Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 15:26
Fête des papas à St Laurent du Var

« N'oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu'à celles-là nous y obéissons sans le savoir.” de Vincent Van Gogh

Après mes dernières dédicaces pour la fête des mamans à Cultura de Puget-sur-Argens pour lesquelles je n’ai pas écrit d’article de peur d’ennuyer ou de paraître  égotique, j’ai quelques remords.

Ne pas remercier mes lecteurs qui se sont déplacés pour venir à ma rencontre, qui m’ont accordé un peu de leur temps et qui m’ont octroyé le plus beau des cadeaux, celui de me demander une dédicace pour l’être aimé(e) ou pour eux-mêmes, c’est frustrant. « Merci » fait partie de mon vocabulaire depuis mes tous premiers émois. Je remercie même quand ce n’est pas à moi de remercier, par exemple en sortant d’une boutique, c’est une politesse, une marque de respect.

Mes remerciements rejoignent mes petites émotions du moment partagé. Elles m’invitent aujourd’hui à remercier entre autres : William et Fanny, Eloïse, Suzette de Cintaz, Diane, Lysiane, Celia, Milan, Robert, Juliette, Lola… Merci pour toutes ces mamans et tous ces enfants qui ont été gâtés, à Cultura de Puget-sur-Argens

 

À présent c’est aux PAPAS qu’il faut penser. Même si les publicitaires ne leur accordent pas autant de budget que pour les mamans, ne les oublions pas. Le papa des temps modernes le mérite tout autant.  Et pourquoi ne pas lui offrir un livre ? Une histoire qu’il lira avec émotion car il pensera toujours à vous, que vous soyez proche ou loin.

Je serai en dédicace, accompagnée de nombreux auteurs régionaux :

  • samedi 9 Juin de 10h à 18h au Salon du livre « À Livres ouverts » à Saint Laurent du Var.

 

Ce salon me tient particulièrement à cœur car il est organisé par le Comité de Sauvegarde du Vieux Village de St Laurent du Var. Comme chaque année et depuis 21 ans, des mamies bénévoles nous reçoivent chaleureusement. Elles passent toute la matinée à nous préparer des spécialités pour notre repas du midi,  qu’elles nous servent sur notre stand avec le sourire. Chaque année, dés mon arrivée, je les cherche, les connaissant toutes, espérant qu’il n’en manquera pas une à l’appel. Et bien sûr j’ai hâte de serrer dans mes bras ma mamie de cœur Marité. Elle a cru en moi dès mon premier livre et attend  avec impatience d’une année sur l’autre le suivant. Merci à vous toutes les mamies et à toi Philippe l’organisateur qui fait perdurer cette journée festive. Venez nombreux, ce sera votre manière de les remercier aussi.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 07:20
Saga provençale

Saga provençale

Léa, 9 ans. Une belle rencontre. Lorsque j’en parlais lors de mon dernier post relatant ma dédicace à Montauroux de samedi dernier, Alain Tremiseau prévoyait déjà pour Léa un destin d’auteure. J’approuve car quelques jours après le bonheur de notre rencontre, voici que je découvre dans ma boite aux lettre une jolie enveloppe bleue et dedans une lettre de Léa avec un beau dessin de chaton inspiré du Chaton de mon livre « Gustave ».  Ce que Léa m’écrit ? C’est tout mignon et en même temps empreint de maturité et de générosité : Bonjour Annette. C’est Léa, j’adore déjà votre livre Gustave, l’histoire de chaton et miaou m’a touchée car moi et les chats c’est une vraie histoire d’amour. J’aimerais qu’on se revoie un jour, je te laisse un dessin de chaton. À la prochaine ». J’ai été touchée et très émue car les enfants ne trichent pas !

Qu’ajouter de plus ? Léa a une maman adorable et ça compte.

Demain dernier samedi de dédicace pour la fête des mamans à Cultura de Puget-sur-Argens de 10h à 18h. Encore de belles rencontres ? La lettre de Léa me le promet.  

Partager cet article
Repost0
21 mai 2018 1 21 /05 /mai /2018 09:20
Une belle rencontre !
Une belle rencontre !

Une belle rencontre !

« Quand on rencontre quelqu’un, c’est signe qu’on devait croiser son chemin, c’est signe que l’on va recevoir de lui quelque chose qui nous manquait. Dans chacune d’elles est contenue la promesse d’une découverte » de Aharon Appelfeld

 

Samedi à l’Espace Culturel du Centre Leclerc à Montauroux, je vivais une matinée de dédicace assez calme. Cela me convenait bien. Je n’étais pas au meilleur de ma forme et des pensées tristounettes m’envahissaient. Surtout ne rien laisser paraître. Sourire, toujours sourire, seul l’esprit vagabonde. Quelques livres m’ont quittée malgré mon manque d’entrain. Je n’étais vraiment pas en forme. Le cœur n’y était pas !

Puis, en fin de matinée, je vois apparaître dans l’allée un visage connu, un visage ami, un visage soleil. Natacha Parola, ma Nat rencontrée il y a plusieurs années à mes tous débuts, dans un salon « les Arts et les lettres ». Artiste peintre  de talent, elle explosait de toutes ses couleurs accrochées au mur et moi, je n’étais qu’une toute petite auteure, complètement inconnue, avec juste un titre. Elle est venue vers moi, mon livre lui parlait puisque nous avions vécu la même déchirure. À chacune de mes dédicaces, tout du moins chaque fois qu’elle le peut, elle vient et repart avec mes livres. Voilà quatre ans que nous ne sommes pas revues, les aléas de la vie pour elle comme pour moi, et elle était là, tout sourire, épanouie et ravie de me serrer dans ses bras. Autour d’un croque-monsieur-salade-frites nous avons parlé, parlé. L’heure tournait, on ne s’en rendait pas compte. Pendant ce temps une autre amie Yvonne-Marie Levesque est passée, est même venue me chercher à la brasserie, ne m’a pas vue, je donnais le dos  à la porte. Quel dommage ! J’aurais tellement aimé la revoir aussi. Je reviens régulièrement à Montauroux. Ce n’est que partie remise, j’en suis sûre.

J’étais dans mes pensées lorsqu’une petite fille de 9 ans, Léa, se dirige droit devant « Gracieuse et Panache » et me dit « je l’ai lu ». Sa maman sourit et précise « elle a tellement adoré qu’elle l’a bien relu une dizaine de fois ». Léa est une petite fille  incroyable.  Vive, bavarde, souriante. En quelques minutes elle m’a parlé d’elle, de « You Tube » et brusquement me dit « sur You Tube, on ne connaît pas les gens, mais là je vous vois, c’est vous qui avez écrit tout ça ? Je suis contente de vous connaître. Je suis contente parce que je vous parle en vrai »…  J’étais époustouflée par tant de spontanéité et de maturité. J’étais émue bien sûr et là-dessus Léa demande à sa maman de nous prendre en photo. Elle a insisté pour que nous échangions nos adresses.  Léa choisit deux « Gracieuse… » pour un cadeau d’anniversaire et « Gustave et Lettre à pépé Charles » pour elle et sa maman. Elles repartent me laissant dans l’expectative d’une rencontre qui me marquera. L’histoire ne s’arrête pas là. Je vois revenir Léa un petit moment après qui me dit « pendant que ma maman était dans la galerie à faire ses courses, j’ai déjà lu deux chapitres de Gustave et ça c’est pour vous ». Elle m’offre un petit émoticon en mousse. Touchée !

Triste moi ? Mais non, je n’en ai pas le droit.

Merci à Natacha, Léa et Sandra, Victoria, Liliane, Emma, Théa et Lou…  Paul qui a gâté sa maman… Des rencontres qui galvanisent pour un futur serein.

Prochain RDV samedi 26 mai pour la fête des mamans à Cultura de Puget-sur-Argens.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2018 4 17 /05 /mai /2018 16:18
Histoire d'amour contemporaine

Histoire d'amour contemporaine

Vous l’aimez, j’en suis certaine ! Vous l’aimez et le lui dites tout le temps ou peut-être pas assez souvent. Mieux, vous souhaitez lui offrir un cadeau mais vous hésitez. Un parfum déjà offert l’an dernier et puis c’est un cadeau éphémère ; quelques bijoux il y en a de pas trop cher mais elle en a reçu à Noël. Non il vous faut penser à un cadeau personnel et personnalisé. Une maman est unique et la fête des mamans approche à grands pas. Je vous propose un cadeau que votre maman gardera près d’elle, sur sa table de chevet. Un livre dédicacé qui la touchera par la pensée.

Je vous propose des récits « Fragments de vie » tirés d’histoires partiellement vraies :

  • « Un soir d’été en Sardaigne » coup de cœur des bibliothécaires, une histoire d’amour très contemporaine.
  •  « La clé de l’embrouille » un suspense psychologique qui a obtenu 3 Plumes à l’Express.
  • « La Miraculée » récit témoignage au ton humoristique, pour ne plus dire « je ne savais pas »
  • « Lettre à pépé Charles » saga familiale, récit tendre comme du sucre d’orge

 

Je serai en dédicace pour la fête des mamans, de 10h à 18h :

  • Samedi 19 Mai à l’Espace Culturel du Centre Leclerc à Montauroux.
  • Samedi 26 Mai à Cultura de Pugetsur-Argens.

 

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, toute commande passée sur le site : http://a5editions.fr sera expédiée sous 48h (dédicace et marque-page offerts) en port gratuit. Mon mail si vous souhaitez m’écrire : publication@a5editions.fr

Merci et à très bientôt.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2018 6 05 /05 /mai /2018 06:43
"Gracieuse" en Andalousie

"Gracieuse" en Andalousie

Un grand merci pour toutes vos délicates attentions, vos vœux soufflés avec tant d’amitié pour me souhaiter un joyeux anniversaire.

J’ai passé un excellent anniversaire puisque tout s’y prêtait, le décor : l’Andalousie, un temps ensoleillé pas trop chaud, des jardins somptueux, les yeux ne savaient plus où se poser. Les senteurs des orangers, des seringats… Une croisière fluviale au départ de Séville, dont je rêvais depuis longtemps. J’ai eu la surprise de recevoir de l’équipe de cuisine un magnifique gâteau d’anniversaire : ma « Gracieuse » sculptée dans une courgette et carotte. Je ne vous raconte pas mon émotion. Hasard ? Est-elle venue me fêter de tous ses vœux ? Peu importe elle m’a accompagnée tout au long du voyage, dans ma cabine.

Je souhaite également (avec un peu de retard) un joyeux anniversaire à tous mes amis. Bonheur et santé.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2018 3 25 /04 /avril /2018 19:57
dédicace à Hères

dédicace à Hères

Un rapide article sur la fête du livre à Hyères les 21 et 22 Avril 2018.

Qu’en dire ? Un accueil des plus chaleureux, un hébergement dans la Presqu’ile de Giens au décor paradisiaque, d’autant que le soleil était au rendez-vous agrémenté d’une douceur printanière qui jusque-là nous avait fait défaut.

Des auteurs de grande renommée mêlés aux auteurs régionaux pour le plus grand plaisir des visiteurs venus en très grand nombre. Beaucoup de monde, de lecteurs petits et grands qui repartaient les bras chargés de livres.

Merci à tous ces parents et grands-parents qui ont gâté mes jeunes lecteurs : Cassandre, Solenn, Rose, Raphaelle, Eléna… et  d’autres.

Merci à toutes celles qui ont emporté « Un soir d’été en Sardaigne ». Il ne m’en restait plus qu’un à la fin du salon. Les lectrices voulaient du rêve…

De tous les salons du livre où j’ai eu le plus grand plaisir de dédicacer, celui-ci reste mon préféré à tous points de vue. Il m’a donné l’envie de grandir. Il y a du pain sur la planche. 

Et cerise sur le gâteau, je reçois ce jour de la part de la maman de Solenn, le  commentaire suivant sur mon blog : http://ninanet.vip-blog.com :

«  Bonsoir, Un grand merci! Solenn a dévoré les 3 tomes de Panache et Gracieuse en à peine 2 jours et elle en redemande! Elle a adoré. Elle vous enverra ses coloriages, c'est sûr. Et vivement d'autres tomes... La maman de Solenn (7 ans et 1/2) ».

Le tome 2 d’ « Un soir d’été en Sardaigne » est attendu et à présent, c’est le Tome 4 de « Gracieuse et Panache » qui germe dans ma tête.

Au boulot ! pour mon plus grand bonheur !

Partager cet article
Repost0
20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 07:58

Je suis en dédicace les 21 et 22 avril de 10h à 18h au Forum du Casino à Hèyres.

Vous y rencontrerez de nombreux auteurs venus d'un peu partout et des régionaux... Merci de venir nombreux partager nos vies d'auteurs.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2018 1 16 /04 /avril /2018 19:55
Rencontre fort sympathique avec un éditeur.

Rencontre fort sympathique avec un éditeur.

Comme d’habitude, et les bonnes habitudes il ne faut jamais les perdre, j’ai envie de partager avec vous, mes ami(e)s FB, mon week-end de dédicaces, surtout par gratitude pour tous les lecteurs, petits et grands, à qui j’ai promis une rétrospective.

Samedi à Cultura Mandelieu, pas de surprise. Toujours le même accueil souriant, une belle table face à l’entrée, j’étais dans mon élément.

Tout d’abord je voudrais remercier tous ces adolescents qui sur un coup de cœur ont choisi de lire la saga provençale « Gustave » et « Lettre à pépé Charles ». Lenny, Liam, Lidwine, Lilou. Je suis très admirative de la précocité de cette jeunesse. Tous savaient ce qu’ils voulaient lire.

Merci aux mamies qui m’ont fait dédicacer les 3 « Gracieuse et Panache » avec l’envie d’encourager leurs petits-enfants au concours de coloriage. Que d’amour ! Shaineze, Raphaël, Camille, Lorik, Dominique, Michaëla, Hector. J’ai manqué de temps pour noter tous les prénoms. Je relevais ceux qui avaient une originalité ou qui étaient assez rares.

J’ai eu un échange très fort avec une dame, une directrice d’école qui m’a proposé d’intervenir dans ses classes. Au fur et à mesure que je lui présentais mes livres, elle semblait deviner ce qui se cachait dans mes écrits.

Merci infiniment à Margaret. Elle est comme moi née de l’autre côté de la Méditerranée, adore lire, est repartie avec « Un soir d’été en Sardaigne » et a insisté pour me donner son adresse mail pour que je l’avertisse de la parution du Tome 2. Comme j’étais un peu surprise, elle m’a dit « on est pareil toutes les deux et je sais que je vais adorer vos livres »… Je croise les doigts.

Dimanche, un salon du livre un peu fou, un peu VIP. Beaucoup de monde, beaucoup d’écoute qui se soldaient très souvent par des dédicaces.

Merci Alex. Il m’a écoutée avec un sourire un peu gêné, puis finalement m’a avoué qu’il lit très peu de livres en français. Il est reparti avec « Gustave ». Je le conseille toujours aux étrangers qui veulent se familiariser avec notre langue.

Je ne vais pas m’étendre davantage de peur de vous lasser. Vous l’avez compris, un beau week-end où dans l’ensemble tous mes titres ont trouvé des lecteurs. Un grand merci pour tous ces coups de cœur, pour toute cette dynamique littéraire, cette générosité.

Les gens ne lisent plus ? C’est faux. Et fort heureusement ! Car écrire c’est vital pour un auteur mais ensuite aller au-devant des lecteurs pour partager, se passionner, sourire et offrir du rêve, c’est la cerise sur le gâteau. Et je ne ferai jamais le régime de dédicace.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2018 4 12 /04 /avril /2018 08:51
Pour ne plus dire "je ne savais pas"

Pour ne plus dire "je ne savais pas"

J'ai écrit "La Miraculée" pour qu'on ne dise plus "je ne savais pas" comme je le disais avant l'Accident. Le ton, malgré la gravité de l'histoire, reste humoristique.

Voici l’avis de Sylvie Magras, une auteure rencontrée en dédicace et dont j’apprécie la franchise et l’amitié inconditionnelle.

1/ Mon avis sur le livre d'Annette Lellouche, "La Miraculée" :

Un récit bouleversant qui nous livre avec justesse l'histoire d'un combat permanent, un combat de longue haleine après un accident domestique, une chute dans un escalier aux lourdes conséquences qui entraînera une atteinte traumatique.
Témoin direct de la réalité des urgences hospitalières, véritable miroir des dysfonctionnements qu’elle affrontera inévitablement sans pour autant reconnaître la volonté des personnels dans la gestion quotidienne de tous les maux, elle apprendra qu’elle devra surmonter un bras en miettes, des côtes touchées et des hémorragies. Le temps et la volonté seront nécessaires pour surmonter un tel traumatisme, le temps de se reconstruire physiquement et moralement.
Ce livre, je l’ai pris comme une claque dans la figure, comme un retour en arrière sur la maladie de ma fille, sa longue rééducation, ses lourdes opérations chirurgicales. Je comprends tout à fait le ressenti de l’auteure et la difficulté pour les proches qui ne savent comment réagir car nous ne vivons pas ce que les patients doivent supporter. C’est un témoignage qui ne peut que toucher et même si l’on ne peut ressentir les blessures, on les comprend à travers les mots d’Annette, ses mots et ses maux si magistralement retranscrits. Sylvie Magras

2/ Voici un court extrait des 6 pages de témoignage et d’appréciations sur mon récit de GB, mon fidèle lecteur : Ce qui fait l’intérêt de votre récit, selon moi, c’est en premier son caractère personnel, donc unique, sa valeur de témoignage ; c’est ensuite « la reconstitution », sous forme de connotations successives, de ces différents moments de la vie en hôpital, du côté des patients comme du côté du personnel soignant. C’est un éclairage sur les points positifs de cette vie, comme sur ses ratés… C’est un éclairage sur les difficultés rencontrées par ce personnel (hospitalier), mais aussi les failles du système, ses manques, ses contraintes… Au fond ce livre est né d’une révolte. Celle de quelqu’un qui ne comprend pas ce qui lui arrive et qui se rebelle contre cette réalité qui lui arrive. Celle d’une femme auto-entrepreneure, qui pour ce qui la concerne est habituée à contrôler tout de A jusqu’à Z, à prendre les décisions qui lui semblent nécessaires et qui se retrouve du jour au lendemain « à la merci » d’autres personnes… Celle de quelqu’un qui souffre et qui ne comprend pas que le personnel dit « soignant » ne puisse mieux prendre en compte sa souffrance…

Pour en savoir un peu plus, lire un extrait du récit , mon site : http://a5editions.fr

Merci.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2018 7 08 /04 /avril /2018 14:42
Archiboldo... se livre !

Archiboldo... se livre !

« Métier d’auteur, métier d’oseur » de Beaumarchais

 

Samedi 7 avril, levée de bonne heure et de bonheur, hyper motivée et confiante, je me prépare à aller à Aubagne, à la rencontre… de qui, combien m’écouteront ? Interrogation gratuite, tu rendras ta copie vers 18h me susurre une voix venue de mon tréfonds. J’avale vite mon petit déjeuner, mon coffre chargé de tous mes trésors et oh hisse les voiles de mon char à neuf chevaux, équipé du meilleur GPS qui soit sauf quand très vite il perd le nord… Motif : des travaux. Ouille, ouille ! Il faut calmer mon chauffeur qui tempête. Je regarde très discrètement ma montre pour ne pas ajouter de l’huile sur le feu… L’heure tourne en même temps que nous refaisons plusieurs fois le tour des mêmes ronds-points. Superstitieuse, je me dis « c’est mal parti ma fille »… Ma fille (comme je m’appelle dans les durs moments) aime les belles surprises, les sourires échangés, les regards interrogateurs qui valent les plus beaux discours, alors elle espère, croise les doigts, y croit dur comme fer. On va y arriver et on y est arrivé grâce à un chef de chantier qui sourit devant nos moulinets et notre crise d’énervement effective, plante son crayon sur l’oreille, redresse son casque et nous dit « suivez Zacharie ». Nous avons suivi Zacharie (la direction) qui nous a menés droit direct à Aubagne. Fallait le savoir ! Ceci pour expliquer aux lecteurs qu’aller en dédicace c’est une mise en condition !

L’enseigne bleue de Cultura se voit de très loin. Ouf ! Mais qu’il est grand ce magasin ! Immense à me donner le tournis. On vient me chercher à l’accueil et me voici devant une minuscule table carrée (surmontée d’une belle affiche annonçant ma dédicace). Ma déconvenue se lit sur mon visage. Très vite et avec beaucoup de gentillesse, la minuscule table disparaît au profit d’une belle table rectangulaire. Parfait ! Je m’installe rapidement, et tout aussi rapidement je commence à dédicacer, une Miraculée, deux Miraculée, Trois Miraculée… Oh miracle ! Tant pis pour mes autres romans, celui-là me tient trop à cœur. Quelques livres jeunesse. L’ivresse ! Un coup d’œil à ma montre : 11H. À ce rythme je vais manquer de livres. J'avais pourtant prévu large ! XXL ! S’en suit brutalement un calme plat. J’ai tout loisir de regarder ce qui se passe autour de moi et là je me rends à l’évidence, les lecteurs se précipitent sur le dernier livre « vu à la télé »… Les hôtesses courent dans tous les sens pour retrouver tel titre, tel autre… Ah ces diables de médias que tout le monde exècre mais qui influencent néanmoins le choix des lectures… Juste derrière moi, veillait une armée de livres de Monsieur Le Pen, au Top 3 du classement des meilleurs ventes de livres. Chut ne le répétez pas, il ne s’en est pas vendu un seul durant la journée… mes anges veillaient aussi ! Néanmoins la concurrence était rude… Que de livres, que d’auteurs, que d’encre, de papier, de mots, de titres ronflants, politiques, sciences, essais, les faiseurs de bonheur, les conseilleurs qui ne sont pas les (meilleurs) payeurs… et moi, l’illustre inconnue qui jusqu’à 15 heures s’est bien demandé ce qu’elle était venue faire dans cette galère. L’électrochoc est venu de Galwyn. Un adolescent qui m’observait de loin, qui se rapproche jetant un regard gourmand sur mes livres. Je l’interroge «  tu aimes lire » ? Me parvient un "j'adore" plein d’enthousiasme pour toute réponse. Deux yeux qui brillent. Moi qui continue « tu lis quoi » ? Réponse tout aussi brève « tout ».  Nous avons bavardé avec bonheur jusqu’à l’arrivée de sa maman qui n’était pas du tout étonnée de nous voir en si bon accord. Un futur auteur, je n’en doute pas.

Et c’est reparti à double titre ! Galwyn reparti très heureux avec mon roman dédicacé et c’est reparti pour ma passion qu’un échange enthousiasmé avait régénéré.  Inespéré !

Moralité, ne jamais se décourager. Même les galères provoquent de belles rencontres. Finalement il faut savoir capter un regard, interpréter un sourire, tenir tête à des réfractaires qui, in fine, étaient ravis de partager ma petite expérience, moi la petite auteure qu'on aurait pu titrer "l'inconnue d'Aubagne"… Maintenant je le suis un peu moins. Ma valise, toute guillerette par son poids allégé, peut en témoigner ! Nonobstant je reste humble. "Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage"... 

Médias ou pas « métier d’auteur, métier d’oseur ». Il faut oser !

Un grand merci à l’équipe de Cultura d’Aubagne et à mon nouveau lectorat qui m’a fait confiance en emportant un bout de moi… Va-t-il m’aimer ? Ne bousculons pas l’ordre des choses. Persévérance et longueur de temps…

Partager cet article
Repost0