avons mis trois heures pour rentrer, beaucoup de circulation, la route des plages était encore très animée à cette heure bien tardive.

Nous sommes un pays en guerre ? De quel pays parle-t-on, pas de ma France !

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de kinine
  • : livres, poésies, billets d'humeur, expo de peinture...
  • Contact

Catégories