Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 14:13
Bon dimanche

« Travaillez, prenez de la peine »…

Bonjour et bon dimanche à toutes et à tous, celles et ceux qui sont en famille, celles et ceux qui sont en dédicace, celles et ceux qui sont allés s'aérer et faire une petite coupure dans la routine.

Moi je dessine, je dessine pour mon tome 2 de "Gracieuse et Panache sont amis".

Le titre provisoire est "Gracieuse à la fête de l'école". Un tapis de brisures de gomme m'auréole, je gomme et je recommence. Donc si je suis un peu absente des réseaux c'est pour la bonne cause : faire plaisir au plus vite aux enfants curieux de connaître le secret de Vincente. "Gracieuse" s'en charge pour tout dévoiler dans le tome 2. Allez je m'y remets.

"L'homme doit être maître du temps, pas son esclave" de Golda Meir

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 09:03
"ELLE" au galop...

Cette semaine je parcours mon "ELLE" au galop comme ma Gélinotte libre, crinière au vent, ivre de soleil et non soumise au diktat de la mode.

Parce que oui pour le coup, cette semaine, la mode, encore la mode et toujours la mode. Mais pour qui est cette mode où les mannequins, dans des poses équivoques souvent érotiques, nous cachent l'essentiel des vêtements ? Heureusement il y a les textes qui nous les décrivent... Les vêtements et le mode de vie des mannequins... Ce qu'elles font de leurs journées, où elles habitent... Bizarrement à N.Y. Forcément la démesure c'est pour là-bas ! Ni au diktat de l'horoscope car cette semaine c'est du délire, "Cette semaine, une pléiade d'étoiles brille au firmament de votre ambition professionnelle... booste votre carrière publique..." C'est bon, je suis programmée pour le Goncourt, à les en croire... Et il n'y a pas eu d'armistice programmé la semaine dernière. Quel dommage ! C'était juste pour en rire !

Eh bien je préfère lire l'article réservé à l'Homme du pays. Sur la couverture apparait en exclusif "Les femmes et moi" François Hollande se confie. Diantre est-ce racoleur ou prometteur ? Il nous assène en préambule "Il n'y a de bonheur que dans l'égalité". Bla bla bla... Rien de neuf à l'horizon. Ça sent le roussi... et l'ennui !

Un cri aigu de mon portable me fait lever la tête de mon "ELLE". Il m'envoie un SMS d'une amie "la deuxième fille est rentrée chez elle". Et là oui je saute de joie. Les deux gamines au destin bien compromis sont rentrées chez elle. L'une aurait répondu au cri d'amour de sa maman et l'autre pourtant bien radicalisée, pour une raison qu'on ignore encore, a rebroussé chemin, ce chemin qui ne mène hélas à rien de bon. Je ne me fais pas d'illusions, on va nous expliquer, décortiquer, raconter, épingler, coudre de fil blanc ... sous toutes les coutures (oui je suis fille de couturière), le pourquoi, le comment, les raisonnements fous ou immatures qui les ont poussées à cette fugue. Pas grave, l'essentiel est que tout a été très vite, que les parents, amis, télévisions se sont mobilisés pour contrecarrer ce destin malheureux qui attendaient ces deux toutes jeunes-filles.

Car qui dit fuguer, dit désespoir et qui désespoir dit chute vertigineuse d'où on ne ressort qu'en mille morceaux.

Bravo les filles, vous avez été courageuses !

Repost 0
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 09:13
Un monde de bonheur...

“Que tu lui donnes un crayon, et l'enfant bâtit sa maison.” de Claude Nougaro

Sadje est une petite fille de huit ans qui a reçu de sa tata un cadeau. Elle en est ravie et se met tout aussitôt à la tâche. Une tache de couleurs pour un monde de bonheur.

Je m’explique. J'ai publié un conte pour enfants "Gracieuse et Panache sont amis". Je l'ai illustré avec des peintures à l'huile en couleur et des dessins en N/B en suggérant aux enfants d'y apporter leurs propres couleurs. Une maman m'a envoyé le mail ci-dessous :

« J'aime beaucoup ce que vous écrivez pour nos jeunes enfants, c'est très beau ! Et ma jolie poupée de huit ans, au doux prénom de Sadje (ai), aime énormément vos très belles histoires ! Vous faites une heureuse ! Après avoir lu « Gracieuse et Panache sont amis », Sadje s’est tout de suite jetée sur vos dessins pour les colorier ».

Habitant la même ville, nous nous sommes rencontrées et j’ai pu voir la luminosité des couleurs apportées à mes dessins en N/B. Le regard d'un enfant en lumière… Sadje a un don pour le dessin c’est certain. Elle bâtira ses plus belles maisons avec tous les crayons de l’arc en ciel.

Faire le bonheur des enfants pour bâtir un monde de douceur en couleur, est la tâche la plus heureuse que je puisse réaliser.

Repost 0
Annette Lellouche - dans peinture
commenter cet article
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 10:07

En cadeau des fêtes des mères, je me retrouve invariablement abonnée au magazine « ELLE ». « ELLE » que je lis depuis toujours. Que j’aime retrouver dans ma boite aux lettres toutes les semaines et que je feuillette tranquillement le soir après mes journées bien remplies. En un mot pour lâcher prise avant d’aller squatter le royaume des rêves.

Ne me demandez pas pourquoi je commence toujours par la fin, mais c’est ainsi. Je jette un œil distrait sur l’horoscope. Attention, avant il y avait juste l’horoscope, maintenant il y a : l’horoscope et le numéroscope. Bizarrement ils ne sont pas souvent d’accord. Il m’est même arrivé que l’un me prédise le grand chamboulement dans ma vie alors que l’autre l’attentisme…

Donc cette semaine l’horoscope préconise aux Taureaux (mon signe vous l’avez deviné)

« Le sympathique mélange du Soleil, de Jupiter et de Pluton… » oh la la, je n’aime pas ce mélange moi, le Soleil à lui tout seul je préfère.

« Allez les Taureaux sortez de votre étable… de vos habitudes… Le monde vous attend… participez-y sans complexe… vous êtes à la hauteur… Ça tombe mal, justement ce W.E. je voulais rester tranquille au bercail. Je suis à la hauteur ? Comment il a deviné ?

« Nés autour du 8 Mai signez la paix, l’armistice et … criez victoire. Oh la la, décidément il devine tout l’horoscope ? Ok je veux bien signer… J’aime la victoire !

Quant aux prédictions du numéroscope, c’est plus généraliste :

« Un chemin tout neuf s’ouvre à vous… il serait temps ! Regardez vers l’avant… je ne m’attarde jamais sur le rétroviseur ! Ne restez pas les bras croisés… ça ne risque pas de m’arriver ! Bon on arrête là parce que ça m’exaspère qu’on me dise « vous connaissez toutes les réponses à toutes vos questions, cherchez en vous pour trouver ». Chat alors ! Chat m’avait échappé complètement ! Chat me chatouille !

Rassurez-vous je n’en crois pas un traitre mot, je crois plutôt au vieil adage « aide-toi le ciel t’aidera »

Je continue à feuilleter et je lis l’histoire hebdomadaire de gens ordinaires qui nous racontent leur vécu extraordinaire, « c’est mon histoire » et cette semaine « J’ai quitté un banquier pour un viking ». Exotisme assuré à venir… J’aime la prise de risques, les virages à 360°, moi la sage trop raisonnable. Une histoire pour midinette ou pour romancière… Qui sait ? J’en ressors dubitative… Mouais…

Je continue encore à feuilleter, je n’ai pas sommeil. Le billet d’humeur concerne la « Glottophobie « . Comment vous ne connaissez pas ? Moi non plus ! C’est « juger quelqu’un sur sa façon de s’exprimer. Tiens donc ! Je lis, je lis et je m’attarde sur le parler québécois : « capote pô, je vais pas t’éclabousser les intérieurs », c’est chic non ? Puis celle-ci : « on décrisse, tu peux-tu pogner un char » que je ne comprends pas et que je vais chercher dans le dictionnaire des expressions québécoises. Donc décrisser c’est dégager, pogner c’est trouver, char c’est une voiture. Ce qui donne « On dégage, trouve-nous une voiture »… C’est bon je dégage du « parler Glotto… »

Pour finir des pages et des pages sur la mode absolument pas faite pour moi, des recettes de cuisine juste pour la beauté des images, des conseils et encore des conseils que je ne suivrai jamais.

Mes yeux commencent à fatiguer, je referme mon « ELLE » et elle me saute au visage, sublime en première de couverture, belle à outrance, photoshopée ? Un peu peut-être, mais Diane Kruger, un rien t’habille et quand c’est en Chanel, le résultat est garanti pour ta crise de la quarantaine.

Bonne nuit… la suite au prochain numéro.

Repost 0
27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 15:15
La meilleure est..."

Ode à deux femmes qui méritent un grand coup de chapeau. Sont-elles les meilleures ? Les meilleures parmi d’autres certainement.

- Lu dans bibliobs.nouvelobs.com une chronique de Pia Duvigneau : « La face cachée » d’Hannah Arendt. J’y ai relevé une citation qui me touche :

« Le penseur dit l’être, le poète dit le sacré » de Martin Heidegger

Hannah Arendt poète dés son plus jeune âge, philosophe, inclassifiable, non conformiste, forte tête, amoureuse, a laissé des poésies qu’elle aurait écrit tout au long de sa vie et réécrit soigneusement à la fin de sa vie, dans l’espoir peut-être qu’on les publierait. Voilà qui est fait. Quelques extraits :

«Des pieds en suspens dans une splendeur pathétique/Moi aussi je danse, libérée de l’apesanteur/ J’entre dans les ténèbres, dans le vide/Espace refoulé des temps passés.»

«En parfaite confiance au non-familier/Proche de l’étranger/Là de l’éloigné, je pose mes mains dans les tiennes.»

« Heureux celui qui n’a pas de patrie » son recueil de poésies « mis en vie » par Karin Biro. J’ai hâte de me le procurer et de m’en délecter.

César 2016

Souvenez-vous je vous avais raconté mon émotion après être allée voir au cinéma « Marguerite » avec Catherine Frot. L’actrice qui me touche le plus parce qu’elle est rayonnante, pas forcément jolie, mais belle dans l’âme et dans sa simplicité, a obtenu le César de la Meilleure actrice dans « Marguerite ». C’est une récompense qu’elle méritait sans aucune ambiguïté car sa prestation était sublime, mémorable pour moi.

Juste un bémol concernant la prestation de la Maîtresse de Cérémonie « Florence Foresti ». Un peu trop présente, un peu trop déjantée, quelques lourdeurs, elle a « sur-joué » et « sur-animé ». Jusque-là rien de bien grave, on adhère ou pas. Mais lorsqu’elle nous explique que « le meilleur… » ou « la meilleure… » n’est pas le terme approprié à son sens et qu’il faut dire « le préféré » ou « la préférée », là je dis non. Pourquoi a-t-on peur des gagnants, pourquoi cherche-ton à minimiser le mérite ? Lorsqu’il y a concours, il y a des participants et au moment du départ, au coup de sifflet on leur dit « que le meilleur gagne ». Oui Catherine Frot était la meilleure actrice des César 2016. C’est le choix du Jury et on n’y revient pas. Cela n’enlève rien aux autres nominées. Entre nous Florence, tu aimerais bien qu’on dise que tu es la meilleure, non ?

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 10:19
Quand...

«Une oreille attentive est exceptionnelle aussi bien pour celui qui écoute que pour celui qui parle, lorsque nous sommes reçus à cœur ouvert, sans être jugés, qu’on nous écoute d’une oreille intéressée, notre esprit s’ouvre » de Sue Patton Thoële

Plus de cinq ans déjà que je sillonne les routes pour partir à la rencontre de mes lecteurs. Chaque jour qui passe est une nouvelle évolution de mes rapports avec mes lecteurs, nouveaux et anciens confondus. J’apprends autant d’eux qu’eux de moi et c’est l’interrogation que je me fais bien longtemps après être rentrée à la maison. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à poser ma valise, à penser à autre chose qu’à la musique de leurs mots et de leurs témoignages, à la brillance des regards ? Les sourires émus et les murmures bruissent encore dans ma tête comme des arrêts sur images. L’ai-je vécu ? L’ai-je rêvé ?

Hier j’ai dédicacé à l’espace Culturel de l’Hyper U à St Maximin la Ste Baume, cela vous le saviez déjà, vous qui me lisez très régulièrement. Je ne saurais pas vous dire si c’était aussi bien ou moins bien que les précédentes dédicaces. Elles sont toutes tellement riches en surprise. Certaines se résument à un choix de livre, une signature dans un échange fugace, un sourire amical, d’autres oscillent entre flash magique, rapprochement instantané, une parenthèse lumineuse « à livre ouvert »... Quand…

Quand ma première dédicace déclenchée par Muriel, la matinée bien avancée et le regard doux posé sur mes livres, j’avais l’impression que l’Ange Muriel m’apportait sa sérénité.

Quand un jeune papa, accompagné de sa jolie fillette, s’arrête devant ma table, qu’il me questionne et m’écoute avec une attention non feinte, alors qu’il est pressé, qu’il est passé en coup de vent pour un cadeau d’anniversaire, qu’il parle à mi mots avec sa fille, que tous deux choisissent deux livres et me les font dédicacer, j’ose espérer que ce n’est pas juste pour me faire plaisir… Et là-dessus il m’explique qu’il est artiste peintre/sculpteur, m’a montré avec un sourire penaud ses doigts tachés de peinture et de plâtre, qu’il prépare une exposition, et que c’est mon clown (ma mascotte qui me suit partout) qui l’a tout de suite attiré. Son accent québécois chante encore en moi au lendemain de notre rencontre.

Quand Anthony s’est approché de ma table, j’ai reçu une bouffée de bonheur et de joie de vivre. Ce gamin de 10 ans, costaud, éveillé, souriant, remuant, tout écoute m’a dit : « je prends Gustave, non je prends la trilogie » Il était accompagné de sa maman, sa tante et sa grand-mère. Celles-ci, d’un même élan ont proposé de la lui offrir à trois. Vous aimez Maître Gims m’a-t-il demandé à brûle pourpoint ? Bien sûr que je l’aime ! Et Barman Soprano ? Ah non je ne le connais pas. Mais si ! Attendez, et me voilà en train de découvrir sur son I phone ce qui le met en joie, il se trémousse et pourtant les paroles sont assez difficiles pour un enfant de 10 ans mais il apprécie surtout le rythme. Comme il aime la lecture, la musique, le cinéma, l’école, ses 3 femmes qui le couvent de leurs regards à cœur ouvert… Un jeune garçon, heureux tout simplement, et qui abolit d’un large sourire la barrière de l’âge.

Quand la quarantaine au regard timide, doux, intelligent à n’en pas douter, longe ma table sans oser s’arrêter, qu’il repasse toujours silencieux, que je lui demande s’il voulait que je lui présente mes livres et qu’il me répond « pourquoi pas », soulagé que je l’aborde et qu’il finit pas me demander si j’accepterais de lui en dédicacer un, j’ai mesuré l’effort qu’il avait fait pour en arriver là. Un indicible moment de douceur nous a emballés dans un parfait accord. Bastien…

Quand je commence à ranger mes affaires, et que Delphine attendait avec son époux de passer à la caisse, que je lève la tête me sentant observée, elle me dit qu’elle avait surpris mon échange avec Bastien et que cela avait résonné en elle. Trop tard lui dit son époux, c’est fait, j’ai payé, on y va ! Je me suis excusée (pour la paix des ménages) et elle a répondu, mais non c’est de ma faute, ce livre me parle et je ne veux pas lui résister. En riant à grandes goulées, libre et dégagée, je vais me régaler me dit-elle en rejoignant la file des personnes qui attendaient à la caisse, l’ombre de Bastien entre nous deux.

Quand… Quand… Quand… Vous reverrais-je ? Sûrement jamais. C’est la loi implacable de ces pépites de bonheur. Le temps d’une respiration, d’une émotion et toute une vie pour les revivre, les yeux fermés et l’esprit en vadrouille.

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 20:57

"L'homme a besoin de sa passion pour exister" de Éric Tabarly,

Après samedi dernier à Montauroux, ce mercredi à Cultura de Puget-sur-Argens, superbe belle journée, du soleil, du monde, beaucoup d'enfants et mes livres qui m'abandonnent pour aller dans d'autres maisons que la mienne. Mais ils sont comme les enfants qu'on laisse partir vers leur destin et je suis si heureuse de savoir que des petits yeux innocents d'adorables bambins vont découvrir mes contes et peintures. Les adultes ne sont pas en reste pour autant...

Depuis la reprise, deux sans faute... Demain samedi 20/2 je dédicace à l'Hyper U de St Maximin de 9h30 à 18h. Jamais deux sans trois... Ne faisons pas mentir ce vieil adage. Venez toujours aussi nombreux.

Ma passion est toujours intacte et mon sourire toujours présent !

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 14:11
La marque d'Amitié

"Il n'y a pas d'amour ni d'amitié qui croisent le chemin de notre destinée sans laisser de marque pour toujours" de François Mauriac

Ces larmes qui ont perlé à l’évocation d’un deuil récent, cette confidence sur une maladie qui va enfin céder sa place à la guérison, ce doigt pointé sur « Gustave » par Dziga qui l’a lu et qui lira le tome 2 grâce à son papa adorable, cette petite-fille en pleurs pour un caprice et qui repart tout sourire en serrant « Gracieuse et Panache sont amis… », Laëtitia rencontrée plusieurs fois, qui m’avait gâtée de ses bons vœux poétiques et que j’aiderai à réaliser son rêve d’écriture, emportant « retourne de là où tu viens », dans ses yeux se dessinait une jolie brillance, cette Moumoune qui m’a fait dédicacé pour ses 3 petits loups « Gracieuse… », Bernard pour qui la vie n'est qu'embrouille est reparti avec "La clé de l'embrouille", d’autres secrets d’amoureux qu’il me faut garder pour moi toute seule, enfermés dans mon cœur de romantique, Saint Valentin oblige, d’autres témoignages empreints d’Empathie, d’Amitié et de Respect.

Ma madeleine de Proust, cette séance de dédicace à Montauroux qui marquera de son sceau les belles promesses d’amitié indélébiles.

Demain mercredi 17/2, après la Saint Valentin, place à la fête des enfants, à Cultura de Puget-sur-Argens de 10h à 18h, je serai là pour leur parler de mes romans jeunesse. Les échanges seront encore plus exaltants car un enfant ne triche pas. J’en vois qui disent « non je ne veux pas lire » et rien n’y fait, tandis que d’autres ne repartent qu’avec mes livres après avoir supplié les parents ou grands-parents, tellement heureux de se laisser faire.

Là aussi l’Amitié se noue en éclats de bonheur.

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 20:52
Les pattes de colombe

« Les pensées qui mènent le monde arrivent sur des pattes de colombe », disait Nietzsche, sans bruit, sans fracas… juste de façon opportune.

Par le plus grand des hasards du calendrier, j’ai terminé l’année 2015 en dédicaçant avec bonheur mes romans pour les fêtes de Noël à l’Espace Culturel du Centre Leclerc à Montauroux, et je redémarre mes séances de dédicaces 2016 à l’Espace Culturel du Centre Leclerc à Montauroux et devinez à quelle date ? Pour la fête de la St Valentin, donc des amoureux. Et que vivent l’Amour et les Amoureux !

- le SAMEDI 13 FÉVRIER à l’Espace Culturel de Montauroux de 9h à 18h.

Je serai également en dédicace pour présenter « Gracieuse et Panache sont amis » :

  • Le MERCREDI 17 FÉVRIER de 10h à 18h à Cultura de Puget-sur-Argens
  • Le SAMEDI 20 FÉVRIER de 10h à 18h à l’Hyper U de Saint Maximin La Sainte Baume

J’arrive donc sur des pattes de colombe, d’un frôlement d’ailes paisibles pour vous rencontrer et vous faire partager ma passion artistique.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 09:34

Les dimanches se suivent et ne se ressemblent pas. Aujourd'hui il pleut dans mon cœur pour un dernier adieu, mais ne restera dans ma tête que du soleil pour mon amour pieux.

Par ce dimanche gris et pluvieux,

par ce dimanche en dernier adieu,

nous étions réunis, les cœurs en berne

dans ce ciel grave, gris et terne

Ils étaient là

moi pas, papa.

J'étais partie, chez nous, avec toi

en écho, dans tes mots et ta voix.

Partie dans mon enfance

où je te faisais confiance

Dans mes beaux souvenirs

dans mes profonds soupirs.

Dans mes rages lorsque tu te détournais

dans mes pleurs lorsque je te revenais

dans mes pudeurs lorsque je te racontais

dans nos pensées que personne n'entendait.

Partie me consoler dans tes bras

qui ne m'ont hélas jamais serrée,

à ton regard ils avaient délégué

ton amour, ton langage de papa.

Le vent souffle, le ciel est très bas,

Est-ce toi qui appuies fort dessus

pour nous dire que tu es toujours là

Bizarre, tu le sais que je l'ai toujours su.

Il me faut repartir et seul ici te laisser

dans ta demeure de marbre ambré

d'où tu ne pourras jamais t'échapper

Mais partout avec moi je t'emmènerai

Te ferai partager mes joies, mes peines

mes secrets, mes dérives, mes haines,

mes peurs, mes doutes, mes soupirs

et me ressourcerai à nos souvenirs

Repost 0
Annette Lellouche - dans poesie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de kinine
  • : livres, poésies, billets d'humeur, expo de peinture...
  • Contact

Catégories