Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 07:41

affiche.jpgPour le deuxième samedi consécutif, et pour l'Amour de toutes les mamans, je dédicace mes livres à l'Espace Culturel du Centre Leclerc de Montauroux (83).

Pour cette "spéciale journée dédicaces", à chaque dédicace j'offrirai un petit conte hilarant "Il était une fois ... Auteurs en vadrouille", écrit à la collégiale avec des Auteurs du Réseau Linkedin.

Durant le W.E. de la Pentecôte nous avons oublié notre âge, nos humeurs et avons écrit de bon coeur dans une douce folie collective. "Les Auteurs en vadrouille" se joignent à moi très généreusement pour vous souhaiter une bonne fête des mamans.

Vous ne pouvez vous déplacer ? Un exemplaire sera joint à toute commande de livre en direct sur le site : http://a5editions.fr . Paiement sécurisé Paypal ou par chèque. À réception les livres seront expédiés en port gratuit sous 48h.

Ne boudez pas votre plaisir, il y a une maman dans tout coeur de femme et il y a "le" livre pour la séduire !

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 13:21

"L'amour maternel est le plus éminent des sentiments égoïstes, ou, pour dire autrement, le plus énergique des sentiments altruistes" de Alain. 

 

Je ne sais pas qui est Alain mais ce qu’il écrit raisonne dans ma tête. Je m’inquiète soudain : raisonne ou résonne ? Les deux ! Je me raisonne pour que ne résonne pas la révolte en moi !

La femme qui décide un jour d’enfanter ne pense pas à un acte égoïste. Cependant quelle est la femme qui réfutera l’idée qu’elle prend cette décision un peu égoïstement. Pour ressentir cette fusion neuf mois durant pour ensuite la vivre chaque jour en accompagnant pas à pas sa réussite, sa gloire jusqu’à appeler sa petite « Gloria », sa chance aussi … dans un sentiment totalement altruiste. L’autre, sa partie d’elle-même. Son tout. Son moi ! Jusqu’au-boutiste ! Jusqu’à son dernier souffle !

Mais la femme qui n’enfantera pas pour de multiples raisons, bien souvent égoïstement fondées ou infondées, payera un lourd tribut à l’aridité de son corps. J’ai souvent remarqué que même dans le désert, une petite fleur sauvage venue de nulle part pousse toujours. La loi de la nature fait sa Loi !

Celle qui se bat, qui lutte, qui se sacrifie, bien souvent au péril de sa vie pour procréer, dépense une énergie démesurée et altruiste. Cette femme-là je la saluerai en particulier.

J’éprouve tout à coup une pensée affectueuse à toutes celles et ceux qui chérissent, pleurent et regrettent leur « môman », disparue toujours trop tôt ! Et plus encore aux mamans qui n'entendront plus "maman je t'aime" parce que la vie en a décidément autrement. Quelle pire triste journée que ce dernier dimanche du mois de mai ?

Cependant va résonner ma révolte contre les mamans qui ne méritent pas ce « label ». Même si elles ont des excuses, même si elles sont inconscientes du mal qu’elles inculquent dans les veines de leur progéniture qui n’a rien demandé avant d’être une minuscule graine mais mendie un peu d’amour après, car la graine a besoin de grandir, même si je veux espérer qu’au fond d’elles-mêmes le cordon reste encore un peu accroché comme un fil rose ou bleu, j’ose à croire que toutes les mamans aiment leur petit bout d’Elles.

Sinon quelle espérance ? 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 18:46

 "La pensée vole et les mots vont à pied. Voilà tout le drame de l'écrivain" de Julien Green 

 

En ce moment, mes pensées volent bas et mes mots traînent les pieds !

Je n’en ferai pas tout un drame !

 

En ce moment le ciel pleure

toutes ses larmes sur mes fleurs

Le soleil fait la grève

Une guerre sans trêve

 

Nous n’en ferons pas tout un drame !

 

En ce moment des enfants souffrent

Sous les coups le mal s’engouffre

Des femmes meurent sous la violence

Tout cela dans la plus grande indifférence

 

Là est bien le drame !

 

Demain je briserai mes chaines

Mes mots reviendront sans peine

Mes pensées voleront très haut

Ma plume dessinera un oiseau

 

Sinon oui ce sera un drame !

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 19:56

affiche-sign-Leclerc.jpg"Lettre à pépé Charles" fait sa première sortie officielle.

À l'Espace Culturel du Centre Leclerc de Montauroux, "Gustave" a trouvé son lectorat et est resté plusieurs mois à l'honneur avec le succès qu'on lui connait.

Alors samedi je me ferai un plaisir de vous présenter les nouveaux personnages qui viennent entourer Pépé Charles. Tous des héros malgré eux !

Il vous séduira au point d'en faire un cadeau dédicacé à vos mamans !

Partager cet article
Repost0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 12:33

9782953864007

Ce matin, en ouvrant ma boite mail, j'ai reçu une chronique d'un lecteur Fabien - auteur romans fantastiques et chroniqueur - rencontré au premier salon du livre du Beausset et qui m'a acheté mon roman sur un coup de coeur. Lorsque par retour je l'en ai remercié, voici ce qu'il me répond :

Ne me remerciez pas, c'est plutôt à moi de vous remercier pour cet agréable lecture. Certes cet ouvrage ne s'inscrit pas dans mes lectures habituelles mais j'avoue avoir été conquis. Chacune de mes chroniques est rédigée avec passion et franchise. Comme je dis toujours la critique est facile même constructive mais il faut aussi savoir reconnaître la qualité d'un ouvrage...

 

Je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin, car trop heureuse de vous faire partager la chronique de Fabien : 

Il est de ces ouvrages qui vous touchent droit au coeur pour des raisons qu'il nous est parfois difficile voire impossible à expliquer ce qui aura été le cas pour cet ouvrage. Parfois guidé par une impulsion lors de l'acquisition de nouveaux ouvrages, « Retourne de là où tu viens » détient une histoire un peu plus particulière...

     C'est au détour du premier salon littéraire de la ville du Beausset (Var) qu'il m'a été donné le plaisir de faire la connaissance d'Annette Lellouche. Auteur de divers ouvrages, mais aussi directrice des éditions A5 que je vous invite à découvrir. Alchimie d'une rencontre entre auteurs, je me suis donc décidé à repartir avec cet ouvrage que je m'apprête à vous faire découvrir.

     Ce roman nous amène donc dans le quotidien de Francette dite Francky, au travers d'un concours littéraire. Personnage marqué par un parcours tumultueux, déterminé à percer dans le domaine littéraire. Mais ce monde va s'écrouler pas à pas à cause d'un mail des plus haineux expédié par un certain gemepoète. Prêt à tout pour briser les rêves de notre brave Francette, ce dernier n'aura de cesse de la tourmenter. Entre hésitation et détermination, parviendra t-elle à atteindre cet objectif auquel elle aspire tant? A vous de le découvrir...

     Parlons peu mais parlons bien. Une heureuse découverte au travers de cet ouvrage qui m'envoyait en terre inconnue dans un registre qui n'est pas habituellement dans mes lectures quotidiennes. Le vocabulaire employé par l'auteur s'avère riche et recherché, en parfaite adéquation avec l'ouvrage.

     Au fil des pages, on immerge dans le roman tout en s'attachant à ses protagonistes. La quête de Francette se dévoile peu à peu et les masques du club des douze (le club d'écrivains dont elle fait partie) tombent pour nous offrir un final magistral. Au travers de cet oeuvre, et de cette histoire poignante, l'auteur nous dénonce aussi le comportement cruel que nous pouvons avoir envers nos semblables dès qu'ils sont d'une autre nationalité avec autant de grâce qu'Oscar Wilde dénonçait la décadence du jeune Dorian Gray dans le roman du même titre.

     Bien des sujets qui portent à réflexion, au travers d'un ouvrage poignant qui ne vous laissera pas de marbre. Je ne peux donc que vous conseiller cet ouvrage qui à mes yeux à autant de mérite que bien des auteurs dont la plume nous fait rêver chaque jour. Pour terminer cette chronique, je tiens sincèrement à remercier Mme Annette Lellouche pour l'agréable moment passé au fil de cette lecture...

 

Pour en savoir plus sur Fabien et son site de chroniques littéraires : http://lueurs-mortes.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 09:58

11052013321.JPG"le jardin, c'est de la philosophie rendue visible" de Erik Orsenna 

 Les beaux jours me voient toujours, accroupie, les mains dans la terre ; les petits vers mis à nu frétillent et les petits oiseaux volettent autour de moi, guettant la bonne chère.

Mon jardin cohabite avec les liserons, les herbes folles, les fleurettes blanches ou fleur d’ail  sauvage, les marguerites jaunes, quelques iris d’un bleu mauve suave. Enfin c’est un peu du style « jardin de curé ».  J’aime bien cette déraison, cette liberté. Et puis peut-on maîtriser la nature et ses herbes folles ? Elles se propagent plus vite que notre ardeur à les éradiquer. La loi de la Vie !

L’épicurienne que je suis a donc commencé ses plantations. L’émotion est renouvelée de mois en mois et d’année en année. Les questionnements foisonnent. Est-ce comme cela que l’on s’y prend ? Est-ce que ça va pousser ? Est-ce que j’ai mis la bonne terre ? L’ai-je bien préparée ? Au bon endroit ? Soleil, mi ombre …  Je lis et relis les instructions, pas très explicites à mon goût, du petit sachet d’emballage des graines.

À partir de ce moment-là, tous les matins, à peine un pied à terre, je jette un œil furtif sur les grandes lignes désherbées, légèrement sinueuses, parce que moi le cordeau je ne connais pas et puis très sincèrement je ne suis pas « regardante ».

Puis ma première tasse de café à la main, je cours scruter avec avidité le premier point vert qui va affleurer au sol. La patience n’est pas une de mes vertus.

Puis un matin, ça y est ! Un coucou feuillu me fait signe, puis un autre, puis un autre.  Mes fèves poussent gaillardement, mes capucines ont donné un feuillage vert mais point de fleurs à l’horizon. Quelques minuscules tomates ont besoin d’un tuteur. Quelques bambous feront l’affaire.

Je pousse un ouf de soulagement et de contentement. Encore cette fois ça a marché ! Mais pourquoi cela n’aurait-il pas marché ? Quand on y met toute sa sensibilité et son cœur, quand tous les matins on vient leur parler, quand la pluie, offrande de la nature, joue l’alternance avec le soleil, le résultat est garanti.

Et si Jean de La Fontaine m’avait influencée lorsque petite je récitais « Le Laboureur et ses enfants » : Travaillez, prenez de la peine, c’est le fonds qui manque le moins.

Cet été petits et grands vont réjouir leurs papilles avec les trésors de mamie.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 07:17

img365.jpg

En rentrant samedi soir de ma journée de dédicaces à Saint Laurent du Var, j’ai récupéré machinalement mon courrier dans ma boite aux lettres et l’ai posé négligemment sur ma table. Plus tard me suis-je dit, pas tout de suite,  plus tard.

Et bien sûr, dans mon petit nuage, toute ma soirée je revisitais mes rencontres, les mots d’encouragement sincères, les flatteries pas toujours convaincantes. L’essentiel c’est d’exister, là au milieu des autres !

Somme toute le bilan était largement positif et ma joie intacte, celle de la petite fille qui a assisté à son anniversaire dans un brouhaha et qui redécouvre ses cadeaux dans le calme de sa chambre.

Sauf que le plus beau présent de la journée m’attendait là paisiblement, sur le coin de mon bureau. Comme dans « Lettre à Pépé Charles » une enveloppe anonyme. Je l’ai tournée et retournée les sourcils froncés et interrogateurs. Pas de nom d’expéditeur. Qui m’écrit ? Je la soupèse, elle est épaisse. Bon je lirai mon courrier demain, pas envie ce soir. Puis la curiosité l’emporte, juste celle-ci, le reste attendra.

Le bruit de l’enveloppe décachetée me semble musical, prémonitoire d’un bon message à enregistrer dans mon disque dur.

Une première feuille blanche juste recouverte de ces quelques lignes :

« Annette,

ci-joint, de petites illustrations à l’encre de chine qui reflètent votre joli ouvrage « Gustave » que maman s’est régalée à réaliser !!! À bientôt ! Stéphanie et Monique, son artiste de mère !!!

Sur le coup de la surprise, je laisse échapper de l’enveloppe des petits carrés  de papier. Je ne les ramasse pas tout de suite. Je les observe à mes pieds et je vois un petit chat, Pépé Charles, des glands de chêne … De jolis dessins à l’encre de chine que je regroupe et admire doucement. Qui est Stéphanie ? Qui est Monique ? Je ne vois pas du tout. Ma mémoire flanche et me nargue. Fébrilement je découvre la suite : une carte aquarelle, mon reflet, tout mon MOI « Chez Annette ». Je la retourne instinctivement et un joli texte collé l’accompagne :

Annette,

Je tenais à ma façon à vous remercier pour la gentille attention que vous avez eue en me dédicaçant 2 livres de votre palmarès, avec lesquels je me suis régalée !! J’ai terminé par « Gustave » qui est une réussite totale, car vous avez réussi à mêler de la joie, de l’émotion et surtout une envie de lire la suite !!!

Je tenais à mon tour à vous « offrir » pour votre gentillesse une petite carte aquarelle qui symbolise ce que je vois de vous !! Elle est réalisée par ma maman experte en peinture qui a su reproduire mes desideratas dans les moindres détails !

Je vous ai fait parvenir un message Facebook avec la question cruciale où faut-il aller pour acheter d’autres ouvrages de vous ?

En cherchant votre adresse, je m’aperçois que mon envoi tombe incidemment sur ce jour du 30 avril… alors je vous souhaite un joyeux anniversaire !!!

Encore mille mercis pour les bons moments passés en vous lisant et félicitations ! Amitiés. Stéphanie

Comme dans « Lettre à Pépé Charles » il me fallait trouver Stéphanie. Refusant d’écouter ma fatigue, le marchand de sable étant passé depuis belle lurette, mes yeux parcouraient tout facebook à la recherche du message envoyé par Stéphanie. et j’ai trouvé ! Mon cœur battait fort à l’évocation de notre rencontre. D’une toute petite voix émue, Stéphanie m’avait dit « si vous saviez comme j’adore lire ». Stéphanie n’a pas fait que lire, elle est entrée dans mon univers. Tout y est ! Sacré « Gustave » tu es bien l’ami de tous !

Merci Stéphanie. Merci Monique, vos illustrations m’ont touchée. Vraiment ! Et tout le plaisir a été pour moi de découvrir votre talent d’artiste.

Il ne me reste plus qu'à prier le ciel de m'être toujours aussi clément !   

Partager cet article
Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 20:57

217087_591989940820236_1342525857_n-1.jpg Très belle journée ensoleillée pour la seizième rencontre littéraire à Saint Laurent du Var. Un salon chaleureux et vivant !

Pour la deuxième année consécutive le salon du livre s’est tenu dans le gymnase. Cette fois la disposition des tables était plus agréable et rationnelle. Aucun auteur n’était oublié ni privilégié. L’animation assurée par le même journaliste, toujours aussi sympathique.

Monsieur Revel, le maire, et quelques élus sont venus nous saluer.

Très belle ambiance chaleureuse, beaucoup de visiteurs à la rencontre de leurs auteurs et de leurs nouveautés. Beaucoup de dédicaces, d’échanges et de sourires.

À midi nous avons été servis par des mamies bénévoles qui nous avaient préparé des spécialités locales. Délicieux !

C’est la troisième année que le Comité de Sauvegarde du Vieux Village de St Laurent du Var me fait l’honneur de m’inviter. La première année, je commençais à peine à présenter mon roman « Retourne de là où tu viens ». Je découvrais les salons. Depuis je ressens la même émotion à retrouver ces bénévoles qui sont animées d’une joie de vivre et d’un dynamisme époustouflants … quand on connaît leur âge. Bravo !

Toutefois j’ai une grande tendresse pour Marité qui chaque année vient m’embrasser et m’acheter ma dernière parution. Marité est ma bonne fée. Elle est une de mes plus fidèles lectrices et la retrouver là tous les ans est un vrai bonheur. Marité que Dieu te garde longtemps pour nous tous auteurs. Merci également à Philippe Porteron qui s’est donné à fond ainsi qu’à toute son équipe. Avec de petits moyens, le Comité du Vieux Village de St Laurent du Var anime un très beau salon du livre. À l’année prochaine.

Au retour, une très belle surprise m'attendait. Mais je vous en parlerai demain.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 10:46

RomansAnnette-copie-1 Demain pour la troisième année consécutive, j'aurai le privilège de dédicacer mes romans à la 16ème édition du salon du livre "Livres et écrivains 2013",  qui se tiendra au Gymnase.

Organisé par le Comité de Sauvegarde du Vieux Village de St Laurent du Var, ce salon est animé par des Bénévoles adorables, dynamiques et dévouées, mais ne leur demandez pas leur âge. Inutile ! Comme je l'ai déjà raconté lors de mes deux précédentes années elles sont intemporelles tant la flamme qui brille dans leurs yeux efface les outrages du temps.

De plus, devinez ? Le printemps s'est installé et redouble de vigueur. Alors lunettes de soleil, casquettes, et sourires seront de sortie.

Tous les auteurs vous attendent avec leurs nouveautés, leurs plumes soyeuses et joyeuses comme leurs dédicaces.

Pour mes amies blogueuses, mes amis blogueurs qui ne pourront se déplacer, en rentrant comme d'habitude je vous raconterai. Merci de patienter.

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:56

RomansAnnette-copie-1.JPG Voici le mois de mai avec son cortège de jours fériés, de ponts et de temps passé dans les transports ou sur une chaise longue.

Vous aimez les histoires vraies, le vécu : « Retourne de là où tu viens ». Il vous tiendra en haleine avec beaucoup d’humour.

« Un soir d’été en Sardaigne » une saga romanesque qui vous fera rêver.

« Gustave » un sucre d’orge à partager entre grands et petits.

« Lettre à Pépé Charles » la suite de « Gustave » mais peut se lire indépendamment.

 Alors un livre pour la route ? Vous ne regretterez pas le voyage. Il vous tiendra compagnie jusqu’à « livresse ».

Mes livres vous seront expédiés sous 48h, frais d’envois gratuits.

Paiement sécurisé Paypal sur le site http://a5editions.fr ou par chèque. MERCI !

 

Partager cet article
Repost0