Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 07:43
dédicace à Bormes avec comme invité indésirable le mistral.

dédicace à Bormes avec comme invité indésirable le mistral.

« L’art lave notre âme de la poussière du quotidien » de Pablo Picasso

 

Jamais deux sans trois, tout d’abord prévu le 9/8 puis le 23/8, la nocturne du salon du livre à Bormes les Mimosas a bien eu lieu  le 24/8.

Date assez tardive mais comment lutter contre la nature qui a ses prérogatives et qui cette année n’a eu aucune pitié pour nous « pôvres » auteurs en nous infligeant d’abord les pluies torrentielles le 9/8 et le 24/8 le mistral (gagnant ? pas vraiment) qui a insufflé beaucoup d’énergie à nos livres puisqu’ils se soulevaient et allaient faire un vol plané en s’écrasant au sol. C’était du reste assez drôle (si on peut en rire) de voir les auteurs s’arc-bouter pour essayer d’empêcher les livres de s’évader en les retenant de leurs deux bras, presque allongés sur la table. Sans parler des marque-pages transformés en papillon multicolores flirtant avec les lumières de la ville. Ce n’est pourtant pas mentir de dire que dans le Sud il fait toujours très beau. De tout le mois de juillet et d’août, il a fait un temps magnifique, même caniculaire et là, coup sur coup les deux plaies des dédicaces nocturnes du Sud se sont invités à notre fête.

Nous pensions que cette date tardive avait sifflé le départ des touristes, beaucoup étaient déjà partis certes mais il en restait encore suffisamment pour faire notre bonheur. Par contre et ça c’est du vrai bonheur les Borméens, les Lavandourains et les inconditionnels de ce salon étaient là pour nous accueillir avec soulagement. Ils nous attendent d’une année sur l’autre, avaient craint que nous ne serions pas présents cette année et donc juste avant que le vent nous souffle dans la tête vers 21h, qu’il mette la pagaille dans nos histoires d’amour, nos policiers et nos livres d’enfants, nous avions fait le plein de dédicaces depuis 17h. Non mais !

Pour ma part, j’avais également fait le plein d’Amitié avant le salon puisque j’étais invitée pour le goûter chez « L’Autre Annie » (ne me demandez pas pourquoi « l’Autre Annie, c’est notre complicité). Un gros gâteau à la confiture d’abricots, un bon réconfort pour mon mari après ses deux heures au volant, et des boissons nous attendaient patiemment pour sceller notre Amitié amorcée au salon de l’an dernier,  ponctuée tout au long de l’année par des échanges mails et appels téléphoniques. Des tas de points communs nous lient. Nous avons pu ainsi faire plus ample connaissance, conversant sur sa terrasse, une vue à couper le souffle sur les hauteurs de Bormes. Annie et son mari sont venus sur mon stand pour m’acheter les deux derniers livres pas encore lus et m’ont même recommandée à leurs amis qui sont passés me voir.

Le lendemain, Annie m’a envoyé un mail pour me remercier. Elle m’écrit « nous avons beaucoup de chance de vous connaître ». Mais c’est moi qui suis très fière de cette Amitié !

Un grand merci à Véronique et à son mari photographe ainsi qu’aux deux autres Véronique de la soirée, à Valérie qui attend le tome 2 de « Un soir d’été en Sardaigne », à Claude et Colette et surtout à la petite Lou repartie avec « Gracieuse… » toute réjouie. Je ne peux citer tout le monde, alors un grand merci général.

De la littérature à l’Amitié, il n’y a qu’un pas à franchir, ni la pluie, ni le vent n’ont rien pu empêcher.  Non mais !

Partager cet article
Repost0
13 août 2018 1 13 /08 /août /2018 08:13
Noël estival à la "fête de l'enfant" à Valdeblore

Noël estival à la "fête de l'enfant" à Valdeblore

"Dans chaque enfant il y a un artiste, le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant" de Pablo Picasso.

Après Bormes les Mimosas, salon annulé et reporté au vendredi 24/8, 

Samedi 11/8 « L’enfant en fête » à Valdeblore était mon dernier salon de l’été.

En fait ce n’était pas un salon comme les années précédentes, c’était une journée festive pour les enfants accompagnés de leurs parents et grands-parents. Un fenêtre sur l’imaginaire. « Noël estival ».

C’était Noël aussi pour moi, car l’an dernier, août 2017 suite à mon accident j’avais brillé par mon absence et l’année précédente août 2016 j’avais eu un accueil formidable.

J’ai retrouvé le même accueil chaleureux, café et madeleines (rien de tel pour se remettre de la route montagneuse, la Vallée de la Tinée, tout en lacets). Le bonheur de revoir mes lectrices qui avaient téléphoné pour demander si j’allais venir cette année. Comme ce n’était pas à proprement parlé un salon avec foule, j’’ai eu le temps de bavarder avec Geneviève et Sylvia qui étaient là à l’ouverture pour me faire dédicacer mes nouveautés puis avec Anne-Marie qui s’est assise près de moi, qui m’a confié tant de belles choses de sa vie et qui est repartie avec un exemplaire de chacun de mes livres, avec la promesse de nous revoir, elle habite St Raphaël six mois de l’année. Ben a choisi « La clé de l’embrouille » pour son épouse qui aime lire les romans  policiers ; il se penche vers moi et discrètement me dit « ma femme m’a donné trois beaux enfants, alors c’est normal que je pense à elle ». Touchant ! Des grands-parents ont offerts des « Gracieuse »… Corinne également m’a acheté pour la bibliothèque toutes mes nouveautés, ainsi qu’aux autres auteures (nous étions exclusivement 5 femmes auteures de livres jeunesse). Valdeblore est un petit village perché à 1050m d’altitude, d’un millier d’habitants mais c’est un village où la culture prend toute sa place.

Trois grandes tables étaient dressées pour laisser s’exprimer en toute liberté la créativité des enfants, peinture sur bois, sur porcelaine, trois animatrices les encadraient. Ensuite vint le moment du conte. Une conteuse, un musicien et une danseuse nous ont fait pénétrer dans un monde magique. J’ai été particulièrement émue car cela me ramenait à quelques décennies en arrière, des veillées dans un camp de scouts avec des chants et des contes autour d’un feu de bois… On garde toujours en soi son âme d’enfant pour nourrir ses rêves.

À midi repas très amical pris tous ensemble, encore un sans faute pour Corinne, franche rigolade. L’après-midi ce sont les enfants qui sont montés sur scène pour de jolis contes.

Toute ma gratitude à Corinne et à l’équipe d’artistes bénévoles qui ont fait de cette journée un voyage chez « Alice au pays des merveilles »…  À l’année prochaine.

Partager cet article
Repost0
1 août 2018 3 01 /08 /août /2018 16:55
Avec Léa.

Avec Léa.

« Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense » de Haruki Murakami

C’est exactement ce que j’ai dit à Frédéric, enfin presque ça ! Lors de notre rencontre en dédicace à l’Espace Culturel du Centre Leclerc de Montauroux, le lundi 23/7, en s’approchant de ma table il me dit « je ne lis pas ce genre de romans » et me montre un livre qu’il avait déjà en mains de Christian Jacq. Pour faire court, il est reparti avec « La clé de l’embrouille » et sa femme avec « Gustave ». Ils m’ont promis de revenir le lundi suivant, si tous deux avaient aimé mes livres (nous avions eu le temps de bavarder et donc je leur avais annoncé ma dédicace du 30/7).  Lundi 30/7, à l’ouverture, Frédéric était déjà là, très pressé car il devait partir en excursion pour la journée. Vous avez deviné, il est reparti avec « Un soir d’été en Sardaigne » pour lui et la suite de « Gustave » « Lettre à pépé Charles » pour sa femme, me promettant de lire « La Miraculée » la prochaine fois. Toute la matinée s’est déroulée ainsi, des retrouvailles de lectrices du lundi précédent… Le rêve !

Je vous avais parlé de Léa, elle est également revenue avec sa maman. Nous voici en photo.

Je vous avais parlé de mon devoir de vacances. C’est à la demande d’une petite fille qui recherche un livre « introuvable ». Qu’à cela ne tienne ! Je lui ai présenté une ébauche de livre, je m’étais appliquée toute la semaine, qui l’a enchantée. C’est un projet d’édition que je ferai juste après le tome 2 de « Un soir d’été en Sardaigne ». Encore une promesse à tenir !

 

En attendant samedi 4/8 je dédicacerai à Cultura de Sorgues de 10h à 18h.

Le rêve doit perdurer, je vous attends nombreux. Merci. 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 19:58
Une sacrée embrouille !!!

Une sacrée embrouille !!!

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point »

Demain, lundi 30/7, dédicace à l’espace culturel du Centre Leclerc à Montauroux de 9h30 à 18h. J’ai hâte d’y être car je dois rendre mon devoir de vacances. Quoi, qu’est-ce ? Chut ! Vous saurez tout demain.

Hier ma séance de dédicaces à l’Espace Culturel du Centre Leclerc à Cogolin s’est déroulée comme d’habitude.

Comme d’habitude, un accueil très chaleureux de Nicole et de toute son équipe. Rire, embrassade. Cela faisait plus d’un an que je n’y étais pas venue mais on aurait dit qu’on s’était quitté la veille.

Comme d’habitude, période de vacances oblige, plus le chassé croisé des départs et des retours et de surcroit sur la route de St Tropez, pour parcourir les 40 kms, Saint Raphaël/Cogolin, nous avons mis une heure le matin et deux heures le soir. Cool !

Par contre grand changement, ma table était installée à l’extérieur de l’Espace Culturel, juste à l’entrée. C’était une bonne idée, car je profitais aussi bien des clients qui entraient à l’Espace Culturel, ne serait-ce que pour acheter le Var matin, qu’à ceux qui n’y venaient pas mais étaient obligés de passer devant pour aller au magasin Leclerc. On ne pouvait pas me rater. Et ma dédicace était annoncée une semaine à l’avance ; deux grandes affiches étaient placardées face aux caisses du magasin Leclerc. Près de ma table un grand chevalet avec une grande affiche annonçant la dédicace. Je n’avais plus qu’à !

Dur dur tout de même. Tout d’abord la chaleur sous la verrière, les gens un peu hagards, un peu distants, un peu fatigués. Comme d’habitude, les premières dédicaces sont tombées très vite, de10h à midi. Un grand merci à la maman de Sarah qui avait vu la grande affiche en début de semaine et qui est revenue pour me faire dédicacer trois livres, 2 pour Sarah et un pour elle. Adorable maman, vraiment ! Quelques lectrices ont fait également le déplacement pour mes nouveautés. Puis ce fut le calme plat… jusqu’à 17h. J’étais en train de me dire « j’aurais pu tout aussi bien rentrer chez moi à midi ». Surtout j’appréhendais le retour qui ne pouvait que s’annoncer chargé sur la route des plages ! Et là, une cliente de l’Espace Culturel en quittant la caisse, me voit, fronce les sourcils pour lire mon nom et déclare « non je ne vous connais pas » en s’éloignant. Je n’ai pas eu le temps de réagir, mais cela a eu pour effet d’énerver un monsieur qui passait. Il lui dit « Achète-lui un livre, tu la connaîtras comme ça » ! Elle l’a regardé, m’a regardée, interloquée. Elle est revenue sur ses pas et me demande « qu’est-ce que vous écrivez » ? Finalement elle est repartie avec deux livres, très contente de les emporter avec elle le lendemain en croisière. Elle a ouvert le bal de la dernière heure et du coup j’ai dépassé mes objectifs. À quoi ça tient parfois ? Ne jamais désespérer, ne jamais perdre espoir, se faire confiance. Encore un petit miracle, n’est-ce pas Alain Trémiseau ?

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2018 2 24 /07 /juillet /2018 20:33
Retrouvailles avec Laetitia

Retrouvailles avec Laetitia

Comme à l’accoutumée, je devrais rédiger un article sur ma séance de dédicace du lundi 23/7 à Montauroux. Pas trop le temps, un devoir de vacances m’attend. De quoi, de qu’est-ce ? Je vous en dirai plus, la semaine prochaine. En attendant, je vais juste remercier :

- Merci à Laetitia, tu es une jeune fille bien sous tous rapports. Je t’ai connue ici même en dédicace il y a quelques années. J’avais prédit que tu irais loin et que m’annonces-tu le sourire inondant ton visage, l’émotion plein les yeux ? Ta réussite au bac mention très bien et ton entrée dans une grande école à Nice matière sciences physiques. Bravo, j’étais heureuse pour toi au point que je n’arrivais pas à t’écrire une belle dédicace sur le livre que tu n’avais pas encore lu de mes ouvrages. Tu es repartie fièrement avec, sous le bras.

J’ajoute que je l’ai embrassée je ne sais combien de fois comme si elle faisait partie de ma famille.

- Merci à Ella, Valka, Yori, Adry, Bérénice, Léandre, Léontine… ces enfants, tous plus beaux et plus vifs les uns que les autres, merci à leurs parents pour leur générosité et l’envie de partager mes écrits. Merci à vous toutes et tous qui m’avez accordé beaucoup de votre temps. Je suis bavarde et passionnée ! On se reverra sûrement lundi prochain, même endroit, même heure. Avec plaisir !

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 08:32
Pour les petits comme pour les grands, des livres pour les vacances.

Pour les petits comme pour les grands, des livres pour les vacances.

« Puisse chacun avoir la chance de trouver justement la conception de la vie qui lui permet de réaliser son maximum de bonheur.  » de Friedrich Nietzsche

 

Il n’y a pas de recette unique du Bonheur. Il y a plusieurs petits Bonheurs qui mis bout à bout font de notre existence un Grand Bonheur.

Pour moi qui vis une seconde Vie, c'est écrire et partager mes Écrits.

Mon gâteau du Bonheur est un délicieux millefeuille. Une couche d’écriture : mon tome 2 de "Un soir d'été en Sardaigne". Ceux qui ont lu le Tome 1, l'attendent avec impatience (en toute modestie et humilité), une couche de séances de dédicace, la cerise sur le gâteau, une couche d’éclats de rires, de confidences, de rencontres que nous ne pourrions vivre nulle part ailleurs.

Vous prendrez bien une part de ce gâteau du Bonheur ?

Vous avez lu et  aimé (ou pas) mes livres, nous pourrions en parler ensemble. « De la discussion jaillit la lumière ».

Vous voulez découvrir mes publications, je vous les présenterai avec toute la passion qui m’anime.

Je vous attends à l’Espace Culturel du Centre Leclerc à Montauroux :

  • Lundi 23 juillet 2018 de 9h à 18h
  • lundi 30 Juillet 2018 de 9h à 18h. 

 

et à l’espace Culturel du Centre Leclerc de Cogolin : 

- samedi 28 juillet 2018 de 9h30 à 18h

 

  • Samedi 4 août 2018 de 10h à 18h à Cultura de Sorgues
  • Jeudi 9 Août, nocturne à Bormes les Mimosas de 17h à 23h
  • Samedi 11 Août journée « fête des enfants » spéciale jeunesse à Valdeblore

 

MERCI.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2018 1 09 /07 /juillet /2018 15:59
Les a priori...

Les apparences sont souvent trompeuses et les a priori le sont davantage !

Journée de dédicace à Cultura Toulon La Garde, samedi 7 juillet.

Cherchez l’erreur ou les erreurs. Journée de chassé-croisé entre les départs en vacances, la veille ou tôt le matin, et les arrivées… pas encore arrivées.  Que je me disais !

De surcroit le championnat de Foot en plein AM, ça va être le désert… Que je pensais !

Ce Cultura, c’était ma première fois puisqu’il n’est ouvert que depuis quelques mois. Et pour le trouver, merci GPS qui nous a fait tourner en rond, pour ne pas dire en bourriques. Heureusement que je prévois large, XXL, j’ai horreur d’arriver en retard. Pile à l’heure, à 10H j’étais accueillie, dirigée vers ma table, placée juste devant la porte d’entrée. Ouf ! C’est bon signe. Au premier regard, ce Cultura m’a semblé bien différent des autres, nouvelle implantation oblige.

Cette fois-ci je vais la jouer modeste. Je ne vais pas vous raconter toutes mes rencontres qui pourtant mériteraient à elles seules de figurer dans mes mémoires.

Merci Kéan, Élisabeth et Clément, Roseline, Françoise et Nicole, Clélia et Apolline, Marie-Ange, Adrien, Maminou et bien d’autres, j’arrêterai là ma parenthèse enchantée.

Journée chargée, beaucoup de monde malgré le foot. Et peut-être est-ce grâce au foot ? À 18h, j’étais fatiguée, contente de plier bagages, mes objectifs largement atteints. Et très bizarrement, je n’ai jamais compris pourquoi le GPS ne se trompe jamais sur le chemin du retour, il nous ramène droit direct à la maison.

Toutes ces personnes qui sont entrées dans la confidence, dans ma vie, dans mes rêves, qui ont partagé ma passion avec empathie, je ne les remercierai jamais assez.

Finalement, mes a priori n’ont pas tenu la route, on ne sait jamais à l’avance comment va se dérouler une journée de dédicaces. Et chaque séance est un petit miracle !

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 16:47
Dédicace à Cultura Toulon

François Sagan disait : « écrire c’est hurler en silence »…

Je n’ai plus de voix et mes oreilles sont assourdies depuis la reprise du Tome 2 de « Un soir d’été en Sardaigne ». Pause !

Je pose là ma plume.  Je reprends mon souffle, mes personnages aussi.

 Je vais en profiter pour venir à votre rencontre, chères lectrices, chers lecteurs, petits et grands. L’été est la saison de belles découvertes littéraires. On a le temps de lire, de découvrir, de se faire plaisir…  Les enfants apprécieront « Gracieuse et Panache… » bien mieux que des devoirs de vacances, tout en y apprenant tant de choses ! Les grands auront le choix entre une histoire d’amour pour les rêveurs, un suspense pour les amateurs de situations à rebondissements, un récit témoignage pour ne plus dire « je ne savais pas ». ET n’oublions pas le chant des cigales, l’ambiance provençale dans une histoire intergénérationnelle.

Merci de venir me rejoindre. Nous pourrons parler livres samedi 7 Juillet de 10h à 18h à Cultura de Toulon La Garde

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2018 7 01 /07 /juillet /2018 08:47
Tome 1, resté un mois en coup de coeur des bibliothécaires...

Tome 1, resté un mois en coup de coeur des bibliothécaires...

Facebook m'annonce que je n'ai reçu aucune mention "j'aime" cette semaine. Normal. J'ai pris un peu de recul pour XXX raisons, et la plus importante reste l'écriture du Tome 2 de "Un soir d'été en Sardaigne". Patience mes amies lectrices, mes amis lecteurs, il arrive, je le bichonne, je veux qu'il soit meilleur que le tome 1. Je place la barre haute car il est attendu et il ne faut surtout pas décevoir ! Je croise les doigts et serre ma plume encore plus fort. Ma plume, ma complice, celle qui fait battre mon cœur et anime ma passion... Littérairement vôtre.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2018 7 10 /06 /juin /2018 19:48
Avec Marité ma mamie de coeur

Avec Marité ma mamie de coeur

Avec Maryse Martel une amie poétesse

Avec Maryse Martel une amie poétesse

Un moment, non plusieurs moments d’émotion.

Une journée de dédicaces peut paraître interminable ou trop courte ; celle de ce samedi à St Laurent du Var a répondu à mes espérances. Je pourrais écrire des MERCIS et des MERCIS sur toute la page et je n’en aurais pas fini. À commencer par ma mamie de cœur Marité. Comme toutes les autres années, les places étaient attribuées et face à la mienne m’attendait dès 9h Marité. Elle est tout simplement incroyable ! Elle n’a pas pris une ride supplémentaire, n’a pas perdu son sourire, son dynamisme, sa sagesse et sa générosité. J’ai été accueillie par des cris de bonheur, elle voulait voir mes nouveautés qu’elle a tenu à me faire mettre de côté, le temps que je déballe mes affaires et que je prenne place. Chaque année je tremble à l’idée qu’elle ne soit plus là et comme elle le sait, elle m’a dit « ma fille voulait t’envoyer une commande mais j’ai dit non ! Je préfère patienter mais je veux voir Annette tous les ans ici-même ». Je n’avais toujours pas commencé à poser mes livres sur la table qu’arrive Maryse Martel, une amie poétesse d’une délicatesse infinie. Elle m’a rapporté un paquet de gâteau de montagne de sa région et m’a fait dédicacer une « Gracieuse… » pour sa nièce… Marithé, la femme de Philippe l’adorable vice-président, est passée en coup de vent pour me faire dédicacer « La Miraculée ». À 10h je n’étais toujours pas installée, tous mes amis auteurs sont passés me voir. C’est un salon de l’Amitié entre auteurs et entre auteurs/lecteurs. L’Amitié avec un grand A, comme j’aime la vivre. L’Amitié avec le respect de l’autre… L’Amitié « souriante ». L’Amitié pour l’Amitié ! La littérature c’est aussi cette fusion d’énergie positive.

La matinée s’est déroulée assez calmement. Puis l’arrivée de monsieur le Maire et des Laurentins pour l’ouverture du salon a permis à la Place Castillon de revêtir son air de fête. Les mamies et même Madame la Présidente du Comité du Vieux Village nous ont servi les spécialités régionales dont la tourte aux blettes sucrées, une exception… Cela vaut tous les MERCIS du monde à vous toutes les mamies. Quelle gentillesse et quel dévouement respectueux et amicaux vis à vis des auteurs.

C’est seulement vers 14H que les Laurentins sont venus à notre rencontre. Pour être tout à fait honnête pas en grand nombre mais en qualité XXL. Là tous mes doutes s’estompent, je me dis « Ces lectrices qui m’ont déjà lue et qui continuent, c’est « que je le vaux bien ». Non, non je ne prends pas la grosse tête. Je reste humble, et je me répète sans cesse : surtout ne pas décevoir avec le prochain roman.  Vers seize heures Marité m’offre une composition florale qui avait servi à décorer un stand. La fragrance mêlée des œillets et des lys embaume tout mon bureau.

La journée s’est terminée sous une grosse chaleur avec un score de dédicaces des plus honorables, j’avais déjà rangé tous mes livres lorsqu’est arrivé en courant, Sandro, un petit bonhomme de 9 ans, sa sœur le suivait. Il s’est excusé d’arriver en retard (je les avais vus dans l’A.M. et la maman m’avait promis qu’ils repasseraient). Sandro m’a demandé « Gracieuse… sont amis». Sa maman tout essoufflée leur emboite le pas et choisit une « Gracieuse à la fête… » pour la petite sœur. Ces deux enfants sont polis, ont un regard bleu « ciel azur », et sont d’une grande maturité. Quel bonheur !

Ce salon n’est pas une usine à livres. Les lecteurs ne se bousculent pas mais ceux qui sont là, ont une capacité d’écoute, une empathie et une générosité des plus appréciables.

Dans ma tête une musique : la ballade des gens heureux. Un bonheur simple mais prégnant. MERCI.

Partager cet article
Repost0