Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 21:46

J'ai passé tout mon dimanche ou presque dans le train. La SNCF m'a souhaité une bonne année et bon voyage. Pour une fois les trains étaient à l'heure mais en cette période de soldes, le prix du billet continue de grimper même à une période aussi creuse. Les trains directs Saint Raphaël/Paris ont disparu. Et donc Changement... de trains et attente dans des halls de gare tristounets et en travaux ! Et donc plus cher et moins pratique. Le contraire, moins cher et plus pratique ce n'est pas possible. Il ne faut pas exagérer tout de même ! Les voyageurs n'ont qu'à aller faire du covoiturage ou du bus. Bref !

Bon me suis-je dit, je ne vais pas commencer l'année en râlant, je vais m'acheter quelques magazines pour faire passer le temps, car regarder par la fenêtre un ciel gris défiler, ce n'est guère euphorisant. Je positive. Je m'installe et je feuillette.

La couverture du magazine "Maxi" pour un petit prix aguiche mes papilles avec de belles recettes "par ici la bonne soupe". Je suis une fan de soupes et en plus on me promet "65 bons plans pour dépenser moins". Tiens ça tombe bien. Entre autres titres d'accroches "Faites vous plaisir" ou "l'amour a changé leur vie".

Je veux donc commencer par me faire plaisir et hop je tombe en arrêt sur un article "Nous pouvons tous libérer de la joie en nous". Diantre ! Frédéric Lenoir, Sociologue-Philosophe, nous explique d'entrée ce qu'est la joie. Il nous dit que "la joie est à portée de main, accessible à tous, qu'il suffit de lui faire une place en soi... ". Moi dès que l'on me dit qu'il suffit de... je me sauve en courant. Mais pour une fois, j'ai du temps à revendre et qui sait ça peut rapporter gros, je lis avec attention "Nous pouvons tous libérer de la joie en nous" et il nous explique comment y parvenir. J'ai juste retenu qu'il y a des familles tristes et des familles joyeuses et donc que la joie est un patrimoine génétique. Tiens donc !!! Je réfléchis, de qui tiens-je ma joie de vivre ? Allez bon ça m'énerve. Je laisse tomber "Maxi".

La couverture du magazine "avantages" m'interpelle. Recettes : "notre best of soupes". Encore ! Pourquoi pas, c'est la saison. Et puis j'aime ça. Conso : "je ne jette plus je fais durer" tiens cela me rappelle les 65 astuces pour dépenser moins de Maxi... Ils se sont donné le mot ma parole ! Phénomène : "L'esprit Feel Good ou l'art de se faire du bien". Dis-moi Avantages, en anglais ça passe mieux ? Reportons-nous à la page 42. Ça commence bien, un énorme cœur rouge, ça réchauffe... le cœur ou la vue... Je lis : une expo consacrée à la joie de vivre... Je lis "I feel good" est une chanson de James Brown. Ah c'est bien ça, cela me disait quelque chose et je me mets à fredonner cette chanson d'il y a ... longtemps ! Je lis, écrit en gras : "Faut-il être si malheureux, inaptes à l'allégresse, pour se voir proposer tant de produits "prêts à profiter" de la vie" ? Je me le demande bien ! Tiens, à la fin de l'article que je survole, ras le bol, "à quand le feed bad" ? Voilà ce qui s'appelle terminer sur une note des plus pessimistes. En anglais SVP.

La couverture de "Grazia" est magnifique, flashy, une jolie fille plantureuse nous dévoile ses gambettes recouvertes d'un titre prometteur : "quoi de neuf en 2016 ? Toutes les tendances à suivre pour électriser l'année". Ambiance ! Je feuillette. Des tops modèle, des publicités. Page 14 "Aimer et être aimé". J'aime et je lis. Céline Sallette a tourné le film "Je vous souhaite d'être follement aimée" d'Ounie Lecomte. Je remarque que le titre est au féminin. Chouette ! Je lis "Ounie a réussi à écrire un film sur le moment où on arrête de fonctionner comme on a toujours fonctionné". Hein ? Je relis, oui c'est bien ça. Et je continue "Et je ne vois pas de sujet plus actuel que celui-là". Vous voyez vous ? Je lis encore "on ne devient pas forcément actrice par volonté d'être célèbre". Je croyais !

Bon je passe et je lis quoi alors ? Page 26 "La justice peut s'abattre sur nous à tout moment". Oh la la ! Je feuillette, je feuillette. Spécial rentrée littéraire : Edouard Louis "Histoire de violence" un viol raconté avec lucidité où la tendresse a autant de place que la violence. Pourquoi pas ? Oliver Adam "la renverse" les contrecoups d'un scandale polito-sexuel en Bretagne? Lui toujours en galère ! Philippe Claudel "L'arbre du pays Toraja" une méditation sur la place de la mort dans nos vies. Beurk ! Philippe Besson "Les passants de Lisbonne". Enfin un livre sur l'amour, d'amour noyé de silences. Dommage ! Je reviens un peu en arrière et je lis "à Marseille, le clientélisme est à tous les étages" Corruption, radicalisation et délinquance...

Un jingle "nanana-na, Prochain arrêt Marseille. Assurez-vous de n'avoir rien oublié avant de descendre du train". Je dois descendre, attendre 40' pour mon prochain train qui me conduira chez moi. Brrr délinquance... J'oublie mes magazines.

Repost 0
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 16:23

“La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent.” de Albert Camus

Cet après-midi je suis allée au cinéma... Dans mon salon... sur la chaine réputée pour la diffusion de films récents.

J'ai vu "La famille Bélier". À la sortie de ce film, je n'avais pas eu le temps d'aller le voir au cinéma. Aussi, puisqu'il est venu jusqu'à moi, je ne vais pas bouder mon plaisir.

Un petit rappel de l'histoire : un couple de fermiers sourds et muets élèvent paisiblement leurs deux enfants dont seul un des deux parle et entend, Louane, une belle adolescente, courageuse, qui les aide dans leur activité. Un jour elle rencontre son destin en la personne d'un professeur de chant et la vie de toute la famille bascule.

Le film a été un peu long à décoller au point d'être à deux doigts de renoncer puis d'un seul coup ça part et les rires se sont mêlés aux larmes. Les situations s'enchaînent avec un air de déjà vu ou vécu. Les acteurs sont étonnants de véracité dans leur jeu de composition. Louane est émouvante dans son jeu d'actrice et de chanteuse, spontanée dans son rôle d'adolescente. Une belle histoire tout en finesse et subtilité où l'amour est toujours là présent, l'amour filial, l'amour parental, l'amour tout court et ça fait du bien !

Quel parent n'a pas eu le cœur serré lorsqu'un enfant prend son envol ? Cet enfant qu'on a bercé, vu grandir, consolé puis encouragé... Un jour il s'en va vivre sa vie. "Je vole, mes chers parents, je vole nous chante Louane et là une main m'a prise en traitre à la gorge et je n'ai pas pu cacher mon émotion.

Qui n'a pas souffert de l'éloignement, des non-dits, des incompréhensions, des fausses pudeurs, des rejets ?

On a tous été enfants avant d'être parents. De quelque côté qu'on se positionne, il y a des zones d'ombre, des soubresauts dans le fil de notre existence, des regrets, oh oui des regrets.

Plus le film avançait et plus en superposition, je revoyais mon papa, ce qu'on s'est dit et surtout ce qu'on ne s'est pas dit. Dans ses yeux je déchiffrais mais mes oreilles souffrent de ne pas l'avoir entendu. Mon cœur est orphelin de ses mots. On le savait qu'on s'aimait mais de le dire n'aurait-ce pas été plus heureux ? Et aujourd'hui c'est trop tard ! Il n'est plus là, parti sans bruit, sans éclat avec beaucoup de courage et d'intelligence. Presqu'un an déjà !

Alors sans plus tarder, dites-le à ceux que vous aimez qu'ils sont très importants pour vous, avant qu'il ne soit trop tard, avant l'irrémédiable, avant de se retrouver dos au mur et les mains vides d'une absence inconsolable. Oublions les bouderies qui ne sont que des prétextes futiles, oublions l'orgueil et l'amour propre, les comptes à régler et ouvrons nos bras pour les refermer tendrement sur nos êtres chers.

Repost 0
Annette Lellouche - dans cinéma
commenter cet article
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 09:05
Lâcher de lanternes à Biarritz
Lâcher de lanternes à Biarritz

"Il n'y a point de recette pour embellir la nature, il ne s'agit que de voir" de Auguste Rodin

Comme de coutume le 1er de l'an nouveau, on le passe à envoyer et recevoir les vœux, à remercier, à s'émouvoir de l'amour de sa famille et de la fidélité de ses amis. Certains créent la surprise, d'autres déclenchent de doux sourires ou des éclats de rire, d'autres encore rappellent insidieusement des vœux qu'on ne recevra pas, rouvrant des blessures manquant nous noyer dans un lac de tristesse. Comprenne qui peut !

Aussi j'ai passé le jour de l'an entre joie et tristesse, dans un état euphorique toujours et malgré tout, car la vie est ainsi faite que l'on se réjouisse pour bien vivre.

ET combien j'ai eu raison de positiver car j'ai reçu en fin de journée LE MAIL qui vous emporte dans une magie poétique, dans une bouffée de plaisir, de gratitude. Voeux de Laëtitia, une de mes jeunes lectrices, en classe de seconde, future auteure certainement. "Trop beau, comme disent les djeuns", aussi je partage avec vous, (après lui avoir demandé son accord) la magie de ses vœux si touchants :

"A minuit, une légère brise passa dans le ciel étoilé, déposant sur son passage une douce mélodie. Attirée par cette magie, je me dirigeai vers la fenêtre et observais le paysage s'offrant à moi. Je fus émerveillée par le ballet des mots qui se réalisait dans le jardin et le ciel. Le mot Bonheur, posé sur une des branches du majestueux olivier, se mit à courir d'arbre en arbre, répandant sa joie significative. Lorsqu'il rencontra le mot Joie, sautillant autour de l'hellébore, ce fut une explosion de vitalité. La belle fleur blanche qui sommeillait en cette nuit féérique déploya ses pétales, diffusant la paix dans le monde. Puis, le mot Amour, attendant sagement aux abords des rosiers, se prit au jeu et dessina un long chemin de pétales rouges afin de rejoindre ses amis Bonheur et Joie. Et c'est alors que le mot Santé rejoignit la danse afin d'harmoniser cette belle chorégraphie. Les quatre amis firent le tour de la maison et s'en allèrent, communiquant leur sourire au quatre coins du monde. En espérant que leur voyage soit le plus long possible…

Je vous souhaite de rencontrer ces rayons de soleil qui sauront réaliser tous vos rêves et qui exauceront tous vos vœux les plus profonds.

Bonne année 2016 !!

Laëtitia"

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 13:02
Un rouge-gorge : hymne à la VIE !

“Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns" de Jacques Brel

Et voilà... depuis le temps qu'on l'attend... cette nouvelle année 2016... Elle est là !

Mais au passage, n'oublions pas que c'est aussi une année en plus qui s'ajoute à notre espérance de vie.

Alors profitons un maximum de toutes les opportunités, de chaque rayon de soleil, de chaque mot tendre, de chaque sourire, de chaque nouvelle amitié. Positivons !

Oublions les fâcheries qui ne servent qu'à ensemencer la haine, oublions les trahisons, les méchancetés, les jalousies et levons nos verres à la VIE, à sa beauté simple, à ses offrandes, à ses générosités, avec ses hauts et ses bas.

D'autant que le passage de 2015 en 2016 n'a duré qu'une seconde, un peu court pour faire la fête, mais “La VIE est la plus belle des fêtes.” de Julia Child.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 13:32
Joyeux Noël

Mes chères amies et chers amis,

Ce soir, oublions l'espace d'un dîner convivial et chaleureux en famille, les attentats, les maladies, les inondations, les mauvais coups du sort...

Pour ma part, ce sera avec mes enfants et petits-enfants pour quelques jours. Je les ai un peu délaissés et je dois à présent les gâter. Que du bonheur en perspective.

Je tiens à remercier toutes mes lectrices, lecteurs, surtout les plus jeunes qui m'ont donné l'envie et le courage d'aller toujours plus loin. Merci au corps enseignant pour le travail fabuleux qu'il accomplit. Merci aux responsables des Médiathèques qui nous font confiance. Merci aux chroniqueuses et chroniqueurs qui mettent nos livres en valeur. Merci aux Organisatrices, Organisateurs des salons du livre. Merci aux Responsables des Librairies et Espaces Culturels qui poussent toujours un peu plus leurs murs pour nous faire de la place.

Il faut le savoir, vous êtes notre moteur pour toujours avancer et nous faire connaître.

Levons nos verres pour que 2016 nous apporte du rêve, de la joie, de l'amour et de la bonne santé.

JOYEUX NOËL.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 09:57
Un esprit libre et curieux...

“L'esprit libre et curieux de l'homme est ce qui a le plus de prix au monde.” de John Steinbeck

Samedi, j'ai vécu ma dernière séance de dédicaces de l'année 2015 à l'Espace Culturel du Centre Leclerc de Montauroux. Un score de ventes tout aussi honorable que celui des années précédentes à la veille de Noël.

Le travail a payé, plus un seul "Gustave", ni "Lettre à pépé Charles" c'est sans surprise, heureusement que j'ai pu puiser dans le stock de la librairie pour terminer ma journée sans décevoir ceux qui voulaient les acquérir pour les mettre au pied du sapin. "Charles et Aurélien" se trouve presque orphelin de la trilogie avec quelques exemplaires restant. Mais la plus belle surprise est venue de "Gracieuse et Panache sont amis", plus de la moitié du premier tirage de fin novembre est déjà écoulé. Et cette foi-ci ce ne sont pas les mamies ou les parents qui se sont laissés séduire mais les petits eux-mêmes. Plusieurs m'ont demandé s'ils pouvaient dessiner comme moi. Ils ont tout de suite eu l'instinct artistique en voyant mes petites peintures naïves en couleur et mes dessins en noir et blanc. Susciter l'envie de mettre de la couleur dans mon livre à tous ces jeunes enfants, c'est, je l'avoue sans conteste, et en toute humilité, ma plus belle récompense.

J'ai été très impressionnée par Lucas 11 ans. Quelle maturité ! Il a repoussé "Lettre à pépé Charles" que je lui présentais vu son âge et a délibérément choisi "retourne de là où tu viens"... Car il écrit déjà et participe avec sa classe à un concours de nouvelles. Il voulait découvrir mon aventure littéraire. Quelle assurance dans sa voix ! Quel regard franc ! Quelle prestance déjà !

C'est incontestablement un esprit libre et curieux et je ne crois pas me tromper en lui prédisant un bel avenir. Il m'a rappelé mon jeune ami Téo rencontré à Cultura de Mandelieu que je n'ai pas oublié et Yanis le lauréat du concours de poésie du Lion's Club, tout juste 15 ans.

Laetitia, élève d'une classe de seconde, rencontrée lors d'une dédicace en juillet est venue me saluer. J'ai commencé à lui corriger son premier roman... Elle était visiblement très émue de me revoir.

L'avenir est là dans notre jeunesse curieuse et avide d'apprendre, dans notre corps enseignant qui y croit et se démène pour les guider vers le chemin culturel, espace de liberté.

Et cela n'a pas de prix !

Repost 0
Annette Lellouche - dans litterature
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 20:05
Un + Une

Nous venons de vivre une année 2015 complètement folle, dangereuse, agressive. Les attentats, les élections, les mises en garde, les menaces, les problèmes des uns et des autres. Comment la finir en douceur et en joie ?

J'ai trouvé le remède : aller voir le film de Claude Lelouch "Un + Une". Avec Claire mon amie, nous ne trouvions pas de film à notre goût alors on s'est décidé pour cette romance. Sans trop y croire.

Nous aimons les films de Lelouch, Elsa Zylberstein, Jean Dujardin... Alors pourquoi pas ? Oh combien nous avons eu raison.

Nous avons ri aux larmes, nous avons essuyé notre petite larme, nous avons adoré l'Inde, cette population que rien n'effraie, les dialogues truculents, justes, percutants. Les acteurs sont beaux, mais beaux à mourir... Sublimés par la caméra de Monsieur Lelouch. Elsa en allumée, un peu folle mais si séduisante, Jean en séducteur qui se laisse prendre au jeu de l'amour et qui fait se répéter l'histoire. La musique enlevée, légère, entrainante. La vie comme on aimerait la vivre. Jean dit "C'est compliqué les parenthèses". Mais quelle pépite de bonheur une parenthèse dans une existence. Bref un sans faute, un vingt sur vingt. J'y retournerai sans aucun problème demain... Mais pas le temps hélas.

Un grand merci Monsieur Lelouch, on retrouve votre jeu de cinéaste, ces allers et retours, ces acteurs qu'on sent heureux de faire partie de cette aventure romanesque, cette musique qu'on fredonne pendant le film et qui vous reste dans la tête bien après le film.

Deux heures d'excellent cinéma, pour une émotion garantie.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 17:47
Challenge à Boulouris

Personne ne me prendra mon sourire, c'est l'obligé de mon cœur !

Ce matin, malgré la fraicheur et le petit vent impertinent narguant un beau soleil et un ciel bleu azuréen, j'ai pris la route de ma librairie presse à Boulouris pour dédicacer. Après ce mois de novembre et ce début décembre fabuleux, de rencontres qui se sont bousculées à qui mieux mieux et que je n'arrive pas à oublier, mais que je ne veux pas oublier, venir dédicacer là, tenait d'une gageure. J'aime les challenges et Boulouris c'est ma ville !

Alors doucettement je commençais à installer mes livres et mes affichettes, contrariée par le vent qui venait défaire mon installation, voltiger mes marque-page, car je ne vous l'ai pas encore dit, je dédicace à l'extérieure de la librairie exigüe. Un moment je me suis demandée : Mais qu'est-ce que je viens faire dans cette galère ? Mais pourquoi ? Je ne sais même pas si je vais pouvoir terminer mes dédicaces d'ici Noël, tant mon stock de livres a subi un régime drastique de dédicace en dédicace, j'aurais dû rester tranquillement à la maison pour une fois...

Je ne suis pas une ingrate et chaque fois que je viens ici, c'est pour donner un petit coup de pouce à cette minuscule librairie. Un couple courageux et efficace dans une station balnéaire où la population est assez âgée. Pour voir des enfants il faut attendre les congés scolaires. Toutes ces mamies et papis sont contents de l'aide que leur apporte ce jeune couple. Leur porter un colis reçu des enfants, leur remplir des papiers, leur faire des photocopies, leur vendre le Var matin ou le programme télé... Elle et lui ont toujours le sourire et le mot gentil. Ce commerce de proximité est indispensable pour toutes ces personnes âgées qui habitent là depuis toujours. Il faut qu'il perdure !

Alors je ne me suis pas départie de mon sourire, ordre venant de mon cœur. J'ai rencontré, vraiment, des gens adorables. Entre autres, un monsieur m'a proposé d'aller me chercher un café après la dédicace d'un livre pour sa femme. La même chose mais cette fois, une femme qui ne peut plus lire mais qui en a pris un pour son mari qui lit les romans à haute voix pour qu'elle en profite (j'adore ces maris galants, généreux, amoureux comme au premier jour). Une mamie m'a dit "vous êtes courageuse" et je lui ai répondu "mais non, ce n'est pas du courage, c'est de la passion et je n'ai même pas froid, tellement je suis toujours heureuse de vous rencontrer". Et c'est vrai ! Valentino a choisi "Lettre à pépé Charles" pour son petit-fils qui commence à jouer les fortes têtes m'a-t-il dit et il s'est empressé d'ajouter "mais je l'aime bien ce petit". Sûrement que le petit doit l'adorer ce gentil papi. Mamie Manou m'a déjà acheté tous mes romans pour sa petite-fille Pauline sauf le dernier (aujourd'hui) et elle m'a dit "attention la prochaine fois que vous revenez, il me faudra un nouveau roman".

Mais bien sûr, tant que je respirerais, j'écrirais ! À midi je suis rentrée chez moi, un peu frigorifiée mais tellement ravie par cette belle réception chaleureuse des Raphaëlois. Un beau challenge !

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 15:20
Censuré ? Je ne crois pas !

Lundi en plaisantant, un très bon ami à moi, m'a dit : ton roman "retourne de là où tu viens" risque d'être très bientôt censuré. Au vu du premier tour des résultats électoraux dans le PACA sous-entendait-il. Bizarrement cette pensée m'avait aussi effleurée mais ma plume reste stoïque, déterminée et ma flamme restera toujours allumée !

Je ne le crois pas. C'est un livre généreux, ouvert, plein d'espoir et surtout il raconte l'histoire d'une intégration bien réussie. Un sans faute, toute prétention gardée.

La France est généreuse, terre d'accueil depuis toujours. C'est une vieille dame intelligente, sensible et raisonnable. ET nul résultat électoral ne saurait remettre tout cela en question. J'ai confiance, tant pis si je passe pour une naïve. Mon livre a fait vibrer des jeunes collégiens d'Avignon à Ste Maxime, en passant par Fuveau à Aix en Provence où les 14 membres des "Écrivains en Provence" l'ont élu "coup de cœur", ainsi que des centaines et des centaines de lecteurs. Il a été réédité plusieurs fois et il continuera à donner l'envie de se battre pour réussir.

Est-ce le hasard, si ce matin, une lectrice, amie d'une amie lectrice qui le lui a avait conseillé après lecture, qui l'a lu à son tour, m'a commandé "Retourne de là où tu viens" pour l'offrir à une tierce amie pour Noël ?

Je ne le crois pas non plus. Le bouche à oreille, le téléphone provençal qui a parlé de mon livre au téléphone Valdoisien (quel grand saut !) fonctionnent à merveille. Le père Noël existe et mon livre continuera de toucher mon lectorat. Et ce livre c'est mon moteur !

Plus qu'une dizaine de jours pour finaliser vos cadeaux de Noël. Il faut que la fête perdure et rien de mieux qu'un livre dédicacé qui se lit, s'offre, et resserre les liens intergénérationnels et amicaux.

Pour commander c'est très simple : http://a5editions.fr . C'est ma maison d'édition, ce qui veut dire que je m'occupe des dédicaces et des expéditions sous 48 h et en port gratuit. Alors encore hésitants ? Parcourez mon blog qui vous en dira plus sur l'auteure que n'importe quel autre document : http://ninanet.vip-blog.com .

Merci de votre fidélité et surtout Merci pour tous vos encouragements.

Repost 0
Annette Lellouche
commenter cet article
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 15:20

La vie n'est que Bonheur ! Quand on croit à sa bonne étoile, quand on a la rage de vaincre, quand on a la passion et le vibramento chevillés au corps... alors ça marche.

Cher père Noël,

Très tôt j'ai appris que tu n'existais pas mais dans ma tête tu as toujours eu ta place. Je te rêvais en t'accordant des circonstances atténuantes, tu étais débordé, tu ne pouvais pas être partout et lorsque je voyais les enfants exhiber leurs jouets les lendemains de Noël qu'hélas ils délaissaient tout aussitôt, moi je savais qu'un jour tu me gâterais à mon tour. Et ce jour est enfin arrivé. Tu existes, je le savais !

Ce week-end je l'ai su encore plus fort, encore plus vrai, encore plus vibramento !

Vendredi un faux départ, un loupé d'une responsable de dédicaces. Peu importe, la vie n'est pas toute tracée m'as-tu soufflé à l'oreille, tu as bien un plan B dans ton escarcelle ? Bien sûr, j'ai rebondi grâce à toi ! D'un saut de puce de Grasse à Montauroux, j'ai été reçue au pied levé, à bras ouverts et à cœur chaleureux par Alexandra et son équipe à l'Espace Culturel de Montauroux. Mon fief, mon porte-bonheur, l'Amitié, tout en un ! Comme d'habitude dans ce lieu magique où est née ma trilogie, de belles rencontres, de belles dédicaces pour Noël, à chaque fois je te faisais un petit clin d'œil. Mais oui tu existes ! La preuve par l'absolu !

Samedi, direction Cultura Mandelieu. Là, cher père Noël, tu as rattrapé toutes ces années où je t'espérais en vain. Des viennoiseries offertes à l'arrivée par Marie-Pascale. Cela m'a vraiment fait plaisir, d'autant que Marie-Pascale m'avait accueillie avec une gentillesse infinie à mes tout débuts d'auteure où j'étais une parfaite inconnue au bataillon. Peut-être déjà lui avais-tu envoyé un signe avant-coureur ? Des gens, tant de gens, un défilé permanent, des compliments et des mots d'amour d'enfants. "Tu es belle" m'a dit une petite fille en regardant ma photo que Marie-Pascale avait posée sur ma table pour annoncer ma dédicace. Ambre, Williams, Léna, Lola, Ben, Tom... je n'arrive pas à me souvenir de tous les prénoms, mais je voyais "Gracieuse et Panache sont amis" me quitter allègrement pour passer dans les bras de Maman Guigui, de Mémé Tine, de Papa Antoine, d'enfants adorables... L'innocence même et l'amour dans toute sa générosité. Que d'émotion visible à l'énoncé du prénom de la personne qui allait recevoir mes livres, "un petit plus me dit-on, ça fait tellement plaisir". Véronique qui a subi une année de harcèlement est partie avec "retourne de là où tu viens". "La clé de l'embrouille" pour l'offrir à notre ami Bernard qui adore lire... De cette journée, cher père Noël, je n'oublierai jamais deux grands gaillards, portant, chacun, dans leurs bras, trois gros pavés littéraires, rigolant, complices. Deux bons copains pensai-je. Ils se sont arrêtés face à moi, s'excusant presque d'avoir déjà arrêté leur choix. Tout naturellement nous avons bavardé. Puis dans une transmission de pensée, se sont regardés et l'un a lancé "et si vous nous choisissiez un livre pour Salvatorica, c'est la grand-mère". Ah bon ! Je vous prenais pour deux bons copains, mais vous êtes deux frères ? Et là j'entends encore l'éclat de rire de Pierre qui n'est autre que le père de Paul. Ça ne s'invente pas. Le père, le fils, un charme irrésistible ! Pierre est médecin et porte en lui tout le charisme du monde. En s'éloignant avec la trilogie, il était déjà même un peu loin, se retournant s'est écrié : "je suis très heureux d'avoir rencontré un ange aujourd'hui". J'ai souri, très touchée. La hotte du Père Noël n'était pas tout à fait vide puisque Monique, qui hier m'avait fait dédicacer "Lettre à Pépé Charles" pour son amie Renée, m'a tél. ce matin pour compléter, après réflexion, son cadeau par "Gustave" et "Charles et Aurélien". C'est mieux la trilogie complète, n'est-ce pas m'a-t-elle demandé ? Et j'ai repensé à Paul et Pierre et à Salvatorica.

Merci cher Père Noël, et maintenant sauve-toi vite ! Dans ce monde troublé, d'autres t'attendent. Apporte-leur du bonheur... Tu sais toi que le bonheur est contagieux !

Repost 0
Annette Lellouche - dans littéraire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de kinine
  • : livres, poésies, billets d'humeur, expo de peinture...
  • Contact

Catégories